Une comédie qui fait mal…

FilmszenenbilderÀ un moment où l’obsession du “politiquement correct” est en train de paralyser la créativité un peu partout dans le monde, nous arrive – avec JOJO RABBIT de Taika Waititi – une comédie américaine qui a comme héros Adolf Hitler et un gosse entrant dans les Jeunesses Hitleriennes, le tout mis en scène par un réalisateur d’origine hawaïenne  qui – en plus – interprète lui-même le Führer. Le tout – suite à l’acquisition de la 20th Century Fox et de Fox Searchlight – distribué par la Walt Disney Company. C’est le monde à l’envers! Le film est nécessaire et mortellement drôle, à un point tel qu’il vous restera à travers de la gorge. Autant vous dire que si vous êtes facilement offensés, allez voir ailleurs. Pour vous mettre dans l’ambiance, nous vous avons mis – en fin de rubrique – quatre exemples d’expériences similaires osées par Hollywood dans le passé.  Et on est très loin des Nazis vus dans La Mélodie du Bonheur. Un autre film fera également jaser dans les chaumières: Et par pur hasard, BOMBSHELL de Jay Roach tourne également autour de la Fox, en l’occurence Fox News et le scandale entourant le départ précipité de Roger Ailes.  Plein d’autres films intéressants démarrent également cette semaine, je vous invite à les découvrir ci-dessous – comme d’habitude avec leur bande-annonce.   Jean-Pierre THILGES 

MV5BZjU0Yzk2MzEtMjAzYy00MzY0LTg2YmItM2RkNzdkY2ZhN2JkXkEyXkFqcGdeQXVyNDg4NjY5OTQ@._V1_

JOJO RABBIT ****

Comédie satirique; Réalisateur: Taika Waititi; avec Roman Griffin Davis, Thomasin McKenzie, Taika Waititi, Scarlett Johansson, Sam Rockwell, Rebel Wilson; Scénaristes: Taika Waititi, Christine Leunens; Directeur/Photo: Mihai Malaimare; Musique: Michael Giacchino; USA 2019, 108 minutes; Prix du Public Festival de Toronto 2019.

jojo-rabbit-la-satira-anti-nazista-di-taika-waititi-maxw-1280

En Allemagne, durant la Seconde Guerre mondiale, Jojo Bettzler, 10 ans, intègre un groupe d’entraînement des jeunesses hitlériennes. Cependant, son séjour est de courte durée, car il est blessé par l’explosion d’une grenade à la suite d’une maladresse de sa part. Affligé ironiquement du surnom de JoJo Rabbit par ses anciens camarades, le garçon, solitaire, se console en discutant avec son ami imaginaire, Adolf Hitler. Adepte convaincu de l’idéologie nazie, Jojo est furieux lorsqu’il découvre une jeune fille juive cachée par sa mère…

  • Il est évident que JOJO RABBIT ne plaira pas à tout le monde, surtout à ceux qui sont et resteront toujours d’avis qu’on ne fait pas de comédies sur les Nazis. Bien sùr, ni Charles Chaplin, ni Ernst Lubitsch, ni Mel Brooks, ni Quentin Tarantino seront d’accord et ils ont bien raison – la satire peut être libératoire. En fait, THE GREAT DICTATOR de Charles Chaplin restera pour  toujours un des films les plus courageux de l’histoire du cinéma, d’autant plus que Chaplin l’avait fait envers et contre tous, le directeur (juif!) de la MGM lui ayant même proposé de racheter le négatif pour le brûler, de peur que les Américains ne perdent des parts de marché en Allemagne nazie. Sans vouloir comparer le film de Taika Waititi au chef d’oeuvre de Chaplin, il faut néanmoins souligner que le film n’y va pas de main morte  – surout au début – mais que le rire se figera rapidement dans la gorge des spectateurs. Il faudra donc le regarder avec l’esprit ouvert, d’autant plus que le fantôme du nazisme est en train de renaître un peu partout dans le monde et même aux États Unis chez Donald Trump.  JOJO RABBIT est un film à la fois important et discutable, à ne pas manquer si vous n’êtes pas facilement offusqués. Quatre étoiles. (jpt) PS: Au début du film, on entend la chanson des Beatles “I wanna hold your hand”, en version allemande (Komm gib mir deine Hand). Cette traduction avait jadis été faite par – tenez-vous bien –  le luxembourgeois Camillo Felgen. 

MovieRiffing-JojoRabbit-PosterReaction-scaled

  • Long ago, turning Nazi Germany into a joke was verboten. Or, at least, it seems like it was; it’s actually hard to imagine a time when that was the case. Charlie Chaplin made Hitler into a figure of ridicule in “The Great Dictator,” released in 1940. I grew up watching “Hogan’s Heroes,” which portrayed life in a German wartime prison — the inept sadist Col. Klink! — as a kind of Nazi sitcom day camp (with the emphasis on camp). “Springtime for Hitler,” the scandalous musical number from Mel Brooks’ “The Producers,” was once the cutting edge of black comedy, but not for the last 50 years. Quentin Tarantino thumbed his nose at Nazis with jaunty glee in “Inglourious Basterds,” and who would have had it any other way? That said, let’s give “Jojo Rabbit” credit for this much: It’s the first hipster Nazi comedy. Written and directed by the New Zealand-born Taika Waititi (“Thor: Ragnarok”), it’s like a Wes Anderson movie set during the Third Reich. The opening-credits sequence hits a devilish note of rock ‘n’ roll effrontery I hoped would continue, as the Beatles’ German-language version of “I Want to Hold Your Hand” plays over documentary clips of World War II Germans raising their hands in the “Heil Hitler!” salute. This is followed by scenes at a Hitler Youth camp, where Sam Rockwell, as the squad leader, and Rebel Wilson, as some sort of seething assistant, parade themselves as confidently one-note caricatures. (Owen Gleiberman/Variety) 

backdrops_4_1500

Bombshell-2019-22

BOMBSHELL

Titre français: Scandale; Drame biographique; Réalisateur: Jay Roach; avec Charlize Theron, Nicole Kidman, Margot Robbie, Allison Janney, John Lithgow, Malcolm McDowell; Scénariste: Charles Randolph, basé sur des faits réels; Directeur7Photo: Barry Ackroyd; Musique: Theodore Shapiro; USA 2019, 108 minutes.

745

Dans la salle des nouvelles de la chaîne télévisée américaine Fox News, plusieurs têtes d’affiche féminines subissent des pressions indues de leur patron, Roger Ailes. Lorsque Gretchen Carlson l’accuse de harcèlement sexuel et intente des poursuites contre lui, elle s’attend à ce que d’autres femmes prennent la parole à leur tour. Mais les victimes craignent les représailles de l’employeur et les conséquences négatives d’une dénonciation sur leur image publique. Pendant ce temps, les défenseurs d’Ailes, persuadés de son innocence, sont prêts à aller au front…

ob_5f1722_8ihayhqkgjuwo1ttncfbys3z8wr

  • Charlize Theron, Nicole Kidman, and Margot Robbie play the women who brought down Fox News mogul Roger Ailes in the first drama of riveting insight to anatomize sexual harassment for the post-#MeToo world.I suspect I won’t be alone in saying that I went into “Bombshell” with a touch of skepticism. The movie is a lively and scabrous docudrama — not a snarkfest (though some of it is bitingly funny) but a meticulous, close-to-the-bone chronicle of how Megyn Kelly (played by Charlize Theron), one of the star anchors of Fox News, and Gretchen Carlson (Nicole Kidman), the host of “Fox & Friends,” brought down the lecherous right-wing mogul-titan Roger Ailes by revealing the veritable system of sexual harassment that he used to run his network. In the two years since the reckoning brought on by the Harvey Weinstein scandal, we’ve been waiting for a drama that indelibly dramatizes the fear and loathing and stark human cost of sexual harassment. The wait is over: “Bombshell,” directed by Jay Roach (“Game Change”) from a script by Charles Randolph (“The Big Short”), is that movie. Yet watching it, I knew that I’d have to view, as heroines, two of the women who became celebrities at Fox News, a network built on the toxic DNA of corruption and lies. Would the film acknowledge their complicity in that? Or would it be a Hollywood whitewash? (Owen Gleiberman/Variety)

gfBEe58moFHxr79kyauGspUJg2v

MV5BMDNkODA5ZGQtODczOS00OTQxLThhMTItMjk0ZmNhMDM0YjNmXkEyXkFqcGdeQXVyMDM2NDM2MQ@@._V1_

DOLITTLE

Le voyage du Dr Dolittle; Comédie; Réalisateur: Stephen Gaghan; avec Robert Downey jr., Antonio Banderas, Michael Sheen, Jim Broadbent, Jessie Buckley, John Cena, Rami Malek, Ralph Fiennes, Frances de la Tour, Selena Gomez, Tom Holland, Kumail Nanjiani, Craig Robinson, Octavia Spencer; Emma Thompson; Scénaristes: Stephen Gaghna, Dag Gregor, Doug Mand, basé sur des personnages de Hugh Lofting; Directeur/Photo: Guillermo Navarro; Musique: Danny Elfman; USA 2020, 100 minutes.

dolittle

Après la perte de sa femme sept ans plus tôt, l’excentrique Dr. John Dolittle, célèbre docteur et vétérinaire de l’Angleterre de la Reine Victoria s’isole derrière les murs de son manoir, avec pour seule compagnie sa ménagerie d’animaux exotiques. Mais quand la jeune Reine tombe gravement malade, Dr. Dolittle, d’abord réticent, se voit forcé de lever les voiles vers une île mythique dans une épique aventure à la recherche d’un remède à la maladie. Alors qu’il rencontre d’anciens rivaux et découvre d’étranges créatures, ce périple va l’amener à retrouver son brillant esprit et son courage. Au cours de sa quête, le docteur est rejoint par un jeune apprenti et une joyeuse troupe d’amis animaux, dont un gorille anxieux, un canard enthousiaste mais têtu, un duo chamailleur entre une autruche cynique et un joyeux ours polaire, et enfin un perroquet entêté, le plus fiable conseiller et confident de Dolittle…

  • Aux USA, le film a été accueilli par une volée de bois vert par la critique…et le public l’a massivement boudé. En 1967, la comédie “Doctor Dolittle” de Richard Fleischer, avec Rex Harrison dans le rôle du docteur, avait connu un sort similaire, mais ce n’était pas un flop aussi retentissant. Une autre version (1998), signée Betty Thomas, avec Eddy Murphy avait cependant trouvé son public. (jpt)

dolittle-2-1570984993

  • This fantastical adventure does very little to stoke the imagination, refashioning a literary classic about a veterinarian who can speak with animals into a frenetic, crass kids’ flick. (..) It’s been more than half a century since Rex Harrison spoke (and sang!) to animals as author Hugh Lofting’s eloquent veterinarian (Richard Fleischer’s 1967 musical film was nominated for nine Oscars, including best picture), and just over two decades since Eddie Murphy gave his own goofy modern portrayal. That’s enough time for Dr. Dolittle to fade from kid audiences’ collective consciousness, and just the right amount for Lofting’s first two books to enter the public domain, which explains why a new studio — Universal, where the two earlier incarnations hailed from Fox — has opted to revive the character yet again, this time enlisting the intensely charismatic actor Robert Downey Jr. to play the title role. Trouble is, this latest “Dolittle” is downright sloppy. Director Stephen Gaghan’s period-set overhaul of the literary classic proves to be as predictable as it is obnoxious. In its defence, the film evokes an arm’s-length connection with its cute CG creature coterie and delivers heartening messages about psychological trauma, and yet, the charm-starved adaptation simultaneously tests audiences’ patience with overly complicated, noisy scenarios. What should have been an awe-filled adventure quickly curdles into an awful one, thanks to a pedestrian formula and the filmmakers’ fixation on fart jokes. (Courtney Howard/Variety) 

media

NOURA RÊVE

Drame; Réalisatrice, scénariste: Hinde Boujemaa; avec Hend Sabri, Lotfi Abdelli; Hakim Boumsaoudi; Directeur/Photo: Martin Ritt; Tunisie, Belgique, France 2019, 90 minutes.

Hend-Sabri-interprete-Noura-femme-empetree-reves-liberte-interdits-corsetent-encore-Tunisiennes_0_1399_934.jpg

5 jours, c’est le temps qu’il reste avant que le divorce entre Noura et Jamel, un détenu récidiviste, ne soit prononcé. Noura qui rêve de liberté pourra alors vivre pleinement avec son amant Lassad. Mais Jamel est relâché plus tôt que prévu, et la loi tunisienne punit sévèrement l’adultère : Noura va alors devoir jongler entre son travail, ses enfants, son mari, son amant, et défier la justice…

  • La cinéaste nous montre, en filigrane, le quotidien et les moeurs des petites gens de Tunis, d’une façon d’autant plus éloquente qu’elle ne verse jamais dans le film à thèse. (Positif) Subtil dans ses dosages malgré d’évidentes inflexions démonstratives (la cinéaste Hinde Boujemaa vise à dénoncer l’injustice de la loi sur l’adultère en Tunisie, infraction passible de cinq ans de prison), Noura rêve trouve d’habiles manières de signifier les assauts symboliques menés par les hommes dans l’intimité de sa lumineuse héroïne (Hend Sabri, star dans le monde arabe). (Libération) La fibre féministe du film suffirait déjà à nous le faire apprécier, mais, en faisant le choix d’une héroïne qui n’est ni sainte ni victime et en ayant à cœur d’évoquer la réalité tunisienne, la cinéaste étoffe son sujet. (Le Nouvel Observateur) Dès ses premières minutes, ce premier film tunisien, sorti d’on ne sait où et déjà bien verni, a de l’air et de la vie. La forme manque encore un peu d’adresse, et les moyens sont modestes (peu de personnages ou de lieux), mais Boujemaa a une remarquable manière de ne pas s’en excuser, imprimant à son apologue une force singulière, une pulsation rapide, vigoureuse, tendue comme son actrice principale. (Les Inrocks) 

NouraReve_FP2

MV5BNWQ3NmM2M2ItNjNkZi00MTU4LTgyMDAtMGU4YTlmMzllNGFiXkEyXkFqcGdeQXVyMTc2ODY4NQ@@._V1_

MUIDHOND

Drame; Réalisatrice: Patrice Toye; avec Tijmen Govaerts, Ina Geerts, Line Pillet, Julia Brown; Scénaristes: Peter Seynaeve, Patrice Toye; Directeur/Photo: Richard Van Oosterhout; Musique: John Parish; Belgique/Pays Bas 2019, 99 minutes.

181c7ca9-a83d-48ad-8d98-f4c960e997e2

Jonathan, un jeune homme doux, est libéré de prison faute de preuves. Il retourne alors vivre chez sa mère dans une maison près des dunes. Jonathan veut oublier le passé et est déterminé à devenir différent, meilleur. Bien qu’il respecte scrupuleusement les règles, ses bonnes intentions sont mises à l’épreuve lorsqu’une maman et sa fille s’installent à côté de chez eux.

  • Patrice Toye ose aborder de front la question de la pédophilie en observant le conflit intérieur d’un jeune homme en lutte contre ses pensées les plus sombres. (…) Patrice Toye s’empare à bras le corps de la question de la pédophilie, l’abordant de front, prête à faire exploser au vol toutes les certitudes du spectateur. Elle observe la souffrance d’un jeune homme, la part du bien, la part du mal. Jamais le film ne choque par ce qu’il montre, c’est l’imagination du spectateur qui est à l’oeuvre ici. (Aurore Engelen/Cineuropa) 

b13f73bb-14eb-4961-b8cc-3b96a7dcf70f

5331121

DIE HEINZELS – RÜCKKEHR DER HEINZELMÄNNCHEN

Kinderfilm, digitale Animation; Regie: Ute von MÜnchow-Pohl; mit den Stimme nvon Jella Haase, Louis Hoffman, Elke Heidenreich, Leon Seidel, usw.; Drehbuch: Jan Strathmann, Musik: Alex komlew; Deutschland 2020, 78 Minuten.

 Résultat de recherche d'images pour "Die Heinzels fotos"

Seit mehr als 200 Jahren verstecken sich die Heinzelmännchen vor den Menschen. Alle Heinzelmännchen scheinen mit dem Leben unter der Erde im Versteck zufrieden zu sein. Sie verbringen die meiste Zeit ihres Lebens damit ein Handwerk zu perfektionieren und feiern jedes Jahr ein Fest, auf dem das geschickteste Heinzelmännchen mit einer neuen und größeren Mütze geehrt wird. Nur das Heinzelmädchen Helvi möchte endlich die Menschenwelt erkunden. So entscheidet sie sich, nachdem sie dieses Jahr wieder keine neue Mütze bekommen hat, in die Menschenwelt zu gehen, um dort ein Handwerk zu erlernen. Mit den beiden Heinzeljungen Butz und Kipp trifft Helvi den schlechtgelaunten Menschen Theo. Theo hat jeden Grund dazu. Er muss nämlich seine geliebte Konditorei aufgrund von Geldproblemen schließen. Helvi, Butz und Kipp entschließen sich in alter Heinzmännchen-Tradition Theo zu helfen. Und er muss dafür Helvi das Backen beibringen. (Zusammenfassung: Vision Kino)

INS_Koeln_COVER2-1024x553

  • Als Vorlage für den Film diente das Gedicht „Die Heinzelmännchen zu Köln“ (1836) von August Kopisch. In dem Gedicht bringt eine furchtbare Begegnung mit einer Schneidersfrau die Heinzelmännchen dazu, sich zu verstecken und den Menschen vollkommen fern zu bleiben. An diesem Punkt setzt der Film an und führt die Erzählung aus dem Gedicht weiter. Mit viel Liebe fürs Detail bringen die Filmemacher*innen die Heinzelmännchen wieder in die heutige Welt der Menschen zurück und zeigen in kreativen und humorvollen Szenen, wie die Heinzelmännchen heutzutage helfen könnten. Der Film ist durch seine einfachen und lustigen Dialoge sehr gut für die Arbeit mit Grundschulkindern geeignet. Durch die farbenfrohe Animation ist er vor allem für die jungen Zuschauer ein spannendes Kinoerlebnis. (Vision Kino)

MV5BY2IxYTc5MGYtMzQ3MC00ZmFlLWJhMzktODI2NjA0MThmZWY0XkEyXkFqcGdeQXVyNzg5ODQxNDU@._V1_

LE LION

Comédie; Réalisateur: Ludovic Colbeau-Justin; avec Dany Boon, Philippe Katerine, Anne Serra; Scénaristes: Alexandre Coquelle, Mathieu Le Nahour; Directeur/Photo: Thomas Lerebour; France/Belgique 2020, 95 minutes.

capture-decran-le-lion-de-ludovic-colbeau-justin

Pour l’aider à retrouver sa fiancée disparue, Romain, médecin en hôpital psychiatrique n’a d’autre choix que de faire évader l’un de ses patients Léo Milan, qui prétend être un agent secret. Mais Romain n’est pas tout à fait sûr d’avoir fait le bon choix, Léo dit « le Lion » est-il vraiment un agent secret ou simplement un gros mytho ?

  • Ludovic Colbeau-Justin a été séduit par le mélange d’action et de comédie du projet et par l’idée d’associer deux personnages que tout oppose, à l’instar de “La Chèvre”. Il admet que trouver le bon équilibre entre comédie et action était compliqué : “Beaucoup de cinéastes ont envie d’aller vers des films d’action avec des scènes très dures et réalistes mais là, on a à faire à deux personnages, (le Lion et Romain), qui sont à l’opposé de cela ! Il fallait que leur aventure soit drôle, voire burlesque avec des chutes par la fenêtre, des cascades dont ils ressortent indemnes”.

maxresdefault

1021919

KARTOFFELSALAT 3 – DAS MUSICAL

Komödie, Musical; Regie, Drehbuch: Michael David Pate; Darsteller: Lea Mirzanli, Marta Shkop, Nicole Cross, Jasmin Wagner, usw.; Kamera: Konstantin Freyer; Musik: Arman Uderzo, Clemes Müller; Lyrics: Michsel David Pate; Deutschland 2020, 92 Minuten.

2158929.png-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

In der Kleinstadt Wesselburen droht einer der beiden Schulen die Schließung. Welcher, hängt auch davon ab, wer mit mehr Neuanmeldungen für das kommende Schuljahr aufwarten und somit seinen Fortbestand sichern kann. Während das Elite-Gymnasium mit abgehobenen Lehrangeboten wirbt, fällt die Leo-Weiß-Schule eher durch leichtes Chaos, dafür aber viel Lebensfreude auf. Um für ihre Schule auch nach außen hin Sympathiepunkte zu sammeln und so neue Schüler*innen anzuziehen, kommt Mia auf die Idee, die Zombie-Apokalypse aus Teil 1 als Musical auf die Bühne zu bringen. Doch das ist leichter gesagt als getan, gibt es doch diverse Gestalten, die den Erfolg des Musicals verhindern wollen und die Vorbereitungen deshalb nach allen Regeln der Kunst sabotieren…

  • Fortsetzung der Komödie “Kartoffelsalat” und eigentlich Teil 2, von den Machern jedoch Teil 3 benannt, weil sie glauben, dass zweite Teile von Filmen generell schlecht sind. 

2907621.png-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

***

Le Mur des Lamentations (27.01.2020)

Screenshot 2020-01-25 at 08.44.46.png

Séquence Nostalgie

THE GREAT DICTATOR (Charles Chaplin/1940)

TO BE OR NOT TO BE (Ernst Lubitsch/1942)

THE PRODUCERS (Mel Brooks/1967)

THE PRODUCERS (Mel Brooks/2005)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close