Histoire bel(le)ge…

IMG_1287
Olivier Pairoux et les deux jeunes acteurs de SPACEBOY, lors de l’avant-première au Kirchberg

La bonne surprise de la semaine nous arrive tout droit de Belgique, où – suite à la pandémie et la fermeture des cinémas – le film n’a pas encore pu sortir, ce qui est sacrément dommage pour SPACEBOY, un film charmant et amusant pour adolescents de tout âge. Comme les vacances de Pâques ne sont plus très loin, cet ovni de chez nos voisins devrait trouver son public…et ce sera mérité. SONGBIRD, par contre, s’annonce nettement moins “charmant”, puisque c’est le premier film grand-public qui traite de la pandémie – il sera donc plutôt réservé aux masochistes. DWELLING IN THE FUCHUN MOUNTAINS propose avant tout de très belles images, DAS NEUE EVANGELIUM/THE NEW GOSPEL est un docudrame politique, et CHECKER TOBI UND DAS GEHEIMNIS UNSERES PLANETEN est une docu-fiction pour jeunes, cette fois en provenance de l’Allemagne. Et c’est tout, les grosses productions américaines et françaises se faisant toujours attendre. Jean-Pierre THILGES 

Affiche-Spaceb_version-web

SPACEBOY ***

Comédie dramatique; Réalisateur: Olivier Pairoux; avec Basile Grunberger, Albane Masson, Peter Van den Begin, Jean-Benoît Ugeux, Yannick Renier; Scénaristes: Eusebio Larrea, Olivier Pairoux; Directeur/Photo: Thomas Rentier; Musique: The Penelopes; Belgique 2021, 100 minutes.

B9725860698Z.1_20210119131532_000+G1RHDO1BB.2-0

Jim est un garçon de 11 ans, fils d’un chercheur de l’espace et féru, comme son papa futur astronaute, de sciences de l’espace. Jim, dont la mère est morte récemment, vient de déménager et arrive en pleine année dans sa nouvelle école, où il doit participer à un concours de jeunes chercheurs. Sa partenaire sur le projet est Emma, une belle jeune fille aussi belle que discrète, qui – on l’apprend d’emblée- est gravement malade. Bien qu’elle ne soit pas très chaude pour le projet, Emma accepte de participer: Jim a l’intention de recréer l’expérience “Excelsior” de Joseph Kittinger, un pilote de l’US Air Force qui, en 1959, a fait plusieurs essais de saut en parachute à très haute altitude, à partir d’un ballon. Un duo de rivaux au concours tente de saboter l’expérience qui, on s’en doute, n’est pas sans danger…

SpaceBoy-JimEmma1-1030x430

Celui-là, on ne l’a pas vu venir. SPACEBOY de Olivier Pairoux, ç’est (presque) du Spielberg, à petit budget certes (1.4 millions d’euros), mais surprenant à plus d’un égard. Le cinéma pour enfants/adolescents est souvent considéré par les critiques comme une sorte de parent pauvre du cinéma, alors que des cinéastes chevronnés comme Steven Spielberg (notamment avec “E.T.”) ont signé des chefs d’oeuvre du genre. Olivier Pairoux, dont SPACEBOY est le premier long-métrage, a sans le moindre doute choisi l’oncle Spielberg comme modèle, et il a largement réussi son pari d’un film attachant, amusant, entraînant et un peu triste aussi, ce qui donne une toute autre dimension et de la profondeur au film qui, nous nous répétons, nous a enchantés à plus d’un niveau.

SpaceBoyZooKeeper

Le scénario qui, a première vue, est d’une simplicité presque désarmante, s’avère finalement beaucoup plus riche, puisqu’on touche à des thèmes universels comme la famille, l’amitié, l’amour, la rivalité, le mobbing à l’école, la maladie et la perte d’un être cher. Tout cela est accroché sur le fil d’une intrigue, où le suspense et les rebondissements abondent. Le budget du film n’a pas été substantiel, mais Olivier Pairoux possède un véritable don pour la mise en scène. Le film joue dans un pays imaginaire, où chaque spectateur peut se retrouver, grâce à des décors souvent insolites trouvés en Belgique et aux Pays Bas, qui donnent un arrière-plan fantastico-réaliste à une histoire qui fait chaud au coeur.

spaceboy_jim2_web_c_kwassa_films

Les jeunes acteurs, Basile Grunberger (Jim) et Albane Masson (Emma) sont attachants dans des rôles finalement assez difficiles, où l’aventure et les grands sentiments se mêlent allégrement.  Un seul regret cependant, c’est que la mère d’Emma est caractérisée comme une hystérique  et que le directeur de l’école est proche de la caricature. Cette simplification dramaturgique qui tourne au cliché a un peu gâché notre plaisir de spectateur pour un film qui réserve cependant plein de surprises et de rebondissements à son public. En ce qui nous concerne, le fait de retrouver au générique le nom de Stéphane Halleux, le plus hurluberlu des artistes belges, en tant que concepteur de robotique, nous a fait sacrément plaisir. Jean-Pierre Thilges  

SpaceBoyCosmo

Songbird-911502731-large

SONGBIRD

Film covid-catastrophe; Réalisateur: Adam Mason; avec K.J. Apa, Sofia Carson, Craig Robinson, Demi Moore, Bradley Whitford; Scénaristes: Adam Mason, Simon Boyes; Director/Photo: Jacques Jouffret; Musique; Lorne Balfe; USA 2020, 84 minutes.

0*3wJI3oc-aWvIrkbnCela fait désormais quatre ans que le monde vit en confinement. Désormais, les personnes infectées du Covid-23 sont envoyées de force en quarantaine dans des camps devenus peu à peu d’inquiétants ghettos. A Los Angeles, Nico est un coursier immunisé au virus qui arpente la ville lors de ses livraisons. C’est ainsi qu’il fait la connaissance de Sara, une jeune femme confinée chez elle. Malgré les impératifs sanitaires qui les empêchent de s’approcher, Sara et Nico tombent amoureux. Mais lorsque Sara est suspectée d’être contaminée, elle est contrainte de rejoindre les camps de quarantaine. Nico tente alors l’impossible pour la sauver…

613400-songbird-le-film-catastrophe-sur-la-pandemie-de-covid-en-vod-la-bande-annonce

  • It would be churlish to criticize the film’s low-level production values, since, well, it was filmed during a pandemic. But that doesn’t prevent one from pointing out the simplistic nature of the script by director Mason and Simon Boyes, which feels as perfunctory as the obviously rushed production schedule must have necessitated. Despite the high-stakes drama, there’s nary a compelling moment throughout, and some of the characterizations, especially Stormare’s villainous Sanitation Department honcho, are so absurdly one-note that it’s hard not to think that the film is meant as parody. The impressive ensemble deliver their performances with admirable commitment, but you mainly find yourselves distracted by the hope that proper safety protocols were in place. Ultimately, the filmmakers’ main achievement in producing and releasing Songbird is that they managed to do it at all. Whether or not it was actually worth doing, or if the film will be of any interest after this protracted national nightmare is over, is another question. (Frank Scheck/Variety) 

songbird-1000x600

poster-780

DWELLING IN THE FUCHUN MOUNTAINS

Titre original: Chun juang shui nuan; Saga familiale ; Réalisateur, scénariste: Gu Xiaogang; avec Quian Youfa, Wang Fengjuan, Zhang Renliang; Directeur/Photo: Yu Ninghui, Deng Xu; Musique: Dou Wei; Chine Poplaire 2019, 150 minutes; Film de Clôture Semaine de la Critique Cannes.

Le destin d’une famille s’écoule au rythme de la nature, du cycle des saisons et de la vie d’un fleuve… Tout commence dans un restaurant où quatre fils, les belles-filles et les petits enfants fêtent les 70 ans d’une matriarche. Victime d’un AVC, elle doit être prise en charge par les siens, mais ils sont tous endettés. Dehors, la Chine se transforme et la ville d’Hangzhou, à 200 km de Shanghai, se reconstruit, livrée à la spéculation et au libéralisme à tout crin. Tout change, sauf le long fleuve tranquille, qui coule au milieu de cette région escarpée… (Résumé: Jérôme Garcin)

dwelling-in-the-fuchun-mountains

  • “C’est très émouvant de voir la naissance d’un cinéaste : il n’a que 31 ans. On ne connait pas du tout ce garçon et au bout de dix minutes de film, on se dit Wow ! pour la précision de sa mise en scène, le regard qu’il porte sur chaque protagoniste qui pourtant, sont nombreux puisqu’on nous présente toute la famille. Il glisse petit à petit de l’un à l’autre à l’intérieur du film sans qu’on s’en aperçoive. (Charlotte Lipinska/Le Masque et la Plume) 

1303446_dwelling_246059

  • Director Gu Xiaogang explores his own, rapidly evolving home town of Fuyang, in the South East of China as the subject of his first feature, which takes its title from a fourteenth century Chinese scroll painting by Huang Gongwang. Exquisitely photographed, the film builds a slow-burning portrait of community in which modernity and tradition coexist, using the focus of several generations of one family as its anchor. It’s defiantly undramatic, but, like the languid river water that flows through the town, this leisurely approach delivers unexpected rewards. (…) It’s an ambitious undertaking for a first feature. Not only was the film shot over two years, in order to reflect the town in all four seasons, Dwelling In The Fuchun Mountains is conceived as the first part of a trilogy titled ’A Thousand Miles Along the Eastern Yangtze’. It’s a strikingly beautiful work; there’s a visual drama here which is frequently more emphatic than anything which unfolds in the story. As such, it should attract further attention on the festival circuit, following on from its slot as the closing film of Critics’ Week. Comparisons with the work of Taiwan’s Edward Yang will position Gu as a talent to watch in new Chinese cinema. (Wendy Ide/The Guardian) 

5bee40f47ac1820e673b26eac8d47ddc

DNE_70x100 A4.indd

DAS NEUE EVANGELIUM/THE NEW GOSPEL

Dokumentarfilm; Regie, Konzept: Milo Rau; mit Yvan sagnet, Enrique Irazoqui, Maia Morgenstern, Marcello Fonte; Kamera: Thomas Eirich-Schneider; Musik: Vinicio Capossela; Deutschkand/Schweiz 2020, 107 Minuten.

imgtoolkit.culturebase.org

Der Dokumentarfilm geht der Frage nach, wie Jesus sich in der heutigen Zeit zur Flüchtlingspolitik Europas und speziell Italiens positionieren würde. Was würde er im 21. Jahrhundert predigen? Wer wären seine Jünger? Wer sind in der heutigen Weltordnung die Vertriebenen und Ausgestoßenen? Und wie würden die heutigen Vertreter weltlicher und geistlicher Macht auf ihn reagieren?

imgtoolkit-1.culturebase.org

  • All diese Dinge thematisiert der Film- und (vor allem) Theatermacher Milo Rau im Rahmen eines außergewöhnlichen künstlerisch-politischen Experiments: im süditalienischen Matera inszenierte er ein Passionsspiel, bei dem Flüchtlinge aus Afrika im Mittelpunkt standen, die in Italien für Hungerlöhne als Erntehelfer ausgebeutet werden. Daneben wirkten Aktivisten und Bürger Materas mit; weitere Rollen übernahmen die Schauspieler Marcello Fonte und Enrique Irazoqui (Darsteller des Jesus in Pier Paolo Pasolinis “Das 1. Evangelium – Matthäus”), die Schauspielerin Maia Morgenstern (Maria in Mel Gibsons “Die Passion Christi”), sowie der Liedermacher Vinicio Capossela. (filmportal.de) 

image_manager__gallery-large_the_new_gospel_l___fruitmarket_langfilm_iipm_armin_smailovic_07

MV5BNWU2ZDVjZmYtM2I4Ni00YjUzLTg1NTItMjFmNGViMjM0MThjXkEyXkFqcGdeQXVyNDE1OTkxOTg@._V1_

CHECKER TOBI UND DAS GEHEIMNIS UNSERES PLANETEN

Dokufiktion; Regie, Drehbuch: Martin Tischer; mit Tobias Krell, Lars Rudolph, Ulla Lohmann, Uli Kunz; Kamera: Johannes Obermaier; Musik: Sonja Glass; Deutschlan 2019, 75 Minuten.

checker_tobi_02Checker Tobi findet im Meer eine geheimnisvolle Flaschenpost, die ihn vor ein kniffliges Rätsel stellt. Es geht dabei um nichts Geringeres, als das “Geheimnis unseres Planeten” zu lösen. Seine Suche nach Antworten führt ihn um die ganze Welt. Er reist nach Australien, an den Rand eines aktiven Vulkans und in die tasmanische Unterwasserwelt des Pazifiks. Er trifft auf spannende Menschen, faszinierende Tiere, exotische Pflanzen und imposante Landschaften. Er unterhält sich mit Klimaforschern in Grönland und lernt in Mumbai Bollywood-Stars kennen. Und natürlich kann er am Ende das Rätsel lösen…

CheckerTobi

  • Tobias Krell, alias Checker Tobi, ist den Kindern durch die gleichnamige Reportage-Sendung im Kinderkanal mit über 100 Folgen gut bekannt. In seinem ersten Kinofilm tritt der Moderator nun als Forschungsreisender auf, der ein großes Abenteuer zu bewältigen hat und zahlreiche neue Situationen und Dinge erlebt. Dabei gelingt es ihm, den Zuschauer*innen des Films seine Begeisterung für die Wunder der Erde, die er auf seiner Reise durch die vier Länder entdeckt, authentisch zu vermitteln, denn seine Freude darüber wirkt ansteckend. Fantastische, mit passender Musik untermalte Aufnahmen von Lava spuckenden Vulkanen, Eisbergen in der Arktis, Lebewesen unter Wasser, Delfinen und weiteren Naturphänomenen machen den Film sehenswert. Das Lösen des Rätsels wird spannend und kurzweilig gestaltet, so dass die Kinder bei jeder Aufgabe, die Tobi vorfindet, mitfiebern werden, was wohl diesmal dahintersteckt. Neben den dokumentarischen Szenen des Films gibt es auch Spielszenen und Animationen, so dass die erzählte Geschichte abwechslungsreich gestaltet ist. (Sabine Kögel-Popp/visionkino.de)  

MV5BMjMxOTM1OTI4MV5BMl5BanBnXkFtZTgwODE5OTYxMDI@._V1_

FANTASTIC BEASTS AND WHERE TO FIND THEM 4DX

71a5xlZaX2L._AC_SY679_

FANTASTIC BEASTS – THE CRIMES OF GRINDELWALD 4DX

LE MUR DES ETOILES au 29.3.2021

Screenshot 2021-03-29 at 08.35.58.png

THE HATARI PAPERS et LE MUR DES ETOILES sont publiés par

LOGO_JPT_eng_rouge.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close