Macbeth, selon Joel Coen…

Premier numéro des HATARI PAPERS pour 2022, donc happy new year à tous ceux et celles qui nous rejoignent régulièrement le lundi matin pour connaître les nouvelles sorties du mercredi…avant tout le monde. Et l’année démarre en trombe avec le tout nouveau film très shakespearien de Joel Coen, deux films français qui s’annoncent pas mal, un drame tchadien déchirant, un reboot de “Scream”, un dessin animé québécois pour les tout petits, et l’avant-première d’un film bulgare, que l’on pourrait projeter en double programme avec le Coen. Allez, c’est reparti !

Jean-Pierre Thilges

Semaine du 12 au 18 janvier 2022

TM3-2

THE TRAGEDY OF MACBETH

Drame; Réalisateur, scénariste: Joel Coen, basé sur la pièce de William Shakespeare; avec Denzel Washington, Frances McDormand, Alex Hassell, Brendan Gleeson, Bertie Carvel;  Directeur/Photo: Bruno Delbonnel; Musique: Carter Burwell; USA 2021, 105 minutes,

MV5BNTJlOTc1MjAtZTkxNi00NWQ2LTg2ODctZDYyMzJkNWQwYjc2XkEyXkFqcGdeQWxiaWFtb250._V1_

Un seigneur écossais est convaincu par un trio de sorcières qu’il deviendra le prochain roi d’Écosse, et sa femme ambitieuse le soutient dans ses plans de prise du pouvoir…

90

  • Denzel Washington delivers a noirish nightmare. Frances McDormand and her co-star hit top form in Joel Coen’s austere reimagining of Shakespeare’s Scottish bloodbath. What’s the point of another Macbeth movie? It wasn’t that long ago we had Justin Kurzel’s big realist version, with Michael Fassbender and Marion Cotillard. Well, there’s always a point if the film is as compelling and visually brilliant as this. Director Joel Coen, working for once without brother Ethan, has delivered a stark monochrome nightmare, refrigerated to an icy coldness. With Shakespeare’s text cut right back, it’s a version that brings us back to the language by framing the drama in theatrical, stylised ways: an agoraphobic ordeal in which bodies and faces loom up with tin-tack sharpness out of the creamy-white fog. Coen’s visual contrivances have something of Kurosawa and Welles, with some German expressionist shadows, and this looks like a crime drama from the 30s or 40s – but entirely naturally rather than as an interpretative affectation. Bruno Delbonnel’s cinematography is pellucid and austere and Stefan Dechant’s magnificent production design imagines Macbeth’s castle as a giant, rectilinear modernist house, with chilly courtyards bounded by vast vertiginous walls and corridors that extend like some sort of open-plan death row.

Peter Bradshaw/The Guardian *****

p0018306b-1600.png

5606829

OUISTREHAM

Comédie dramatique; Réalisateur: Emmanuel Carrère; avec Juliette Binoche, Hélène Lambert, Léa Carne, Emily Madeleine; Scénaristes: Emmanuel Carrère, Hélène Devynck, d’après le livre de Florence Aubenas; Directeur/Photo: Patrick Blossier; Musique: Mathieu Lamboley; France 2021, 106 minutes; Quinzaine des Réalisateurs 2021, film d’ouverture.

Ouistreham

Marianne Winckler, écrivaine reconnue, entreprend un livre sur le travail précaire. Elle s’installe près de Caen et, sans révéler son identité, rejoint une équipe de femmes de ménage. Confrontée à la fragilité économique et à l’invisibilité sociale, elle découvre aussi l’entraide et la solidarité qui unissent ces travailleuses de l’ombre…

maxresdefault

Pendant longtemps, elle (Florence Aubenas) ne voulait pas que son livre soit adapté. Beaucoup de gens s’y sont intéressés, mais devant sa réticence, ils se sont lassés. Juliette Binoche, qui avait envie de jouer le rôle principal, a fait preuve de sa ténacité habituelle : elle l’invitait à dîner tous les ans en lui demandant : « Quand est-ce qu’on le fait, ce film ? » Et un jour, Florence Aubenas – je n’ai toujours pas bien compris pourquoi – a cité mon nom, en disant qu’il lui paraissait intéressant que je sois associé au projet. Juliette ne me connaissait pas, elle m’a appelé. Nous nous sommes rencontrés d’abord à trois, puis à deux quand Florence Aubenas nous a dit : « C’est votre affaire, je ne veux pas m’en mêler ». Elle m’a pour ainsi dire adoubé, étrangement, alors que je ne suis pas principalement cinéaste. C’est merveilleux, quand quelque chose vous vient de l’extérieur, comme une commande, de s’apercevoir que cela vous touche d’aussi près. En cherchant à faire un scénario original, je n’aurais pas forcément trouvé un projet où je me sente à ce point à ma place. (Dossier de presse)

 

4157931

ADIEU MONSIEUR HAFFMANN

Drame; Réalisateur: Fred Cavayé; avec Daniel Auteuil, Sara Giraudeau, Gilles Lelouch, Nikolai Kinski; Scénaristes: Fred cavayé, Sarah Kaminski, d’après la pièce de Jean-Philippe Daguerre; Directeur/Photo: Denis Rouden; Musique: Christophe Julien; France 2021, 116 minutes.

703442-

Paris 1941. François Mercier est un homme ordinaire qui n’aspire qu’à fonder une famille avec la femme qu’il aime, Blanche. Il est aussi l’employé d’un joaillier talentueux, Mr Haffmann. Mais face à l’occupation allemande, les deux hommes n’auront d’autre choix que de conclure un accord dont les conséquences, au fil des mois, bouleverseront le destin des trois personnages.

amh-3_rec_avendme_production

Fred Cavayé et Jean-Philippe Daguerre sont amis depuis plus de 20 ans. Cavayé souhaitait dresser le portrait de collaborateurs sous l’Occupation. Il a pris des libertés avec la pièce : « je vois la pièce et je découvre que ce n’est pas vraiment le sujet. Je me l’étais raconté tout seul ! Le texte était vraiment formidable mais j’avais envie de l’emmener ailleurs. Ce que Jean-Philippe m’a autorisé à faire en m’offrant toutes les libertés possibles. […] J’ai donc gardé le point de départ d’Adieu Monsieur Haffmann et fait évoluer les personnages différemment, surtout celui de François ». (Dossier de presse) 

Gilles-Lellouche

Lingui_Les_liens_sacres.jpg

LINGUI – LES LIENS SACRÉS

Drame; Réalisateur, scénariste: Mahamat-Saleh Haroun; avec Achouackh Abakar Souleymane, Rihane Khalil Alio; Directeur/Photo: Mathieu Giombini; Musique: Wasis Diop; France/Allemagne/Belgique 2021, 87 minutes; Sélection officielle Festival de Cannes 2021.

Screenshot 2022-01-10 at 08.47.14.png

Dans les faubourgs de N’djaména au Tchad, Amina vit seule avec Maria, sa fille unique de quinze ans. Son monde déjà fragile s’écroule le jour où elle découvre que sa fille est enceinte. Cette grossesse, l’adolescente n’en veut pas. Dans un pays où l’avortement est non seulement condamné par la religion, mais aussi par la loi, Amina se retrouve face à un combat qui semble perdu d’avance…

 

Screenshot 2022-01-10 at 08.47.26.png

  • Mahamat Saleh Haroun filme avec finesse le tabou de l’avortement. (Le Monde) Ce film dossier au sujet brûlant et aux couleurs enivrantes conte avec courage le quotidien des femmes d’aujourd’hui, au Tchad. (Bande à Part) On a du mal à l’ignorer, Lingui, en dépit de son tracé limpide, souffre de maladresses dans l’incarnation, et tend vers le tableau moral lorsqu’il peint la ténacité et l’humilité féminines dans de trop belles couleurs. (Libération) 

de52e1o-bbec82b6-ab07-4470-aac6-09a3afb681dd

SCREAM

Film d’épouvante; Réalisateurs: Matt Bettinelli-Olpin, Tyler Gillett; avec Neve Campbell, Courtenay Cox, David Arqutte, Jenna Ortega; Scénaristes: James Vanderbilt, Guy Busick, avec des person nagescréés pae Kevin Williamson; Directeur/Photo: Brett Jutkiewicz; Musique: Brian Tyler; USA 2022, 114 minutes.

scream-2022-ghostface-social-featured

Vingt-cinq ans après qu’une série de meurtres brutaux avaient secoué le paisible village de Woodsboro, un nouveau tueur prend le masque de Ghostface et s’en prend à un groupe d’adolescents pour déterrer les secrets macabres du passé du village…

scream-2022-movie-image-featured

  • Pas encore de critiques officielles, mais : First reactions for Matt Bettinelli-Olpin and Tyler Gillett’s “Scream” have arrived online, and it appears the fifth time is the charm for the long-running horror franchise. Film journalists are calling the new entry “a fittingly loud, bloody good time at the movies” and the best “Scream” movie since Wes Craven’s 1996 original. Franchise veterans Neve Campbell, Courteney Cox and David Arquette all return in the new “Scream” opposite a cast of newcomers that includes “In the Heights” breakout Melissa Barrera, Mason Gooding, Jenna Ortega, and “The Boys” favorite Jack Quaid. (Variety)

Felix-Tresor-Morgaa-Affiche-10Ave-@2021-fr-1-768x1137

FÉLIX ET LE TRÉSOR DE MORGÄA

Animation numérique; Réalisatrice: Nicola Lemay; Scénariste: Marc Robitaille; Musique: Gilles Léveillé; Québec 2021, 84 minutes.

Félix, 12 ans, est convaincu que son père, disparu en mer deux ans plus tôt, n’est pas mort. Pendant que sa mère est en voyage, le garçon décide de partir à la recherche de son paternel avec le vieux Tom, un marin à la retraite. Ensemble, ils débarqueront sur une île mystérieuse, qui cache une cité souterraine dirigée par la mégalomane Morgäa. Cette dernière détient un trésor précieux qu’elle protège férocement. Une fois que Félix et Tom auront pénétré les murs de sa cité, il sera beaucoup plus difficile pour eux d’en ressortir. Ils devront user d’ingéniosité et d’adresse s’ils veulent revoir la lumière du jour… (Résumé: cinoche.com)

  • Signée Nicola Lemay, la réalisation est en tout point conforme à ce à quoi on peut s’attendre d’un film pour enfants. Le réalisateur parvient à créer – et une part du mérite revient à Philippe Arseneau Bussières, le directeur artistique – une ambiance à la fois rassurante et mystérieuse, apaisante et énergique. Le scénario de Marc Robitaille (dont c’est le premier long métrage d’animation) est rigolo, touchant et possède suffisamment de suspense pour tenir les petits devant l’écran pendant les 84 minutes de la projection.  (Le Journal de Montréal) 

image

Avant-Première 13.1.2021 19h30

JANUARY/Януари

Drame onirique; Réalisateur: Andrey Paounov; avec Samuel Finzi, Iossif Suechadziev, Zachary Baharov; Scénaristes: Alex Barrett, Andrey Paounov; Directeur/Photo: Vasco Viana; Musique: Ivo Paounov; Bulgarie 2021, 110 minutes.

Somewhere in the Balkan Mountains, in a village at the edge of the world, five men are snowed in. They have gathered in the only place that can offer warmth, food, and a much-needed drink — the bar of a seedy, desolate 1970s hotel. The closest town lays on the other side of the Black Oak Woods. The road is snowed over, you can get lost and freeze, the wolves are hungry and can be heard howling all night long. Still, early that morning, Petar Motorov must have harnessed his magnificent sleigh and headed to town. When the sleigh returns, Petar Motorov is not on it. There is just a fur coat, a shotgun, and the frozen carcass of a wolf. Where is Petar Motorov, and what has happened to him? There is only one way to find out… One by one, the men succumb to the beckoning of the woods. Each time, a dead wolf returns. The porter is the last man standing, left alone in the hotel that melds into a surreal world where past and present co-exist, where nothing and everything make sense all at once. He dons the fur coat, reloads the shotgun, and off he goes. Or perhaps he has gone already..

  • In his trilogy of documentaries Georgi and the Butterflies, The Mosquito Problems and Other Stories and The Boy Who Was a King, examining the Bulgarian political and social transition after 1989, Andrey Paounov dissected this never-ending process by zooming in on the peculiar destinies of previously anonymous people. Against the backdrop of his filmography, Paounov’s fiction debut, January, which received the Special Jury Prize at the Golden Rose Film Festival, seems to be an apocalyptic wrap-up of this transition, as it depicts an enclosed world in run-down, post-communist Bulgaria with anonymous characters facing extinction. The film is loosely based on the play of the same name by unconventional Bulgarian writer Yordan Radichkov, known for his unique style of language and metaphorical intimations. And if the play from 1974 ruminates on the disappearance of Bulgarian villages in the whirlpool of a process of vast modernisation, the 2021 movie seems to suggest the vanishing of the nation, if not of humankind itself. (Mariana Hristova/Cineuropa) 

LE MUR DES ÉTOILES

Screenshot 2022-01-10 at 07.57.25

Screenshot 2021-11-11 at 14.29.15.png

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close