Putain…Staline est mort!

Une question qui nous est posée souvent, est celle pourquoi nous incluons autant d’extraits de critiques étrangères dans les HATARI PAPERS? La réponse est simple et claire comme de l’eau de roche: Au moment où la plupart des nouveaux films sortent au Luxembourg, nous ne les avons pas encore pu voir, sauf ceux découverts dans les festivals, bien sûr. Alors que nos confrères belges, français, allemands et anglais ont droit, presque tous les jours et certainement plusieurs fois par semaine, à des visions de presse de pratiquement tous les films qui sortiront dans les semaines ou mois à venir, les critiques luxembourgeois (ayant survécu au massacre dans les journaux) n’ont droit à pratiquement rien, sauf l’une ou l’autre vision éparpillée par-ci et par-là. Bien sûr, nous sommes parfois conviés aux visions de presse à Bruxelles, mais faire 2 fois 220 bornes en bagnole pour voir un film n’est pas donné à tout le monde. D’autant plus que la plupart de mes collègues écrivant sur le cinéma sont obligés (!) de prendre congé dans leurs rédactions pour assister à des visions de presse ou pour participer à un jury. Maintenant vous savez que les critiques luxembourgeois ne sont pas couchés sur un lit de roses pour essayer de faire leur métier tant bien que mal! Et pourtant…et pourtant…et pourtant…THE HATARI PAPERS sont gratuits et ils le resteront! Dites-le autour de vous, aimez-nous (likez-nous, if you like) sur Facebook ou inscrivez-vous en laissant votre adresse mail sur wordpress.com, comme ça vous serez prévenus par mail à chaque fois qu’un nouveau papier paraît! Na sdarowje, tovarichi!  Jean-Pierre THILGES

The-Death-of-Staling-Banner-Poster

Le film de la semaine:

THE DEATH OF STALIN *** 

Titre français: La Mort de Staline; Réalisateur: Armando Iannucci; avec Steve Buscemi, Simon Russell Beale, Jeffrey Tambor, Paddy Considine, Rupert Friend, Jason Isaacs, Michael Palin, Olga Kurylenko, Andrea Riseborough; Scénaristes: Armando Iannucci, David Schneider, Ian Martin, Peter Fellows, basé sur la “graphic novel” de Fabien Nury et Thierry Robin; Directeur/Photo: Zac Nicholson; Musique: Christopher Willis; GB/France/USA 2017, 108 minutes; Sélection officielle, Toronto Intl. Film Festival 2017, Sélection officielle LuxFilmFest 2018.

En 1953, après la mort de Joseph Staline, les membres du bureau politique du Parti communiste s’engagent dans une lutte intestine pour le poste de chef suprême de l’Union soviétique. Grâce à son talent de négociateur, Nikita Khrouchtchev, le machiavélique conseiller du dictateur décédé, essaie d’éliminer son principal rival, Lavrenti Beria, le directeur des services du renseignement, pour saisir le pouvoir….

  • Avertissement! Si vous êtes liés de près ou de loin à l’Ambassade russe au Luxembourg…ou si, comme certains, vous êtes restés des communistes invétérés, vous feriez mieux (pour la paix de votre âme) d’éviter ce film qui – je vous le garantis – vous donnera de l’urticaire sinon une crise cardiaque aussi foudroyante que celle ayant terrassé le Père Joseph, en 1953. Ce n’est pas pour rien que Papa Poutine et ses sbires ont essayé de faire interdire le film qui, soyons honnêtes, n’est pas très gentil avec ses héros communistes hautement décorés. Je dois vous avouer qu’à la vision de THE DEATH OF STALIN au Festival de Toronto, en septembre dernier, j’ai eu des fou-rires presqu’aussi dévastateurs que ceux qui m’avaient fait tomber de mon fauteuil lors de la découverte, au Ciné Europe il y a bien longtemps, de MONTY PYTHON AND THE HOLY GRAIL. Cette séance-là avait failli me coûter l’amour de mon épouse qui – assise à mes côtés – réalisa à cet instant précis que j’étais dingue! Donc, tovariches et tovapauvres, restez bien douillettement chez vous plutôt que d’aller prendre une claque dont vous ne vous remettrez jamais! Da da da, comme disait l’autre! (jpt) 

34411d6a74ecd7553b96609254e9f0d9

  • Russia has banned “The Death of Stalin” from being shown in cinemas after officials claimed the dark comedy was offensive. A Russian culture ministry spokeswoman said the film is being pulled for containing “information whose distribution is legally banned in Russia,” according to Agency France-Presse.The political satire was previously set for a limited release in theaters. (Variety)
  • The Death of Stalin” writer-director Armando Iannucci says his political satire parallels the actions of Donald Trump and his administration. The comedy follows the aftermath of Joseph Stalin’s death as his closest officials all attempt to inherit power. Although “The Death of Stalin” was filmed prior to Robert Mueller’s investigation about politicians possibly conspiring with Russia, Iannucci said it fits in with the news today. At a screening of the film (accompanied by a live orchestra) at the Ace Hotel in Downtown Los Angeles, Iannucci said there are lines in the film that closely resemble quotes from Trump’s officials that make headlines daily. “There are phrases in the film like ‘we’re in a new reality now’ just as Kellyanne Conway was on the television talking about alternative facts,” Iannucci said. (Variety) 

  • Consistently ahead of his time, political satirist and “Veep” creator Armando Iannucci — who forecast a female President that was not to be — has been developing “The Death of Stalin” since long before the current swell of anti-Russian sentiment hit American shores. While it’s unclear whether the country’s recent election-meddling shenanigans will make this defiantly anti-commercial comedy any more appealing to viewers (it seems a stretch), Iannucci certainly deserves credit for even attempting to tackle a movie whose very existence sounds like a joke: If only the end result were as funny as the idea that anyone would undertake a film about the turmoil surrounding the Soviet despot’s demise. Though sporadically brilliant, this too-often uneven send-up of Russian politics attempts to maintain the rapid-fire, semi-improvisational style of Iannucci’s earlier work — most notably his revolutionary 2009 feature “In the Loop,” still the most delightfully madcap comedy of the last decade — while situating such madness within an elaborately costumed and production-designed period milieu. (Peter Debruge/Variety) 

Death-of-Stalin-film.png

Lady-Bird-film-posterL’autre film de la semaine:

LADY BIRD

Comédie dramatique; Réalisatrice, scénariste: Greta Gerwig; avec Saoirse Ronan, Laurie Metcalf, Tracy Letts, Timothée Chalamet; Directeur/Photo: Sam Levy; Musique: Jon Brion; USA 2017, 95 minutes; Golden Globes 2018: Meilleure comédie, meilleure actrice; 5 nominations aux Oscars 2018; 3 nominations aux Baftas 2018; Sélection officielle TIFF 2017.

Christine McPherson, une adolescente originale et enjouée qui exige qu’on l’appelle en tout temps « Lady Bird », entame sa dernière année dans une école secondaire catholique de Sacramento. Lassée de son existence dans une banlieue populaire de Californie, elle caresse le rêve de poursuivre des études dans une université de la côte Est américaine. Mais ses origines modestes la forcent à user de persuasion auprès de ses parents, et plus spécialement de sa mère avec qui elle est en conflit quasi permanent.

  • Le premier long-métrage réalisé par l’actrice Greta Gerwig fut un des grands chouchous de la critique américaine fin 2017 tnadis que les nominations et les récompenses pleuvaient un peu de parttout, même si (avec 5 nominations) le film n’a pas été récompensé par l’Académie des Oscars, tandis que les Golden Globes ne l’ont pas loupé. 

a6db221c164bfc5af7cf156a738e857e

  • In the conversations that have ushered in its theatrical release, Lady Bird has been described as Greta Gerwig’s directorial debut. Yet, with seven screenplays to her name and a co-director credit on Joe Swanberg’s 2008 mumblecore drama Nights and Weekends, it’s not as though she is new to making movies. Still, the endearing shagginess and goofy imperfection associated with Gerwig’s work in front of and behind the camera are noticeably absent in this polished, muscular, Oscar-nominated debut proper. Not a criticism exactly, but perhaps an explanation for why the film has managed to transcend its indie dramedy trappings. (…) It is Gerwig’s tidy pacing, vividly drawn characters (see Timothée Chalamet’s bit-part as a floppy-haired mobile phone sceptic who smokes roll-ups and “trying as much as possible not to participate in our economy”), and eye for period detail (like her use of the Dave Matthews Band) that mark her as a keen observer of the small things that make a good movie great. Her writing is alive with beautiful bon mots, but also an acute sense of class anxiety in post-9/11, pre-financial crash suburban America, with the McPherson family’s worries about Lady Bird’s tuition fees given as much screen time as her romantic exploits. (Simran Hans/The Guardian) 

e196d34ec75b9b793e41f7efd001417c

  • By the time you read this, you’ll probably have a pretty good idea of what the movie “Lady Bird” is about, seeing as how it’s the kind of modest, miraculous low-budget gem that takes on a life of its own. But sight unseen, the title sounded a lot like a sequel to last year’s “Jackie,” seeing as how LBJ succeeded JFK in office, and Lady Bird was the name of his wife. Turns out Lady Bird was also the name restless high school senior Christine McPherson picked for herself — a first act of defiance in a battle to assert her own identity as separate from her parents. “Lady Bird” is indie darling (and one-time mumblecore muse) Greta Gerwig’s directorial debut, and the character is basically her, 15 years younger and played by Saoirse Ronan, sporting a vampire-red rinse and a face full of acne (both signs of its attention to detail). Early Telluride reactions seem particularly impressed that such an accomplished film could be anybody’s first, although those who’ve been following Gerwig’s career surely saw it coming: She’s been starring in, co-writing and even co-directing smart, soul-baring dramedies for more than a decade. The real surprise is just how honest and personal this film proves to be — again, par for the course with Gerwig, and yet, fairly rare among first-time directors, who haven’t had nearly so much practice simply being real. (Peter Debruge/Variety) 

448acfea695bda3f229c8c3b404d1831

0065340MADAME HYDE

Comédie fantastique; Réalisateur: Serge Bozon; avec Isabelle Huppert, Romain Duris, José Garcia; Scénariste: Serge Bozon, Axelle Ropert, d’après le roman de Robert Louis Stevenson; Directeur/Photo: Céline Bozon; Musique: Benjamin Esdraffo; France 2017, 95 minutes; Sélection officielle LuxFilmFest 2018, Prix d’Interprétation fémine Festival de Locarno 2017.

Une timide professeure de physique dans un lycée de banlieue est méprisée par ses élèves. Un jour, elle est foudroyée pendant une expérience dans son laboratoire et sent en elle une énergie nouvelle, mystérieuse et dangereuse…

  • Isabelle Huppert ressemble à une boule de feu très cartoonesque, dans un dessin à la naïveté assumée qui contraste avec les effets dévastateurs – montrés pour le coup de façon très prosaïque – que ce corps ardent, en se détachant du fond de la nuit, provoque dans l’espace du cadre. (critikat.com) S’il est bien quelque chose qu’on ne peut dénier au cinéma de Serge Bozon, (…) c’est son originalité, et même son originalité humoristique (…) rien ni personne n’est banal, convenu, “cliché” dans Madame Hyde. Et pourtant tout est vraisemblable. (Les Inrocks) Fable sur la transmission, vision politique de l’école, le film se charge, non sans à-propos, de mystère, de violence, d’inquiétude. (Cahiers du Cinéma) Serge Bozon poursuit dans la lignée d’un cinéma fait de ruptures de ton, à la fois comique et malaisant, et signe un film épatant sur la transmission. (Les Fiches du Cinéma) 

1264878_Madame-Hyde

69000000012DIEKBELSCHWAARZE MANN ***

Documentaire; Titre français: Un noir parmi nous; Réalisateur: Fränz Hausemer; Productrice: Anne Schroeder/Samsa Film; Luxembourg 2018, 56 minutes; Sélection officielle LuxFilmFest 2018.

En 1912, Jacques Leurs, un petit garçon noir, est déposé chez ses grands-parents au Luxembourg. Le père luxembourgeois retourne au Congo auprès de la mère indigène du petit. Jacques ne les reverra plus jamais. Il grandira ainsi en tant que premier citoyen noir de ce minuscule État européen. Sa vie sera profondément marquée par les conflits et les idéologies du XXe siècle. Si son identité complexe fait subir les pires revers à Jacques, elle est aussi à la source de sa sensibilité pour la souffrance d’autrui et devient ainsi le formidable moteur de son engagement pour le changement politique et social…

Schwaarze-Mann-1-Jacques-Leurs-Photo-Tony-Krier-c-samsa-filmUn documentaire luxembourgeois magnifique (et agréablement court) sur le premier “noir” ayant reçu la nationalité luxembourgeoise. Au début du siècle dernier, avoir la peau noire dans un pays aussi  “blanc” que le Grand-Duché n’a pas dû être chose facile, et le film raconte le destin insolite de Jaques Leurs avec tact et doigté. L’interview de sa veuve (désormais centenaire) est émouvante et chaleureuse et, en passant, on en apprend beaucoup sur l’hisroire de notre pays. Dommage qu’aucun document filmé et/ou sonore de Jacques Leurs eiste ou a été retrouvé, on aurait bien aimé entendre la voix de celui qui est devenu politicien (dans la Ville de Luxembourg) et syndicaliste (auprès de Chemins de Fer). Du très beau travail de Fränz Hausemenr et Anne Schroeder. Trois étoiles! 

Schwaarze-Mann-3-Mariage-c-samsa-filmSchwaarze-Mann-5-Epouse-Jacques-Leurs-c-samsa-filmSchwaarze-Mann-2-Jacques-Leurs-Enfant-c-samsa-film13947168GAME NIGHT

Comédie policière, film d’action; Réalisateurs: Jonathan Goldstein, John Francis Daley; avec Jason Bateman, Rachel McAdams, Kyle Chandler, Danny Huston; Scénariste: Mark Perez; Directeur/Photo: Barry Peterson; Musique: Claiff Martinez;  USA 2018, 100 minutes.

Pour pimenter leur vie de couple, Max et Annie animent un jeu une nuit par semaine. Cette fois ils comptent sur Brooks, le frère charismatique de Max, pour organiser une super soirée à thème autour du polar, avec vrais faux malfrats et agents fédéraux ! Brooks a même prévu de se faire enlever…. sauf qu’il reste introuvable. En tentant de résoudre l’énigme, nos joueurs invétérés commencent à comprendre qu’ils se sont peut-être trompés sur toute la ligne. De fausse piste en rebondissement, ils n’ont plus aucun point de repère et ne savent plus s’il s’agit encore d’un jeu… ou pas. Cette nuit risque bien d’être la plus délirante – et la plus dangereuse – de toute leur carrière de joueurs…

  • Party games like Pictionary, Charades, or Trivial Pursuit aren’t the same thing as real life. But one reason games like these never go out of style is that they’re about a lot of things, like competition and quick strategizing and supreme knowledge of pop culture, that are now survival skills in many a corporate office (and more than a few marriages). “Game Night,” a trip-wired suspense comedy about six middle-class nerds who get together for a weekly Tostitos-and-beer game night, only to stumble into a simulated reality game that’s staged as if it were a matter of life or death (and here’s the trick: maybe it is), is the sort of cinematic gimcrack that’s all perilous mechanics, whipsaw reversals, and unabashed contrivance. It’s like “Deathtrap” recast as a megaplex thriller that keeps pranking the audience. The gimmicky, mouse-trap fun of it hinges on one’s willingness to see the game board yanked out from under you. (Owen Gleiberman/Variety)                                    game-night-2018-film
  • The current state of the studio comedy is so dire that it’s tempting to grade a competently confected trifle like “Game Night” on a curve. The movie is graced with gifted performers, and has been shot and edited with above-average panache. There are no slow-mo group struts (huzzah!) or strenuous scatological set pieces. And the first 10 minutes are zippy and charming, presenting the premise — two fiercely competitive board/parlor game aficionados (played by Jason Bateman and Rachel McAdams) meet cute, marry and institute a weekly “game night” at their house — in lively, economical fashion. (Jon Frosch/Hollywood Reporter)image

GHOSTLANDGHOSTLAND

Film d’épouvante; Réalisateur, scénariste: Pascal Laugier; avec Crystal Reed, Anastasia Phillips, Emilia Jones, Mylène Farmer; Directeur/Photo: Danny Nowak; Musique: Todd Bryanton, Georges Boukoff, Anthony D’Amario, Ed Rig; France/Canada 2018, 91 minutes; Grand Prix Festival de Gerardmer 2018.

Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Mais dès la première nuit, des meurtriers pénètrent dans la demeure et Pauline doit se battre pour sauver ses filles. Un drame qui va traumatiser toute la famille mais surtout affecter différemment chacune des jeunes filles dont les personnalités vont diverger davantage à la suite de cette nuit cauchemardesque. Tandis que Beth devient une auteur renommée spécialisée dans la littérature horrifique, Vera s’enlise dans une paranoïa destructrice. Seize ans plus tard, la famille est à nouveau réunie dans la maison que Vera et Pauline n’ont jamais quittée. Des évènements étranges vont alors commencer à se produire…

  • Avec comme tête d’affiche Mylène Farmer en mère de deux filles séquestrées par de monstrueux tortionnaires, Ghostland s’inscrit dans la généalogie d’une esthétique horrifique américaine à laquelle il rend hommage (Lovecraft, Carpenter, Rob Zombie…) tout en élaborant, autour d’un scénario malin, un “torture porn” malsain à souhait. (critikat.com) Inattendu, radical et poétique, “Ghostland” attrape le spectateur à la gorge pour le plonger dans une abîme intime et cauchemardesque, dont il ne ressortira pas indemne. (Ecran large) Aussi éreintant que sensible et touchant dans sa peinture d’une adolescence bouleversée par I’anéantissement de la cellule familiale, ce métrage unique et profondément original prouve une nouvelle fois que son auteur compte parmi les plus éminents représentants d’un cinéma de genre audacieux et radical. (L’Ecran fantastique) C’est tourné en anglais au Canada, certes, mais réalisé par un Français avec des capitaux en partie tricolores : cédez au frisson de ce train fantôme singulier, qui vous laissera sûrement plus de souvenirs qu’une virée à la foire du Trône. (Le Point) 3625533

  • Just when you thought it was safe to move to an isolated country house filled with creepy antique dolls, dead bugs and way too much floral wallpaper, in comes Ghostland, a violently twisted take on the home invasion tale from French horror junkie Pascal Laugier. Like the director’s gory debut, Martyrs, which took the torture porn genre to untold levels of unpleasantness, this taut — if somewhat corny — slasher flick once again features two young women subjected to all kinds of abuse both real and imaginary (though mostly the former) as they’re locked inside by a pair of first-rate psychopaths. Why any of this happens remains unclear, although Laugier does make some inventive narrative moves to render his Franco-Canadian, English-language effort more interesting than it should be. Still, it’s neither for the faint of heart nor the sharp of mind, which should turn it into perfect VOD fodder for most territories. (Jordan Mintzer/Hollywood Reporter) 

ghostland_still_1_-_publicity_-_h_2018

120x160-GASTON-BDGASTON LAGAFFE

Comédie; Réalisateur: Pierre-François MARTIN-LAVAL; avec Théo Fernandez, Pierre-François Martin-Laval, Arnaud Ducret; Scénaristes: Pierre-François Martin-Laval, Mathgias Gavarry, d’après la bédé d’André Franquin; Directeur/Photo: Régis Blondeau; Musique: Christian Lundberg, Matthieu Gonet; France 2018, 84 minutes.

M’enfin ! Gaston débarque en stage au Peticoin. Avec ces inventions délirantes, il va changer le quotidien de ses collègues. Chat, mouette, vache, et gaffophone seront au rendez-vous des aventures de notre bricoleur de génie qui ne pense qu’à faire le bien autour de lui mais qui a le don d’énerver Prunelle son patron. Les gaffes à gogo de notre empêcheur de travailler en rond pourront-elles éviter que le redoutable Monsieur de Mesmaeker rachète le Peticoin ?

La question est posée. Vous voilà prévenus!

1645804

peppa-pig-544bd5a6b441eLES NOUVELLES AVENTURES DE PEPPA PIG

Dessin animé; Réalisateurs: Neville Astley, Mark Baker; GB 2017, 60 minutes.

Ne manquez pas les histoires de cette adorable chipie cochon avec son frère George, Maman Pig et Papa Pig. Ensemble, ils vivent des aventures drôles dans lesquelles toute la famille peut se retrouver ! Dans cette nouvelle saison, elle part faire le tour du monde avec sa famille et fait escale en France pour le plus grand bonheur des tout petits!

28056248_2034117713501469_3800321761654660627_n
Peppa Pig a plus de 3.000.000 de “likes” sur sa page Facebook. Autant vous dire que le cochon est populaire!

isleofdogs-2En avant-première: ISLE OF DOGSSherlock-GnomesEn avant-première: SHERLOCK GNOMES

2548759En avant-première: TAXI 5

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close