Les Avengers dansent le Foxtrot en transit…

Bien sûr que c’est AVENGERS – INFINITY WAR qui fera un malheur cette semaine, mais notre label du “film de la semaine” va au film israélien FOXTROT de Samuel Maoz, pour la plus simple raison que c’est un film extrêmement fort qui a glané les prix à gauche et à droite et qui a le grand mérite d’avoir fâche le gouvernement israélien, à un point tel que Israel a même boycotté le Festival du Film Israélien de Paris, qui avait projeté FOXTROT en ouverture. TRANSIT du cinéaste allemand Christian Petzold évoque la Shoah d’une façon très particulière, et c’est également un film que les cinéphiles ne voudront pas rater.  On y retrouve d’ailleurs Paula Beer, qui vient de faire un malheur dans la série luxo-allemande BAD BANKS. Le cinéma belge repointe le bout de son nez avec le documentaire NI JUGE, NI SOUMISE qui a plein de choses à dire sur la justice en Belgique et qui le dit d’une façon disons “inédite”. Finalement, Daniel Auteuil réalise et interpréte AMOUREUX DE MA FEMME, aux côtés de Gérard Depardie et Sandrine Kiberlain. Voilà le menu d’une semaine plutôt bien fournie! Jean-Pierre THILGES 

foxtrot-movie-new-poster-

Le film de la semaine:  FOXTROT

Drame de guerre; Réalisateur, scénariste: Samuel Maoz; avec Lior Ashkenazi, Sarah Adler, Yonaton Shiray; Directeur/Photo: Giora Bejach; Musique: Ophir Leibovitch, Amit Poznansky; Israël/Allemagne/France 2017, 113 minutes; Sélection officielle Venise, Toronto, Telluride, Londres 2017, LuxFilmFest 2018; Grand Prix du Jury Venise 2017, Grand Prix LuxFilmFest 2018; 8 Academy Awards isréliens, dont celui du meilleur film. 

Michael et Dafna, mariés depuis 30 ans, mènent une vie heureuse à Tel Aviv. Leur fils aîné Yonatan effectue son service militaire sur un poste frontière, en plein désert. Un matin, des soldats sonnent à la porte du foyer familial. Le choc de l’annonce va réveiller chez Michael une blessure profonde, enfouie depuis toujours. Le couple est bouleversé. Les masques tombent….

Le réalisateur Samuel Maoz revient sur la genèse du projet Foxtrot : “C’est une histoire vraie et personnelle, survenue en 1994, qui est à l’origine du film. Ma fille avait l’habitude de traîner au lit le matin et d’arriver à l’école systématiquement en retard. Au départ, j’avais décidé de lui payer le taxi pour lui éviter des problèmes à l’école, mais après m’être rendu compte que ce luxe devenait trop cher pour nous, je lui ai dit : « plus de taxis ! à partir de demain, tu prends le bus n° 5 qui s’arrête près de l’école ». Ma fille a un peu protesté, mais elle a été contrainte d’accepter. Le lendemain matin, elle est partie prendre le bus n° 5, et une heure plus tard, on a annoncé à la radio un attentant-suicide sur la même ligne (un attentat terrible qui a fait 22 morts et plus de 100 blessés).  Vous imaginez mon état de panique, d’autant qu’il m’a été impossible de joindre ma fille pendant plus d’une heure, parce que toutes les lignes téléphoniques étaient saturées. Je peux vous dire que ce fut la pire heure de ma vie. J’ai souffert comme je n’ai jamais souffert, c’était bien pire que toutes les épreuves de la guerre du Liban. Ma fille a finalement réussi à me joindre pour m’annoncer qu’elle avait raté de justesse le bus en question et qu’elle était en fait montée dans le suivant. C’est cette histoire terrible, où hasard et destin se sont mêlés, qui m’a inspiré le scénario de Foxtrot.” 

maxresdefaultLe film a soulevé une énorme polémique en Israël à cause de la critique de la ministre de la Culture, Miri Regev, qui a proclamé qu’il donnait une mauvaise image de l’armée israélienne : “Miri Regev n’a jamais vu le film, ce qui ne l’a pas empêché de l’attaquer avec des arguments absurdes en falsifiant complètement son contenu dont elle se moque complètement : la seule chose qui l’intéresse c’est de flatter son électorat de droite, quitte à véhiculer des fake news… Paradoxalement, elle a beaucoup aidé Foxtrot en assurant sa promotion dans les médias, et le film est devenu un succès commercial en Israël. Mais sur le fond, bien que le film soit une fiction, je peux évoquer des cas dont j’étais témoin durant mon service militaire où les autorités de l’armée ont couvert des dérives, parfois des crimes, commis par des soldats. La réaction de Miri Regev ne fait que confirmer le propos du film, à savoir que chaque oeuvre qui remet en question ce mythe de la menace permanente qui pèse sur Israël, est immédiatement perçue elle-même comme une menace qu’il faut absolument écarter”, déplore  Samuel Maoz.  (Extrait du dossier de presse)

1.5810779.2107400494

  • Despite Political Pressure From Jerusalem, Israeli Film Festival in Paris Refuses to Cave on ‘Foxtrot’

  • The Israeli film festival in Paris is determined to screen “Foxtrot” on opening night despite the protest by Culture Minister Miri Regev against a movie she says slanders the Israeli army. This week, Regev told Haaretz that she would not “support a festival that showcases films that slander us throughout the world and contains false content about IDF soldiers and its citizens.” “Foxtrot” focuses on the life of a family – two parents and their daughter – who live in Tel Aviv, while their son, a solider, is killed early in the film.“I really love the movie. I don’t see anything against Israel whatever,” the festival’s director, Hélène Schoumann, told Haaretz on Monday. “So I won’t cancel it; of course not.” Two months ago, the culture representative at the Israeli Embassy in Paris asked Schoumann to consider changing the festival’s opener.“She asked me very tactfully,” Schoumann said. ‘She said ‘you know, maybe, it’s a movie, maybe you can use another one.’ … And I said no. I don’t understand why she’s focusing on only one movie. You know the festival is showing around 35 movies, with documentaries, features.” Schoumann said the Israeli government had already lent its support to the festival, and no official had asked the festival to return the money.  “Of course it’s political, but I don’t think it’s a legitimate demand,” she said of Regev’s comments. The festival has existed for 18 years, and in previous years boycott, divestment and sanction supporters showed up to demonstrate against it. “Foxtrot” will be shown three times during the festival, which ends March 20. The screening on opening night March 13 will be attended by director Samuel Maoz. “The damage that could be caused was prevented this time,” Maoz said, praising the festival’s management. In a Hebrew-language Facebook post Monday, Maoz wrote that Schoumann “didn’t blink despite another crazy attempt to undermine freedom of creativity,” thereby preventing the serious financial damage that such a step could have caused Israeli cinema.On Sunday, Regev said she planned steps to prevent the government from supporting the festival, after she learned that “Foxtrot” would kick off the event. Israel’s ambassador to France, Aliza Bin-Noun, also said she would not take part in the opening event. In his Facebook post, Maoz said that of all the countries that invest money in helping produce Israeli films, France and Germany invest the most. He said this funding, which was crucial for the survival of Israeli cinema, was now at risk. “The Israeli film festival in Paris is an important platform for promoting and marketing Israeli art in France, and it attracts the leading distributors, investors, producers and journalists,” Maoz wrote. “France is the greatest consumer of Israeli cinema in Europe, and together with Germany is also the most generous co-producer. The [Israeli] Foreign Ministry gives the festival token support of 8,000 euros a year, and in return Israel receives several millions that our films about us use.” Maoz said the “ridiculous” Israeli culture budget needed this support “because without it our films won’t be able to get off the ground. But the damage that could have been caused was prevented this time thanks to Hélène Schoumann, the festival director, who withstood the pressure and didn’t compromise on her right and obligation to shape the festival’s image in a way that effectively reflects the past year’s crop.” As Maoz put it, “I assume that she decided to open with ‘Foxtrot’ because the commotion surrounding it stirs curiosity and naturally creates a good starting point . Hélèn reacted to the sabotage against her with noble determination, didn’t blink in the face of a crazy attempt to undermine freedom of creativity, and the French like her reaction and will return a lot of love to the festival and Israeli cinema.” (Nirit Anderman/Haaretz) 12_8_arts_guide_foxtrot003935_2-f27423bc-ea59-426d-9b44-eae396c88f39

Transit_Poster_-INT_RZ01TRANSIT

Drama; Regisseur, Drehbuch: Christian Petzold, nach dem Roman von Anna Seghers; Darsteller: Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese, Lilien Batman; Kamera: Hans Fromm; Musik: Stefan Will; Deutschland/Frankreich 2018, 102 Minuten; Offizielle Wettbewerb-Auswahl, Berlinale 2018. 

Der deutsche Radiotechniker Georg findet in einem Pariser Hotel zufällig die Leiche des exilierten Schriftstellers Weidel, der sich das Leben genommen hat. Er nimmt ein Buchmanuskript, einen Brief Weidels an seine Frau und Ausreisepapiere der mexikanischen Botschaft mit. Damit flieht er vor den anrückenden deutschen Faschisten nach Marseille, wo er sich im Konsulat als Weidel ausgibt. Zudem teilt Georg der taubstummen Frau seines Freundes Heinz mit, dass dieser auf der Flucht gestorben ist, und freundet sich mit ihrem kleinen Sohn an. Während Georg auf die letzten Stempel für die Ausreise wartet, begegnet er mehrfach der attraktiven Marie, die sich als Weidels Frau herausstellt. Sie ist nun mit einem deutschen Kinderarzt liiert und will mit diesen nach Mexiko ausreisen. Während Marie nach ihrem Mann sucht, verliebt sich Georg in Marie, wagt aber nicht, ihr zu gestehen, dass er die Identität ihres Mannes angenommen hat… (Zusammenfassung: Vision Kino)

transit-1

  • r seinen achten Kinofilm hat der Drehbuchautor und Regisseur Christian Petzold den 1941/42 in Marseille geschriebenen, autobiographisch geprägten Roman “Transit” der exilierten Schriftstellerin Anna Seghers (1900-1983) eigenwillig adaptiert: Er verlegt den Erzählstoff ins Heute, wobei die Zeitebenen elegant verschränkt werden. Einerseits legen Flüchtlinge in den Konsulaten Pässe des Deutschen Reiches vor und man hört im Dialog von vorrückenden Faschisten. Andererseits fahren die Polizisten moderne Autos, während Videokameras die Flüchtlinge erfassen. Zusammen mit zeitlosen Kostümen der Figuren entsteht so ein entrücktes Zwischenreich. Im Gegenzug rekonstruiert Petzold jedoch die Historizität des Erzählten, indem ein Off-Erzähler das Geschehen mit Seghers-Sätzen kommentiert. (…) Das Filmmelodram illustriert anhand mehrerer Exilanten die Verfolgung von Juden und Regimegegnern durch das NS-Regime.  (Reinhard Kleber/Vision Kino) 

Transit

latest

AVENGERS – INFINITY WAR

Film d’action, aventures fantastiques; Réalisateurs: Joe & Antony Russo; avec Robert Downey jr. Chris Hemsworth, Chris Evans, Scarlett Johansson, Mark Ruffalo, Benedict Cumberbatch, Josh Brolin, etc.; Scénaristes: Christopher Markus, Stephen McFeely; Directeur/Photo: Trent Opaloch; Musique; Alan Silvestri: USA 2018, 149 minutes.

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers…

Près de deux heures et trente minutes de casse. C’est à se demander si la baraque va tenir!

Avengers-Infinity-War-Captain-America-Leads-the-Charge

4923573AMOUREUX DE MA FEMME

Comédie dramatique; Réalisateur: Daniel Auteuil; avec Daniel Auteuil, Gérard Depardieu, Sandrine Kiberlain,Adriana Ugarte; Scénariste: Florian Zeller, d’après sa pièce “L’Envers du décor”; Directeur/Photo: Jean-François Robin; Musique; Thomas Dutronc; France 2018, 84 minutes.

Daniel est très amoureux de sa femme, mais il a beaucoup d’imagination et un meilleur ami parfois encombrant. Lorsque celui-ci insiste pour un diner “entre couples” afin de lui présenter sa toute nouvelle, et très belle, amie, Daniel se retrouve coincé entre son épouse qui le connaît par coeur et des rêves qui le surprennent lui-même…

maxresdefaultAmoureux de ma femme est le premier long métrage de Daniel Auteuil  qui ne soit pas basé sur l’univers de Marcel Pagnol. Le comédien et réalisateur a en effet porté à l’écran “La Fille du puisatier”, “Marius” et “Fanny“. Il souhaitait aborder la part d’enfance chez l’adulte et sa capacité intacte à rêver : “Rêver nous fait prendre conscience que nous n’avons qu’une vie alors que nous avons l’appétit pour mille. Ce film n’est rien d’autre qu’une fantaisie amoureuse à travers laquelle se diffuse une question à laquelle chacun pourra répondre : que désire-t-on quand on désire l’autre ?” (Extrait du dossier de presse)

amoureux-de-ma-femme-le-nouveau-film-de-daniel-auteuil-20180415-1744-4b0a9b-0@1x

OneSheetNJNSNI JUGE, NI SOUMISE

Documentaire; Réalisateurs: Jean Libon, Yves Hinant; avec la juge Anne Gruwez;        Belgique/France 2018, 99 minutes.

“Ni juge ni soumise” suit l’atypique et excentrique juge Anne Gruwez, au sein de l’instruction belge, à Bruxelles. Enquêtes criminelles, auditions de témoins et visites de scènes de crime, les réalisateurs capturent ce que personne n’avait jamais réussi à filmer jusque-là.

maxresdefault
Madame le Juge, au naturel
  • Folie douce à tous les étages dans ce film rentre-dedans où la figure extravertie de la magistrate s’avère être de la trempe de certains comédiens belges comme Benoît Poelvoorde ou Yolande Moreau. Rien ni personne ne sort indemne de ce jeu de massacre documentaire. (L’Humanité) A chaque instant, le sordide côtoie la misère humaine la plus noire… « C’est souvent dans l’histoire d’un crime qu’on peut voir à la loupe la société dans laquelle on patauge », tel est le credo des réalisateurs de cette ­variante belge et surréaliste du Délits flagrants de Raymond Depardon. (Télérama) La majorité des prévenus sont d’origine maghrébine ; c’est malheureux. Comédie du réel ou fausseté de la représentation ? Drôlerie ou indécence ? La méthode “Strip-tease” n’a rien perdu de son ambiguïté. Entre la sidération et la gêne, notre cœur de spectateur balance. (Le Nouvel Observateur) Adoptant les mêmes principes que ceux qui présidaient pour le petit écran (pas de voix off, pas de commentaire, pas d’interview), les réalisateurs nous plongent dans son quotidien, entre son bureau, où elle se confronte aux prévenus, et son domicile, où elle cultive son jardin en compagnie d’un rat domestique. (Le Monde) 
1506327381622_0570x0400_1506327395800
Voiture officielle

1590073MIKA & SEBASTIAN: L’AVENTURE DE LA POIRE GÉANTE

Titre original: Den utrolige historie om den kæmpestore pære; Animation numérique; Réalisateurs: Jorgen Lerdam, Philip Einstein Lipski, Amaile Naesby Fick; Danemark 2018, 80 minutes.

A Solby, petit port paisible, la vie est douce pour Mika et Sebastian. Jusqu’au jour où ils trouvent une bouteille à la mer… A l’intérieur: une petite graine et un message mystérieux ! Aurait-il été envoyé par JB, leur ami disparu depuis un an ? À peine ont-ils planté la graine que les voilà embarqués dans une aventure extraordinaire faite de monstre3234804smarins, de pirates abominables et… de poires géantes !

Mika & Sebastian : l’aventure de la Poire Géante est tiré de La fabuleuse histoire de la poire géante du dessinateur danois Jakob Martin Strid. Il est particulièrement connu dans son pays pour sa bande dessinée satirique Strid, publiée dans le quotidien danois Politiken entre 2000 et 2003. Il change de registre et se lance en 1997 dans la littérature jeunesse et rencontre un succès considérable au Danemark, où son travail est récompensé par de nombreux prix. (Extrait du dossier de presse)

3214492

Blue_A4poster_FINALEn avant-première: DOLPHINS/BLUE

DOLPHINS/BLUE Blue est une plongée au cœur de l’Océan pour découvrir, comprendre, aimer un monde encore mystérieux et surprenant. Un monde où la nature invente des couleurs, des formes et des sons merveilleux. L’Océan est unique, seuls les hommes le mettent au pluriel. Il est partout, recouvre plus de 70% de la Terre et donne à notre maison sa couleur et son nom: la planète bleue. Dans cet environnement somptueux et fragile, les dauphins seront nos guides pour partager cette grande histoire de l’Océan qui est celle de nos origines et notre avenir. Une histoire universelle qui résonne en chacun de nous….

dolphins-disney-nature

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close