Superjhemp meets Sisters Brothers

Eh oui, les vacances de la Toussaint pointent le bout de leur nez…et nos cinémas mettent les petits plats dans les grands pour vous faire plaisir. Deux films se détachent du lot…pour des raisons différentes. Il est tout à fait évident de faire l’ouverture de notre blog avec le film le plus luxebourgeois jamais réalisé, DE SUPERJHEMP RETÖRNS de Félix Koch, une célébration drôlissime de tout ce qui tourne le Luxembourg en Luxebourg. Pour faire plaisir aux francophones et pour faire chier les éternels râleurs xénophobes, le film a été sous-titré en Français (s’il vous plaît), ce qui augmente nettement sa zone de chalandise. Et même si ce n’est pas un chef d’oeuvre devant l’éternel, le film est vraiment très drôle et cassera la baraque! Revenons aux choses sérieuses et passons du ciel luxebourgeois aux vastes étendues de l’Ouest américain avec une chose très rare, un western magnifique ***** réalisé par un cinéaste français, THE SISTERS BROTHERS de Jacques Audiard, qui fut une des grandes révélations des festivals de Toronto et de Venise. C’est un véritable régal qui vient rejoindre des merveilles récentes comme A STAR IS BORN, FIRST MAN, THE SHAPE OF WATER et PHANTOM THREAD dans notre Top Ten de 2018. Les autres sorties de la semaine sont évidemment en retrait, mais il y en aura pour tout le monde avec BAD TIMES AT THE EL ROYALE, une nouvelle déclinaison de HALLOWEEN, deux comédies françaises – LE GRAND BAIN et LE FLIC DE BELLEVILLE, deux films pour petits ou grands enfants – DILILI À PARIS et GOOSEBUMPS 2 – HAUNTED HALLOWEEN …et quelques avant-premières d’un autre film musical très attendu, BOHEMIAN RHAPSODY sur la vie et la carrière de Freddy Mercury. Pour maîtriser tout cela et pour faire plaisir à Superjhemp, il vous faudra une bonne portion de Kachkéis!  Jean-Pierre THILGES 

35f25ea975be4b7110aefba89713f3d4.png

De Film vun der Woch:

DE SUPERJHEMP RETÖRNS ***

En français, s’il vous plaît: SUPERJHEMP – LE COMEBÄCK; Kachkéisreklamm, Comedie; Regie: Félix Koch; mam Désirée Nosbusch, Änder Jung, Jules Werner, Etienne Halsdorf, Luc Feit, Jules Waringo, Henri Losch, Jean-Paul Maes, Julie Kieffer, Tommy Schlesser an dem Rescht vum Land; Dréibuch: Félix Koch, Thierry Faber, mat Personnage vum Roger Leiner a Lucien Czuga; Kamera: Dylan E. Thompson; Musék: Felix Raffel; Lëtzebuerg/Belsch 2018, 100 Minutte; Op Lëtzebuergesch, sous-titres français.

Lëtzebuerg steet ënner Schock! Kuerz ier de Krounprënz Luc soll op den Troun klammen, gëtt d’Halschent vun der Kroun entfouert. De Superjhemp soll hëllefen, dat gutt Stéck erëmzefannen, mä deen ass och schonn zënter Jore verschwonnen. De Charel Kuddel am Ministère vun den Ongeléiste Problemer kritt vum Avant-Premier den Opdrag, dee verschollene Superheld nees opzedreiwen…

SJ_CutOut_Flying__27-06-2018.jpeg

Endlech…endlech ass et souwäit. Dee Film, op deen d’ganzt Land, oder op mannst déi 300.000 Leit, déi schonn emol e Superjhemp-Album kaf hunn, gewaart hunn wéi op de Kleeschen oder d’Chrëschtkëndchen, ass endlech gelant…oder…wéi een am Ufank vum Film gesäit…geplumpst. 

Wéi bal all Lëtzebuerger hunn ech och eng enk Relatioun mam Superjhemp, déi eigentlech schonn op déi Zäit zeréckgeet, wou de Jhemp (also hien, net ech) nach guer net gebuer war a wou en d’Superkräfte vum Lëtzebuerger Kachkéis nach iwwerhaapt net entdeckt hat. Ech hunn de Roger Leiner, ee vun den zwee “pater familias” vum Superjhemp nämlech schonn 1981 kennegeléiert, an zwar zu Dikrech, bei der Première vun der AFO hirem Film WAT HUET E GESOT?, fir déi de Rosch ënner anerem d’Affiche gezeechent hat. Tëscht eis zwee huet vum éischte Moment un eng Komplizitéit existéiert, déi sech dann och an de Karikaturen erëmgespigelt huet, déi de Roger doropshi gezeechent huet, fir meng Filmkritiken am Tageblatt ze illustréieren – do sinn heiansdo ganz bosseg Saachen erauskomm, iwwer déi d’Cinemasbesëtzer net ëmmer frou waren. Ech hunn déi Zäit och am Finanzsecteur geschafft, a wéi meng Firma zwee Bicher mat Anekdoten iwwer d’Finanzwelt erausbruecht huet, war et nees de Roger, dee mer mat sengem Bläistëft daper zur Säit stoung, fir d’Broker an d’Banquieren zum Laachen ze bréngen. D’Bicher, déi natierlech vergraff sinn, ginn haut nach ënnert dem Dësch gehandelt.

Superjhemp-Retörns-15-Jules-Waringo-Henri-Losch-Luc-Feit-Jules-Werner-c-samsa-film-Photographe-Patricia-Peribanez
De Kleng-Duc Luc, den Haffmarschall, de Schrobildgen an den Avant-Premier

 An op eemol huet de Roger de Lucien Czuga (de Luss) kennegeléiert an déi zwee hunn sech an der Géigend vu Miersch op eng al rompeleg Couch getässelt an zesummen de Superjhemp “gezeugt”, wann een dat sou salopp ka soen. Wat draus ginn ass, wësse mer alleguer, de Luss an de Rosch hunn doropshin d’Revue mat 31 verschiddene Superjhemp-Albumen iwwer Joren um Liewen erhalen an sech an d’Häerzer vu ganz Lëtzebuerg eragezeechent an erageblödelt…hier Figure goufe gläichzäiteg zu Zäitzeie vun all deem, wat zënterhier zu Luxusbuerg an der Politik an am Alldag sou passéiert ass. Net jidderee war ëmmer frou, wann hien op eemol an engem Album opgedaucht ass – et gouf anscheinend souguer eng “richteg” Joffer Lamesch, déi di zwee Zeechen- a Spriechblos-Pättere wollt op d’Geriicht huelen, well si sech an der gemoolter Madame…pardon Joffer Lamesch erëmerkannt huet. Ech fir mäin Deel hat och déi grouss Éier gläich e puer Mol a Superjhemp-Bicher “matzespillen”, déi éischte Kéier als dem “Andy Bausch säin Hauskritiker”.

Superjhemp-Retörns-1-Fabienne-Hollwege-c-samsa-film-Photographe-Ricardo-Vaz-Palma
D’Madame…pardon…d’Joffer Lamesch

Leider ass de Rosch kuerz no Chrëschtdag virun zwee Joer vill ze fréi gestuerwen, an net nëmmen de Luss an ech mä d’ganzt Land huet e léiwe Mënsch verluer, deen eis alleguer op d’Maul gekuckt huet an de Geck mat alles a jidderengem gemaach huet, wat ëmmer nees gutt gedoen huet. An och wa verschidde “seriö Auteure” gemengt hunn, se missten de ganze Superjhemp-Phänomen als “ze vill populär” ugesinn, waren se ee wéi deen anere jalous op déi gigantesch Verkafszuelen, déi eise kachkéisfriessenden Nationalheld erreecht huet an vun deenen si alleguer nëmmen dreeme konnten.

De Krees huet sech elo geschloss, a leider ass de Rosch net méi do fir nach ze erliewen, wat aus sengem knuddelnuesegen Nationalheld a senge schassgeckegen Akolythen ginn ass, well dat wat de Regisseur Félix Koch, seng Dréibuchauteuren, seng Schauspiller, seng Techniker a säi Produzent mat engem minimale Budget als Hommage un de Rosch an de Jhemp do zesummegezwafft hunn, ass schonn eng Leeschtung…DE SUPERJHEMP RETURNS (op Franséisch: SUPERJHEMP- LE COMEBÄCK) ass eppes, wat et esou an eiser jonker Filmgeschicht nach net gouf – e Superheldefilm mat ganz ville Spezialeffekter, wou se (bal al) Lëtzebuergesch schwätzen, wou et vill ze kucken an nach vill méi ze laache gëtt – an – dat ass dat allerflottst um Film – wou d’Gefiller och net ze kuerz kommen – ëmmerhin ass dat Ganzt jo och en Hommage un de Rosch a seng monumental Aarbecht, fir déi en iwwregens vu sengem Editeur net ëmmer belount a sécher net genuch appreciéiert gouf.

Superjhemp-Retörns-9-Luc-Feit-c-samsa-film-Photographe-Ricardo-Vaz-Palma
Schro, wéi schro…a Bildgen, wéi e klengt Bild.

Och fir mech huet sech mam Film eng “Boucle boucléiert”, wéi se déisäit der Croissants-Grenz soen. D’Produktioun huet mer nämlech déi ganz grouss Éier gemaach, mech ze froen, fir dem Superjhemp säi Lëtzebuergesch op Franséisch ze iwwersetzen an ze ënnertitelen. Wat am Ufank esou ausgesinn huet wéi wann et e vergëfte Cadeau wier, gouf séier zu enger Libesgeschicht tëscht dem Film a mir…an och wann ech mer heiansdo meng gro Hoer ausgerappt hunn, fir mat den Dialoge matzekommen, gouf eppes draus, dat och d’Fransouse kënne kucke goen, fir ze verstoen, wéi mir Luxusbuerger ticken. Dat mer se net méi all hunn, dat wëssen d’Fransouse schonn zënter méi laang, mä elo gi se sécher an hire Viruerteeler nach bestätegt.

Ech weess jo net, wéi déi Louder Félix Koch a seng Auteuren et gemaach hunn, mä sou kuerz no de Walen huet een d’Gefill, de Film wier eréischt déi läscht Woch geschriwwe ginn. Do geet zum Beispill riets vun engem “schwaarze Lach”, vun engem “Plang”, vu Staatsbeamten déi Punkt 5 virun der Auer waarden, datt se op 5 spréngt, dernieft kréien och RTHell an e gewëssene Staatsminister hiert Fett ewech. Iwwerhaapt entlarvt de Film vun Ufank bis Enn dat, wat ee gemengerhand als déi “Lëtzebuergesch Séil” bezeechne ka – d’Provënzialitéit, de Muff, de Feierwon an e ganz spezielle Sänger aus dem Diddelenger Raum si grad sou präsent wéi de Geheimdéngscht, d’Arméi, de Kleng-Duc an déi Politiker, déi am Däischtere schaffen, an déi een eréischt gesäit, wann et scho bal ze spéit ass.

Ech ginn elo bewosst net weider op d’Handlung an, fir nëmmen näischt ze verroden, obwuel ech de Film mëttlerweil in- an auswenneg kennen. Ech wëll datt Dir e selwer entdeckt…an zwar mat ganz oppenen Aen an engem oppene Geescht, wat jo bei eis Stacklëtzebuerger net ëmmer de Fall ass. Am Film (souguer an den Ënnertitelen) sinn nämlech – grad wéi an de Comics – iwwerall kleng Witzer verstoppt, déi ee sécher net alleguer bei der éischter Kéier am Kino entdeckt, obwuel do den Ecran gigantesch ass. Och déi sëllech Sponsoren, déi de Beidel opgemaach hunn, fir dat hir Markennimm verkasematuckelt ginn, dierften sech iwwer den Echo freeën, déi de Film an den nächsten Deeg a Wochen a vläicht Méint am Kino fanne wäert.

Superjhemp-Retörns-2-Jules-Waringo-Henri-Losch-Luc-Feit-c-samsa-film-Photographe-Ricardo-Vaz-Palma
D’Kräiz mat der Kroun…

An d’Schauspiller? Ganz ofgesinn dovun, datt et fir all Acteur e Cadeau ass, bei engem Film wéi DE SUPERJHEMP RETÖRNS gefrot ze ginn, gëtt et näischt méi Schwéieres, wéi bei enger Komedie seriö ze bleiwen an dann och nach Gefiller eriwwer ze bréngen. Désirée Nosbusch, Änder Jung, Luc Feit, Jules Werner, Fabienne Hollwege, Jean-Paul Maes, Henri Losch an déi ganz Band vu méi jonke Schauspiller – Etienne Halsdorf, Jules Waringo, Julie Kieffer, Tommy Schlesser – bléie reegelrecht an hire Rollen op, woubäi d’Julie mer mat senger extrem knaschteger Laach besonnesch Freed gemaach huet.

Superjhemp-Retörns-4-Tommy-Schlesser-Julie-Kieffer-Désirée-Nosbusch-c-samsa-film-Photographe-Ricardo-Vaz-Palma
Den Tom Jitée, d’Tanja Trajet an d’Félicie Kuddel-Fleck

Voilà, elo hunn ech Iech extrem vill erzielt ouni Iech vill ze verroden. Sou soll et och sinn. Stellt Iech an d’Rei an ärem Kino, well vun e Mëttwoch un start de Film mat gläich 8 Kopien an all Kino am Land. Ob se am Kinepolis dann elo och Kachkéiszooss iwwert d’Nachos schëdden, kann ech Iech an dësem Moment mam beschte Wëllen net bestätegen. De Film selwer kritt vu mir 3 Stären a 5 Dëppecher Kachéis, deen dee sou gutt pecht. Ob jidder Fall ass et mat Ofstand dee beschte Superjhemp-Film, dee jee gedréit gouf! Poznennö!

Jemp Thilges (ouni H)

thesistersbrothers.jpg

L’autre film de la semaine

THE SISTERS BROTHERS *****

Titre français: Les Frères Sisters; Western; Réalisateur: Jacques Audiard; avec Joaquin Phoenix, John C. Reilly, Jake Gyllenhaal, Riz Ahmed, Rutger Hauer, Carol Kane, Niels Arestrup; Scénaristes: Jacques Audiard, Thomas Bidegain, d’après le roman de Patrick DeWitt; Directeur/Photo; Benoît Debie; Musique: Alexandre Desplat; France 2018, 117 minutes; Sélection officielle Festival de Venise, Toronto Intl, Film Festival 2018; Prix du 44e Festival de Deauville

Charlie et Eli Sisters évoluent dans un monde sauvage et hostile, ils ont du sang sur les mains : celui de criminels, celui d’innocents. Ils n’éprouvent aucun état d’âme à tuer. C’est leur métier. Charlie, le cadet, est né pour ça. Eli, lui, ne rêve que d’une vie normale. Ils sont engagés par le Commodore pour rechercher et tuer un homme. De l’Oregon à la Californie, une traque implacable commence, un parcours initiatique qui va éprouver ce lien fou qui les unit. Un chemin vers leur humanité?

  • Ce film est un véritable miracle. Un  western en 2018, ce n’est déjà pas mal. Un western réussi, en plus! Un western français réussi, ce qui est carrément impossible! Et pourtant, Jacques Audiard, qui est un des cinéastes les plus éclectiques en France, a signé un film à la fois épique et intimiste, violent et humaniste,  mais en tout cas fabuleux. Tourné entièrement en Europe (en Espagne et en Roumanie), dans des paysages qui représentent l’Amérique comme si on y était, ce film s’inscrit d’emble parmi les meilleurs de 2018. Même si vous n’êtes pas trop fan du genre, ruez-vous au cinéma, ne serait-ce que pour les prestations époustouflantes de John C. Reylly et Joaquin Phoenix. 5 étoiles brillantes! (jpt) 

the-sisters-brothers-Movie-New-HD-Stills-.jpg

  • Un western crépusculaire en forme de conte fraternel. Une pépite. (Bande à part) Opérant une sorte de synthèse de ses interrogations sur la virilité, à travers un western psychologique et sombre, Audiard revient à son meilleur, avec un film à la fois complexe (par ses divers niveaux de lecture) et évident (par sa dimension de “pur cinéma”). (Les Fiches du Cinéma) Le réalisateur de “Sur mes lèvres” a convoqué toute la mythologie de l’Ouest américain pour ce qui, contre toute attente, est un film très personnel. (Positif) Outre ses ruptures de ton, le récit surprend par ses rebondissements, qui relancent l’action vers de nouveaux enjeux. (Télérama) La quête hallucinée et hallucinante de deux ogres précipités au coeur d’une Amérique sur le point de perdre tout à fait son innocence. Plus qu’un western, Audiard nous offre un conte cruel, doublé d’une réflexion terrassante sur la banalité du mal. (Ecran Large) 

joaquin-phoenix-as-charlie-sisters-in-the-sisters-brothers-movie-poster-uj.jpg

MV5BOTk1Nzk1MDc1MF5BMl5BanBnXkFtZTgwNjU2NDExNjM@._V1_.jpg

BAD TIMES AT THE EL ROYALE

Titre français: Sale temps à l’Hôtel El Royale; Thriller policier; Réalisateur, scénariste: Drew Goddard; avec Chris Hemsworth, Dakota Johnson, Jon Hamm, Jeff Bridges; Directeur/Photo. Seamus McGarvey; Musique: Michael Giacchino; USA 2018, 142 minutes.

L’hôtel El Royale, situé sur les rives du lac Tahoe, à la frontière entre la Californie et le Nevada, accueille quatre clients qui n’ont apparemment rien en commun : un prêtre accusant un penchant pour le whisky, une chanteuse dont la carrière fait du surplace, une jeune femme séduisante et un vendeur d’aspirateurs. Miles Miller, le jeune employé de la réception, a tôt fait de leur donner une chambre selon leurs exigences. À peine installés, les nouveaux venus constatent que quelque chose d’étrange émane de l’intérieur et de l’extérieur de l’hôtel…

3396660-badtimes-1530126789962_1280w.jpg

  • Jeff Bridges, Cynthia Erivo, Dakota Johnson and Jon Hamm are among the ragtag travelers whose paths cross at a strange motel in Drew Goddard’s period thriller. A priest, a salesman and a backup singer walk into an empty motel lobby. It might be a setup for a joke or a bloodbath, or a koan to meditate on. In the opening moments of Drew Goddard’s vibrantly imagined feature, it’s hard to tell which it will be. That kind of narrative confusion can be tantalizing, but somehow “Bad Times at the El Royale”, with its starry cast, dazzling design and handsome cinematography, is more of a slog than it has any right to be, the artifice turned up so high that it overwhelms the story instead of igniting it.Writer-producer Goddard brings his notable experience with metaphysical mind-fucks (The Good Place, Lost) and superhero sagas (Daredevil) to this story of a motley collection of guests at a ghostly Lake Tahoe lodge in 1969. With its unbounded affection for vintage pop culture, the movie has a two-dimensional comic-book vibe that will click with fans of that genre (it bows at the Fantastic Fest two weeks before its wide release). Others, drawn by the enticing combo of actors, will likely be let down by the overlong proceedings as Goddard, directing his second film (after “The Cabin in the Woods”), struggles to fit together the lustrous mosaic pieces of his dark motor-court fantasy. (Sheri Linden/Hollywood Reporter) 

BAD-TIMES_img-1_photo-credit-Kimberley-French.jpg

halloween_returns___poster_2_by_themadbutcher-da5wkaa.jpg

HALLOWEEN (2018)

Film d’épouvante; Réalisateur: David Gordon Green; avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak, Will Patton; Scénaristes: David Gordon Green, Danny McBride, Jeff Fradley, basé sur des perosnnages de John Carpenter et Debra Hill; Directeur/Photo: Michael Simmonds; Musique: John Carpenter; USA 2018, 109 minutes.

Laurie Strode est de retour pour un affrontement final avec Michael Myers, le personnage masqué qui la hante depuis qu’elle a échappé de justesse à sa folie meurtrière le soir d’Halloween 40 ans plus tôt…

Zzzzz! C’est le dixième! (jpt) 

Halloween-2018-banner.jpg

  • First the trick: David Gordon Green’s “Halloween” sequel pretends like the last nine films in the franchise don’t exist, picking up 40 years after John Carpenter’s seminal 1978 slasher movie as if none of that other nonsense has ever happened. Now the treat: His take reunites Michael Myers (once again, it’s Nick Castle under the mask) with Laurie Strode (Jamie Lee Curtis), the babysitter who got away, for a final confrontation — one they’ve both been anticipating all this time, but audiences had no reason to think they’d ever witness.That makes this new “Halloween” an act of fan service disguised as a horror movie. The fact it works as both means that Green (who flirted with the idea of directing the “Suspiria” remake) has pulled off what he set out to do, tying up the mythology that Carpenter and company established, while delivering plenty of fresh suspense — and grisly-creative kills — for younger audiences who are buying into the “Halloween” brand without any real investment in Michael and Laurie’s unfinished business. (Peter Debruge/Variety) 

4c68a00362985cab08f32919bfda987e5359c092.jpg

LE GRAND BAIN

Comédie; Réalisateur: Gilles Lelouche; avec Mathieu Amalric, Guillaume Canet, Benoît Poelvoorde, Jean-Hughes Anglade, Virginie Efira, Marina Foïs; Scénaristes: Gilles Lellouche, Ahmed Hamidi, Julien Lambroschini; Directeur/Photo: Laurent Tangy; Musique: John Brion; France 2018, 118 minutes; Sélection officielle (H.C.) Festival de Cannes 2018.

C’est dans les couloirs de leur piscine municipale que Bertrand, Marcus, Simon, Laurent, Thierry et les autres s’entraînent sous l’autorité toute relative de Delphine, ancienne gloire des bassins. Ensemble, ils se sentent libres et utiles. Ils vont mettre toute leur énergie dans une discipline jusque-là propriété de la gent féminine : la natation synchronisée. Alors, oui c’est une idée plutôt bizarre, mais ce défi leur permettra de trouver un sens à leur vie…

  • Le synopsis et l’histoire du GRAND BAIN ressemblent comme une goûte d’eau à un film britannique fort drôle de 2018, SWIMMING WITH MEN, réalisé par Oliver Parker, présenté et primé récemment lors de la British Irish Film Season au Grand-Duché.  Nous avions contacté Ashlin Ditta, le scénariste du film britannique sur le sujet, afin d’en savoir un peu plus sur l’étrange ressemblance entre les deux films qui sortent au même moment, mais il a juste répondu par une boutade: “There must be something in the water”. Toujours est-il que le film anglais était fort drôle et qu’on nous dit beaucoup de bien sur le film français, aussi. Mystères, boules de gomme et flips-flops?  (jpt) 

800000640001_5369781605001_5369762018001-vs.jpg

Le_Flic_de_Belleville.jpg

LE FLIC DE BELLEVILLE

Comédie, film d’action; Réalisateur: Rachid Bouchareb; avec Omr Sy, Luis Guzman, Biyouna, Diem Nguyen; Scénaristes: Rachid Bouchareb, Larry Gross, Marion Doussot; Directeur/Photo: Alain Duplantier; Musique: Eric Neveux; France 2018, 111 minutes.

Baaba est flic à Belleville, quartier qu’il n’a jamais quitté, au grand désespoir de sa copine qui le tanne pour enfin vivre avec lui, ailleurs, et loin de sa mère. Un soir, Roland, son ami d’enfance, est assassiné sous ses yeux. Baaba prend sa place d’Officier de liaison auprès du Consulat de France à Miami, afin de retrouver son assassin. En Floride, flanqué de sa mère plus qu’envahissante, il est pris en main par Ricardo, un flic local toujours mal luné. Contraint de faire équipe, le duo explosif mène l’enquête…

MV5BMmRkYTFlNWMtZDhkMy00NTRkLWFmMWUtMjE2YzhmOTdhY2E2XkEyXkFqcGdeQXRodW1ibmFpbC1pbml0aWFsaXplcg@@._V1_.jpg

  • Probablement conçu comme un hommage aux comédies policières américaines des années 1980, le film de Rachid Bouchareb n’en est que le pâle reflet. (Le Monde)  Qu’est-il donc arrivé à Rachid Bouchareb pour qu’il réalise un film “à l’américaine” outrancier et pas drôle ? (Télérama) Le nouveau film de Rachid Bouchareb avec Omar Sy peine à faire exister l’idée d’un buddy cop movie à la française. (Première) 

le-flic-de-belleville.jpg

37066883_213970129260640_6122107037246554112_n.jpg

DILILI À PARIS

Animation numérique; Réalisateur, scénariste: Michel Ocelot; avec les voix de Prunelle Charles-Ambron, Enzo Ratsito, Natalie Dessay; Musique: Gabriel Yared; France/Belgique/Allemagne 2018, 95 minutes.

Dans le Paris de la Belle Époque, en compagnie d’un jeune livreur en triporteur, la petite kanake Dilili mène une enquête sur des enlèvements mystérieux de fillettes. Elle rencontre des hommes et des femmes extraordinaires, qui lui donnent des indices. Elle découvre sous terre des méchants très particuliers, les Mâles-Maîtres. Les deux amis lutteront avec entrain pour une vie active dans la lumière et le vivre-ensemble…

dilili-a-paris

  • Michel Ocelot, le créateur de “Kirikou”, repousse une fois de plus les limites de l’enchantement et du merveilleux grâce à une époustouflante créativité picturale et chromatique. (Le Nouvel Observateur) En persévérant dans l’art de raconter des histoires actuelles sur le ton des contes d’autrefois, tel ce nouvel éloge de la mixité (Dilili, la Kanake métissée, revendique sa double culture) qui s’élève énergiquement contre les injustices faites aux femmes, en parfaite adéquation avec les engagements du cinéaste qui concluait ainsi sa déclaration d’intentions : “Beaucoup de graines de civilisation et d’ouverture auront été semées. Une partie finira par germer.” (Positif) Enquête mystérieuse, couleurs féeriques, propos féministe… Un régal. (Télérama)

4672548

goosebumps-2

GOOSEBUMPS 2: HAUNTED HALLOWEEN

Titre français: Chair de Poule 2: Les Fantômes d’Halloween; Comédie, film d’épouvante; Réalisateur: Ari Sandel; avec Jeremy Ray, Madison Iseman, Caleel Harris, Jack Black; Scénariste: Rob Lieber, d’après les livres de R.L. Stine; Directeur/Photo: Barry Peterson; Musique: Dominic Lewis; USA 2018, 83 minutes.

Sonny Quinn et son meilleur ami au collège, Sam, se font un peu d’argent en récupérant les objets dont les gens ne veulent plus. C’est ainsi qu’ils vont découvrir Slappy, une étrange marionnette de ventriloque tout droit sortie d’un livre Chair de poule jamais publié. Slappy a très envie de faire partie de la famille Quinn auprès de Sonny, sa sœur Sarah et leur mère Kathy, mais ses exploits malfaisants vont beaucoup trop loin. Les enfants réalisent vite qu’ils doivent à tout prix arrêter ce pantin diabolique. Slappy décide alors de se fabriquer la famille dont il rêve… en enlevant madame Quinn et en ramenant à la vie tous ses horribles complices d’Halloween. Alors que leur petite ville tranquille se transforme en enfer peuplé d’une armada de monstres en tous genres, des plus terrifiants aux plus hilarants, les enfants et leur voisin, M. Chu, vont tout faire pour sauver leur mère et la ville des plans machiavéliques de l’épouvantable marionnette déchaînée…

goosebumps-2-haunted-halloween-movie-HD-stills-and-poster-1

  • “Goosebumps 2: Haunted Halloween” is a movie out of the “Just throw enough visual bric-a-brac at them!” school of proudly arrested kiddie entertainment. It’s like “Night at the Museum” remade as an overly caffeinated pop-up spook show. The story, what there is of it, is innocuous — it hinges on a teenage brother and sister, Internet-and-video-game geek Sonny (Jeremy Ray Taylor) and feisty romantic Sarah (Madison Iseman), each dealing with a problem (he’s fending off a bully out of the Nickelodeon Junior version of “Stand by Me”; she sneaks into a nightclub and spies her boyfriend kissing another girl). But that’s all just a way of killing time before Sonny and his buddy, Sam (Caleel Harris), meet Slappy, the mischievous talking ventriloquist dummy from the first “Goosebumps.” That movie, a jumbled riff on several of R.L. Stine’s children’s horror novels (there are literally hundreds of them, which is one reason why it’s the second-best-selling book series in history), came out three years ago and grossed $80 million. So who’s going to mess with a formula that seems to work more than not? (Owen Gleiberman/Variety) 

e5c7bedf3381e0ba5ed6ec1fbdc017fc.jpg

En avant-première:

BOHEMIAN RHAPSODY

Biographie, drame; Réalisateur: Bryan Singer; avec Rami Malek, Lucy Boynton, Aaron McCusker, Joseph Mazzello, Mike Myers; Scénariste: Anthony McCarten; Directeur/Photo: Newton Thomas Sigel; Musique; John Ottman, Queen; USA 2018, 135 minutes; Dolby Atmos, dans certaines salles.

“Bohemian Rhapsody” retrace le destin extraordinaire du groupe Queen et de leur chanteur emblématique Freddie Mercury, qui a défié les stéréotypes, brisé les conventions et révolutionné la musique. Du succès fulgurant de Freddie Mercury à ses excès, risquant la quasi-implosion du groupe, jusqu’à son retour triomphal sur scène lors du concert “Live Aid”, alors qu’il était frappé par la maladie, découvrez la vie exceptionnelle d’un homme qui continue d’inspirer les outsiders, les rêveurs et tous ceux qui aiment la musique…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close