Un pistolet pour Bob

Si vous êtes un des très nombreux fans de Robert Redford, vous ne voudrez surtout pas rater le film dont il a dit que ce serait son dernier: THE OLD MAN AND THE GUN de David Lowery (Pete’s Dragon) est un divertissement charmant, où on retrouve également les vieux briscards Sissy Spacek, Danny Glover et Tom Waits. Le film idéal pour retraités qui ne vont que rarement au cinéma.  Le cinéma français de qualité est également représenté avec DEUX FILS de Félix Moati, que la critique en France a beaucoup aimé, et LE CHANT DU LOUP d’Antonin Baudry, que la critique n’avait pas encore vu, mais qui s’intéresse à un boulot intéressant et méconnu, celui de “Oreille d’Or” à bord d’un sous-marin français. Pour le reste, un film d’épouvante de derrière les fagots et deux films parlés en Hindi.  Jean-Pierre THILGES

TOMATG_1Sheet_27x40_MECH_8R1.indd

THE OLD MAN AND THE GUN ***

Comédie policière, dramatique et biographique; Réalisateur. David Lowery; avec Robert Redford, Sissy Spacek, Danny Glover, Casey Affleck, Keith Carradine, Tom Waits; Scénariste: David Lowery, d’après le livre de David Grann, basé sur une histoire vraie; Directeur/Photo: Joe Anderson; Musique: Daniel Hart; USA 2018, 93 minutes; Sélection officielle Toronto Intl. Film Festival 2018; Telluride Film Festival 2018. 

old-man-gun-lead

Le septuagénaire Forrest Tucker, surnommé « l’artiste de l’évasion », reprend ses vieilles habitudes et, avec deux complices, dévalise des banques dans différents États américains. Les exploits du “Over the Hill Gang” (le gang des papys) ne passent pas inaperçus car lors des braquages, le chef du trio a la particularité de procéder de façon polie, non violente, et avec le sourire. Lancé aux trousses des voleurs, le détective John Hunt est vite captivé par l’attachement de Tucker à son métier si particulier… Inspiré de l’histoire vraie de Forrest Tucker, ce film au traitement sobre décrit la vie tumultueuse d’un gentleman-voleur de banques qui, malgré son âge vénérable, se refuse à mettre fin à ses activités criminelles.

robert_redford_in_dayton_bank_may_2017THE OLD MAN AND THE GUN n’est pas un grand film, mais le charme des acteurs (troisième âge oblige, sauf Casey Affleck bien s’ur, qui semble un peu perdu dans cette hsitoire) compense beaucoup. Robert Redford avait annoncé que ce serait son dernier film, mais il paraît qu’il a depuis changé d’avis. C’est le genre de film que les “jeunes” ne voudront pas voir, pusiqu’il n’y a que des “vieux”, mais les “vieux” comme vous et moi y trouveront plein de belles choses à aimer. Avec Forrest Tucker/Robert Redford, les dévaliseurs de banque prennentdu poil de la graine! 3 étoiles!  

primaryimage-10c68eb7-6dc8-4016-8bb3-843a136ab45e

  • If Robert Redford sticks to his pledge that he is now retired from acting, he is going out on a very good note with The Old Man & the Gun. This warm and gritty tale of compulsive real-life bank robber Forrest Tucker, who escaped from prison 16 times over the course of a long career that only ended when he was in his late 70s, is first and foremost a story about a man who loved his work. This sentiment could certainly be applied to Redford as well, and writer-director David Lowery makes a point of filming it in a 1970s style that vividly recalls the actor’s heyday playing outlaws and other rascally characters. Longtime fans of the actor will savor this enjoyable character piece, so Fox Searchlight’s main challenge will be to entice some younger viewers to come appreciate old-timers’ still-vital talents. (…) Stylistically, Lowery was shrewd to realize that making the film look gritty and rather rough was critical to preventing the feeling that it was glamorizing Redford and the character. He and cinematographer Joe Anderson therefore shot on film in Super 16 and roughed up the look a bit. What emerges is a movie that physically resembles something like The Friends of Eddie Coyle from 1973, a perfect fit for a story like this. (Todd McCarthy/Hollywood Reporter) 

the-old-man-and-the-gun-robert-redford

MV5BNDcxY2E1ZTctZTBjNS00YTE2LTllZmItZGVjMGFhOGM3NGNlXkEyXkFqcGdeQXVyNzExNDQ2NDM@._V1_

DEUX FILS

Comédie dramatique; Réalisateur: Félix Moati; avec Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Mathieu Capella, Anaïs Demoustier, Noémie Lvovsky; Scénaristes: Félix Moati, Florence Seyvos; Directeur/Photo: Yves Angelo; Nusique: Limousine; France 2019, 90 minutes.

Joseph et ses deux fils, Joachim et Ivan, formaient une famille très soudée. Mais Ivan, le plus jeune, collégien hors norme en pleine crise mystique, est en colère contre ses deux modèles qu’il voit s’effondrer. Car son grand frère Joachim ressasse inlassablement sa dernière rupture amoureuse, au prix de mettre en péril ses études de psychiatrie. Et son père a décidé de troquer sa carrière réussie de médecin pour celle d’écrivain raté. Pourtant, ces trois hommes ne cessent de veiller les uns sur les autres et de rechercher, non sans une certaine maladresse, de l’amour…

deuxfils_felixmoati

  • Rafraîchissant et séduisant, le premier film de Félix Moati dépeint avec tendresse et humour une chronique familiale teintée de mélancolie. (Libération) On éprouve un profond respect pour tout ce qu’entreprend Moati dans “Deux Fils” : il tente de faire un cinéma de l’intime, d’esquisser le premier chapitre de son roman familial sans reproduire les tics du cinéma bourgeois de ses aînés et sans jamais rien céder non plus à la pose arty. (La Septième Obsession) Le scénario, coécrit par Florence Seyvos, la romancière du “Garçon inclassable”, ajoute à ce film d’hommes une troublante délicatesse. (Le Nouvel Observateur) Benoît Poelvoorde, Vincent Lacoste et Mathieu Capella sont formidables de naturel dans cette comédie dramatique profondément aimable autour d’un trio lié par la volonté de surmonter des épreuves récentes. Un premier film sensible et remarquablement écrit. (Les Fiches du Cinéma) Mais si “Deux fils” fait mouche, ce n’est pas pour sa surface de comédie dramatique, son rythme, son charme : c’est pour ce qui palpite en son cœur, à savoir une authentique tragédie fraternelle et familiale, qui noue et dénoue entre les trois membres un maillage de protections, de jalousies, d’admirations, de rivalités, d’éloignements très riche. (Les Inrocks) 

deux-fils-15-nord-ouest-films_4

MV5BMTA5OWMwODctY2ZiMy00MmNmLWFiMWYtM2U2ZjFmYTA2MWQ0XkEyXkFqcGdeQXVyNTc5OTMwOTQ@._V1_

LE CHANT DU LOUP

Drame sous-marin; Réalisateur, scénariste: Antonin Baudry; avec François Civil, Omar Sy, Reda Kateb, Mathieu Kassowitz, Paula Beer; Directeur/Photo: Pierre Cottereau; Musique: tomandandy; France 2019, 115 minutes.

Un jeune homme a le don rare de reconnaître chaque son qu’il entend. A bord d’un sous-marin nucléaire français, tout repose sur lui, l’Oreille d’Or. Réputé infaillible, il commet pourtant une erreur qui met l’équipage en danger de mort. Il veut retrouver la confiance de ses camarades, mais sa quête les entraîne dans une situation encore plus dramatique.
Dans le monde de la dissuasion nucléaire et de la désinformation, ils se retrouvent tous pris au piège d’un engrenage incontrôlable…

le-chant-du-loup-dantonin-baudryLe Chant du loup est le premier long-métrage mis en scène par Antonin Baudry, scénariste de “Quai d’Orsay” de Bertrand Tavernier. Le metteur en scène est un ancien diplomate sous le gouvernement mené par Dominique De Villepin. Après cette première carrière politique, Baudry, passionné de cinéma, est allé voir le producteur Jérôme Seydoux pour lui proposer cette histoire : “Je lui ai raconté ce que je voulais faire. Je lui ai décrit les images, l’histoire, les personnages, les sons. Il m‘a écouté attentivement, sans rien dire. C’était un moment très fort. À la fin il a plissé les yeux, je le voyais réfléchir. Il m’a demandé d’écrire le scénario. C’était parti.” (Dossier de presse) 

le_chant_du_loup___fran__ois_civil__omar_sy_et_mathieu_kassovitz_dans_un_film_myst__rieux_sur_les_sous_marins_fran__ais_3594

Dans Le Chant du loup, François Civil incarne Chanteraide, oreille d’or. Ce surnom est donné aux personnels sous-marinier spécialisés dans l’analyse acoustique. Experts en guerre acoustique, ils partent pour des missions de quelques jours à plusieurs mois, essentiellement sur les sous-marins nucléaires. Intégrés aux équipes de combat, ils remplissent en outre le rôle de conseiller du commandant en matière de classification et de discrétion acoustique. Leur rôle est crucial, car un sous-marin ne dispose d’aucun hublot, il se dirige et identifie les menaces, comme les cibles, uniquement au son. Le nombre d’oreilles d’or en service est “secret défense” et ne peut être divulgué. (Dossier de presse) 

XVMd3b16daa-18f5-11e9-9544-465d3907b060

MV5BMTg0NzkwMzQyMV5BMl5BanBnXkFtZTgwNDcxMTMyNzM@._V1_

HAPPY DEATH DAY 2U

Titre français: Happy Birthdead 2 You; Épouvante, comédie; Réalisateur: Christopher Landon; avec Jessica Rothe, Israel Broussard, Phi Vu; Scénariste: Christopher Landon, avec des personnages créés par Scott Lobdell; Directeur/Photo: Toby Oliver; Musique: Bear Mcreary; USA 2019, 100 minutes.

Alors que Tree pensait s’être définitivement débarrassée de celle qui voulait sa mort et qu’elle file le parfait amour avec Carter, elle se retrouve projetée dans une dimension parallèle à notre monde. Elle doit désormais affronter des fantômes de son passé et de nouveaux ennemis…

Honnêtement, je ne saurais vous dire si le premier volet de cette saga a jamais été présenté au Luxembourg. P’têt que oui, p’têt que non. Cela-dit, est-ce vraiment important? (jpt) 

  • Si le premier “Happy Birthdead” avait éventuellement de quoi amuser avec sa formule de slasher temporel, ce “Happy Birthdead 2” You se contente de rejouer le même cirque en moins bien, avec moins de cruauté et humour noir, et plus de twists débiles et niaiserie écœurante. (Ecran Large) Après une introduction qui laisse penser qu’on va cette fois s’intéresser à un personnage secondaire du premier volet, puis un dérapage vers la science-fiction, « Happy Birthdead 2 you » se contente ensuite paresseusement de reprendre les chemins balisés par son aîné. Heureusement, l’humour reste omniprésent, et l’actrice principale, Jessica Rothe, fait preuve d’un bel abattage tout au long du film. (Le Parisien) Une suite déjantée qui compte parmi les vraies bonnes surprises d’un cinéma de genre sur la voie pertinente du second degré. (aVoir-aLire.com)
    Bildergebnis für happy death day 2u photos
  • Two years ago, “Happy Death Day” was built around a stunt so gimmicky but surefire — a masked-killer horror scenario that repeats over and over again, with variations, like a slasher-film version of “Groundhog Day” — that it seemed almost remarkable no one had ever tried it before. The feisty sorority-girl heroine, named Tree, woke up in a stranger’s dorm room on the morning of her birthday and then proceeded to hurtle through a series of random encounters that led, inevitably, to her death at the hands of a psycho in a baby mask. In the movie, she was killed 11 times. Each time, though, she woke up again in that same room, ready to relive the day once more and maybe, this time, make it right. All of which raises the question: What does a thriller that is rooted in the very structure of repetition do for an encore? More of the same? (Owen Gleiberman/Variety) 

https---blogs-images.forbes.com-scottmendelson-files-2018-12-MV5BODc5OTczOTc3N15BMl5BanBnXkFtZTgwNDgzNzU4NjM@._V1_SX1500_CR001500999_AL_-1200x674

Total Dhamaal first poster Ajay Devgn, Anil Kapoor and Madhuri Dixit film guarantees a fun ride (2)

KINE GOES HINDI 1

TOTAL DHAMAAL

Total Dhamaal

 

TOTAL DHAMAAL is the third sequel to Dhamaal, sequel to Double Dhamaal, and last/final installment in the trilogy. It stars most of the actors from the previous film, including Arshad Warsi, Sanjay Dutt, Ritesh Deshmukh, Jaaved Jaaferi and Aashish Chaudhry. The film promises to make the entertainment triple the what it was in the prequels… (Source: internet)

MV5BNTAzYjk5NjktZTJjOC00MTAxLWI1MzItYWJiMmNhODZkODMwXkEyXkFqcGdeQXVyNjE1OTQ0NjA@._V1_

KINE GOES HINDI II

URI: THE SURGICAL STRIKE

URI - New poster.jpgThe first chapter opens up with an ambush in June 2015 on the convoy of the Indian Army troops in Chandel, Manipur by NSCN(K) militants. In retaliation, Major Vihaan Singh Shergill (Vicky Kaushal), a Para SF officer and his unit including his brother in law Major Karan Kashyap (Mohit Raina) infiltrate and attack the Northeastern militants and also kill its key leader responsible for the ambush. After a successful strike the Prime Minister of India congratulates him and the whole unit at a formal dinner. Vihaan requests an early retirement as he wants to be close with his mother who is suffering from Stage VI Alzheimer’s on which the Prime Minister offers him to a desk job at New Delhi near his mother instead of retirement to which he agrees… (Source: Wikipedia) 

1933932_10153855751786052_1357809796988613002_n.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close