Le vide-grenier de Carnaval…

Pas moins de dix nouveaux films viennent s’engouffrer sur nos écrans en cette semaine carnavalesque, mais cela ne veut pas nécessairement dire que la qualité soit au rendez-vous. Nous vous invitons donc à faire votre shopping selon vos propres goût dans une véritable foirefouille qui ressemble également à une sorte de vide-grenier, où l’on se débarrasserait de quelques films plutôt mal-aimés. Evidemment, on ne va ni cracher sur une adaptation de Jack London avec Harrison Ford (Call of the Wild), ni sur un drame scandinave passablement enneigé (A White White Day), ni sur la ravissante Golshifteh Farahani qui veut ouvrir un cabinet de psychanalyse en Tunisie (Un divan à Tunis), ni sur les “Filles de Joie” de Frédéric Fonteyne et Anne Policevich, Pour le reste, il faudra faire vos propres emplettes entre “Fantasy Island”, “Sonic the Hedgehog”, “Vic le Viking”, “Enkel für Anfänger”, “Lassie, eine abenteuerliche Reise” et le calamiteux (hélas) “Le Prince oublié” de Michel Hazanavicius, auquel nous avons octroyé une toute petite étoile par pure bonté de coeur. Parfois, beaucoup trop souvent même, le cinéma français se donne vraiment les moyens de concocter les pires navets. Jean-Pierre THILGES 

5333556

CallOfTheWild-1

THE CALL OF THE WILD

L’appel de la Forêt; Réalisateur: Chris Sanders; avec Harrison Ford, Omar Sy, Dan Stevens, Wes Brown; Scénariste: Michael Green, basé sur le roman de Jack London; Directeur/Photo: Janusz Kaminski; Musique; John Powell; USA/GB/Allemagne/ Espagne/Italie /France 2020, 104 minutes.

5672971

La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître…

3104135

Si le roman de Jack London a souvent inspiré la fiction, jamais encore il n’avait été adapté dans son intégralité. De plus, les événements avaient toujours été relatés du point de vue des humains plutôt que de celui du protagoniste, Buck. Le défi était de raconter son histoire sans que cela repose sur les dialogues ni sur une voix-off. Le scénariste Michael Greene explique : « Ce qu’il fallait, c’était être absolument clairs sur ce que Buck recherche, ce à quoi il aspire, à n’importe quel moment de l’histoire. Tant que l’on sait ce que Buck essaye d’accomplir dans chaque scène, minute par minute, on peut suivre l’histoire. Même s’il va rencontrer de merveilleux humains joués par des acteurs incroyables, cela reste avant tout l’histoire de Buck. »

3076055

5XAli7YlLj3p2RHVxnAbj-brCSBo405ohjgvafU2dq0QsYBo5L9LXk9m1ujX0Qifsi24Uubi3gTUM0RMhldmAkM59HfpvBKe3KubISi-vWyhRYcYbUn0TU7TEz05d6n-WDIaXUzRXUPIxdb0bT2cknujTQ2QjcyvbxJvNeIL8kpgcbNxde9H_LfjKd8

A WHITE, WHITE DAY (Hvítur, Hvítur Dagur)

Un  jour si blanc; Drame; Réalisateur: Hlynur Palmason; avec Ingvar Eggert Sigurdssonm Ida Mekkin Hlynsdóttir, Hilmir Snær; Islande/Danemark/Suède 2019, 104 minutes; Semaine de la Critique Cannes 2019.

n9xDfXZeiClhEcaZM2OT90iqe7IybFP8YcjLFF0c4wibTUsEAyncET8Kuet0LBatfnUBRdRx2nouyc71E3lxclpSADgtRu_oY7tkTHxWeTLo3cBZBzhRUaHTuoNO7VW9xqHPoqpXxYgNWPlfAsg

Dans une petite ville perdue d’Islande, un commissaire de police en congé soupçonne un homme du coin d’avoir eu une aventure avec sa femme récemment décédée dans un accident de voiture. Sa recherche de la vérité tourne à l’obsession. Celle-ci s’intensifie et le mène inévitablement à se mettre en danger, lui et ses proches. Une histoire de deuil, de vengeance et d’amour inconditionnel…

Event_8678

  • This second feature by Icelandic writer-director Hlynur Palmason revolves around a detective who unravels after his wife dies in a strange accident. A White, White Day brings to mind a cinematic version of Edvard Munch’s famous painting The Scream. This second feature by Icelandic writer-director Hlynur Palmason (Winter Brothers) rigorously charts the fracturing of a grieving former cop’s world as he comes to suspect that his late wife, who died in a peculiar car accident, was having an affair with a younger colleague. Some viewers will no doubt find the aging man’s increasingly aggressive behavior hard to take. But Palmason boldly risks audience disenfranchisement by pushing his disturbing story to unexpected lengths dramatically and stylistically, thereby winning a creative wrestling match with a potentially intransigent narrative. (Todd McCarthy/Hollywood Reporter) 

https://youtu.be/USkFnSbQVh0

maxresdefault-1

Comédie dramatique;  Réalisatrice, scénariste: Manele Labidi; avecv Golshifteh Farahani, Majd Mastoura, Aïcha Ben Miled; Directeur/Photo; Laurent Brunet; Musique: Flemming Nordkrog; France 2020,  88 minutes.

Après avoir exercé en France, Selma, 35 ans, ouvre son cabinet de psychanalyse dans une banlieue populaire de Tunis. Au lendemain de la Révolution, la demande s’avère importante dans ce pays « schizophrène », mais entre ceux qui prennent Freud et sa barbe pour un frère musulman et ceux qui confondent séances tarifées avec “prestations tarifées”, les débuts du cabinet sont plutôt mouvementés. Alors que Selma commence enfin à trouver ses marques, elle découvre qu’il lui manque une autorisation indispensable pour continuer d’exercer…

ob_699304_fhdgjfy

Screenshot 2020-02-16 at 17.55.06.png

un-divan-à-tunis2-1400x600

MV5BZWJiNTE3NTctMzI2Zi00ZDU4LWExNWItMmNlMmM4NjFjYjQzXkEyXkFqcGdeQXVyODIyOTEyMzY@._V1_

FILLES DE JOIE

Drame; Réalisateurs: Frédéric Fonteyne, Anne Paulicevich; avec Noémie Lvovsky, Sara Forestier, Annabelle Lengronne; Scénariste: Anne Paulicevich; Directeur/Photo: Juliette Van Dormael; Musique: Vincent Cahay; France/Belgqiue 2020, 91 minutes.

x1080

Axelle, Dominique et Conso partagent un secret. Elles mènent une double vie. Elles se retrouvent tous les matins sur le parking de la cité pour prendre la route et aller travailler de l’autre côté de la frontière. Là, elles deviennent Athéna, Circé et Héra dans une maison close. Filles de joie, héroïnes du quotidien, chacune se bat pour sa famille, pour garder sa dignité. Mais quand la vie de l’une est en danger, elles s’unissent pour faire face à l’adversité…

Filles_de_joie

Screenshot 2020-02-16 at 17.49.03.png5e42928f9978e22123cc2443

fantasy-island-2020-poster

FANTASY ISLAND

Film d’épouvante; Réalisateur: Jeff Wadlow; avec Michael Peña, Maggie Q, Lucie Hale; Austin Stowell; Scénaristes: Jeff wadlow, Chris Roach, Jillian Jacobs, basé sur la série télévisée créée par Gene Levitt; Directeur/Photo: Toby Oliver; Musique; Bear Mcreary; USA 2020, 109 minutes.

À leur arrivée sur une île paradisiaque, des invités sont accueillis par M. Roarke, le responsable d’une luxueuse résidence de villégiature, qui leur offre l’occasion unique de réaliser leurs fantaisies les plus secrètes. Alors que quelques-uns veulent revivre des moments ratés de leur existence, certains optent plutôt pour des choix plus amusants ou réconfortants. Cependant, ce qu’ils ignorent tous, c’est qu’en acceptant la proposition de l’énigmatique personnage, ils seront confrontés à leurs cauchemars les plus redoutés…

fantasy-island

  • Somewhere, someone has been desperately hoping that Hollywood would get around to making a movie adaptation of the late-’70s TV show “Fantasy Island.” Meanwhile, it would seem that the rest of us — that is, the filmgoing public — are just extras in an elaborate cautionary tale designed to teach that person a lesson. The point being: Be careful what you wish for; such corny old TV series are better suited for reruns than for reboots. As suave yet sinister host Mr. Roarke warns the half-dozen expendable douchebags — er, guests — who’ve traveled to this enchanted retreat to live out their wildest dreams, “Fantasies rarely play out as you would expect.” (Peter Debruge/Variety) 

image-13

sonic-the-hedgehog-poster

SONIC THE HEDGEHOG

Film d’aventures familial; Réalisateur: Keff fowler; avec Jim Carrey, James Marsden, Tika Sumpter; Scénarises: Pat Casey, Josh Miller; Directeur/Photo: Stephen F. Windon; Musique: Junkie XL; USA/Japon 2020, 100 minutes.

Sonic vit sur une île paradisiaque jusqu’au jour où, menacé, il trouve refuge dans une petite localité du Montana grâce à une bague magique capable de le propulser dans un autre monde. Depuis son terrier voisin, le petit hérisson bleu s’est inventé une famille d’adoption, formée du shérif Tom Wachowski et de sa femme, qui ignorent pourtant tout de son existence. Lorsque Sonic déclenche malgré lui une panne d’électricité qui plonge la région dans le noir, le diabolique Dr Ivo Robotnik débarque en ville dans l’espoir de s’emparer de ses pouvoirs. Sonic n’est pas au bout de ses peines et doit faire appel à Tom pour l’aider à retrouver son sac de bagues, égaré sur le toit d’un gratte-ciel de San Francisco….

  • For all the kerfuffle that erupted in the spring of 2019 over the visual design of Sonic the Hedgehog, the blue-furred speed-demon mascot of the Sega video game–turned–live-action kiddie adventure, you wish that the creators of “Sonic the Hedgehog,” who went back and redesigned the character after being pressured (I almost wrote bullied) by his fans, had been inspired to redo the character’s voice. Sonic, who was attacked for looking too anthropomorphic for comfort (there was a great deal of attention paid to his unnecessarily human teeth), is now closer to the big-eyed, red-sneakered scamp with a stylized smirk who was launched by Sega in 1991 and wound up becoming a kind of Mario or Pac-Man for millennials. In the movie, he now approximates the cuddly Astro Boy look of Sonic from the game franchise. But he talks like the ultimate gratingly overfamiliar cartoon smart aleck — a little snide, a little nerdy, with a mild whine of attitude, though essentially he’s voiced (by Ben Schwartz of “Parks and Recreation”) to sound like your pal, as if the film had concocted some sort of vocal smoothie out of Garfield and Fritz the Cat and Owen Wilson and Patton Oswalt. Whatever Sonic now looks like, his soul is innocuous. (Owen Gleiberman/Variety) 

XQitLmTB8KPPPRNQXJ72nA

0828929

VIC LE VIKING

Animation numérique; Réalisateur: Eric Cazes;  scénaristes: Sophie Decroisette, Frédéric Engel-Lenoir, Eric Cazes, Olivier Huzly; Musique: Ute Engelhardt; Allemagne/France/ Belgique 2019, 75 minutes:

3344943

Vic est un jeune Viking pas comme les autres : pas très costaud mais très malin.
Quand son père, Halvar, le chef du village, dérobe à son ennemi juré une épée magique qui transforme tout en or, l’appât du gain sème la pagaille chez les Vikings !
Vic va alors devoir embarquer pour un périlleux voyage vers une île mythique du grand Nord pour briser le sortilège de l’épée…

3287223

-NKkUkvoAV2qJBnMRi8nrsuKuc1tib9gMNm9Yd3T1JVdT6_KhEmD-UjCKjKSRScx_RP6YNocKV1eoWxCRKnMPbsrXl_BRh7ycZXCjhB9cgHqDCIBANq0qpNiKjfIcQ1iiF5m31qSy5FhF9dmwZwmeDmOc1u5x1g4uj1BrA

ENKEL FÜR ANFÄNGER

Familienkomödie; Regie: Wolfgang Gros; mit Maren Kroymann, Heiner Lauterbach, Barbara Sukowa, Dominic Raacke; Drehbuch: Robert Lohr; Kamera: Andreas Berger; Musik: Helmut Zerlett; Deutschland 2020, 104 Minuten.

Eigentlich genießen die Schwägerinnen Karin und Philippa sowie ihr Jugendfreund Gerhard ihren Ruhestand. Alle drei haben keine Kinder, sind aber auch so mit den alltäglichen Besorgungen und der Gartenpflege ausgelastet. Um Abwechslung in ihren unaufgeregten Alltag zu bringen, animiert die freigeistige Philippa die von ihrem Mann genervte Karin und den erst unlängst vom Tod seines Partners getroffenen Gerhard, sich als Leih-Großeltern bei einer Agentur zu bewerben. Und ehe sie sich versehen, bricht durch die Kinder in ihrem Leben ein ungeahntes Chaos aus, dessen Bewältigung dem bislang eher gemächlichen Rentnerdasein der drei eine ganz neue Richtung gibt…

  • Man meint bei diesem Film von Anfang an zu wissen, wohin die Reise geht: Nervige Kinder gegen überforderte Leih-Großeltern, doch so einfach macht es sich Regisseur Wolfgang Groos (“Die Vampirschwestern”) zum Glück nicht und erspart uns so die üblichen Albernheiten solcher Stoffe. Er idealisiert in seiner Komödie die älteren Helden nicht und schenkt ihnen auch keine einfachen Triumphe, wie es in solchen Filmen oft geschieht. Die Kinder sind liebebedürftig und dankbar. Die Rentner aber müssen sich selbst und ihre verfestigten Überzeugungen schon gründlich in Frage stellen, sie müssen Versagen und Ängste zulassen. Das wird in dieser freundlichen Komödie ohne Bosheit, aber mit Witz und ansteckender Herzlichkeit erzählt. (Knut Elstermann/MDR Kultur) 

26160-171377poster2-scenejpg

Screenshot 2020-02-16 at 17.00.41.png

LE PRINCE OUBLIÉ *

Comédie lourde; Réalisateur: Michel Hazanavicius; avec Omar Sy, Bérénice Bejo, François Damiens, Keyla Fala; Scénaristes: Noé Debré, Michel hazanavicius, Bruno Merle; Directeur/Photo: Guillaume Schiffman; Musique: Howard Shore; France 2020, 101 minutes.

ef49d026067792b72da37a4b

Sofia, 8 ans, vit seule avec son père. Tous les soirs, il lui invente une histoire pour l’endormir. Ses récits extraordinaires prennent vie dans un monde imaginaire où l’héroïne est toujours la princesse Sofia, et son père, le Prince courageux. Mais trois ans plus tard, quand Sofia rentre au collège, elle n’a plus besoin de ces histoires. Désarmé, son père va devoir accepter que sa fille grandisse et s’éloigne de lui. Dans leur Monde imaginaire, le Prince va alors devoir affronter la plus épique de toutes ses aventures pour conserver une place dans l’histoire…

  • Dieu du Ciel! La légèreté et la fantaisie ne sont définitivement pas les deux mamelles du cinéma français – plus lourd que ce “Prince oublié”, tu agonises de mort lente. Les seules choses à sauver de cet amas de mauvais goût et de couleurs hideuses sont les quelques scènes entre Omar Sy et sa fille dans la réalité, dès que cela vire au soi-disant conte de fées, ça se transforme en cauchemar de guimauve. Omar Sy en fait des tonnes, François Damiens  est carrémement insupportable (tout comme les flonflons de Howard Shore), et Bérénice Bejo semble se demander pendant 101 minutes ce qu’elle est venue faire dans cette galère. Eh oui, l’époque de “L’artiste” est bien loin. Une étoile, par pure pitié, et parce que la petite est gentille! (jpt) 

949059

3342425

LASSIE – EINE ABENTEUERLICHE REISE

Jugend- und Abenteuerfilm; Regie: Hanno Olderdissen; Darsteller: Nico Marischka, Sebastian Bezzel, Anna Maria Mühe, Matthias Habich, Justus von Dohnánye; Drehbuch: Jane Ainscough; Kamera: Martin Schlecht; Musik: Enis Rotthoff; Deutschland 2020, 96 Minuten.

Lassie Come Home

Der 12-jährige Flo ist am Boden zerstört, als sein Vater den Job verliert und die Familie in eine kleinere Wohnung umziehen muss. Dort sind Haustiere nicht erlaubt, was bedeutet, dass Flo seine heißgeliebte Hündin Lassie abgeben muss. Seine treue Gefährtin findet zwar ein neues Zuhause bei Graf von Sprengel, aber weiterer Unbill lässt nicht lange auf sich warten: Als der Graf samt seiner Enkelin Priscilla und Lassie im Urlaub an der Nordsee ist, behandelt der fiese Haumeister ihres Feriendomizils die Hündin alles andere als gut. In einem unbeobachteten Moment reißt sie aus und macht sich auf die abenteuerliche Reise zurück zu Flo nach Süddeutschland. Doch auch Flo ist in der Zwischenzeit nicht untätig geblieben und hat sich – von der Sehnsucht nach seiner Hündin getrieben – auf die Suche nach ihr gemacht…

4943496

—–

Le Mur des Lamentations (16.2.2020)

Screenshot 2020-02-16 at 08.31.45.png

La bande annonce nostalgique

THE CALL OF THE WILD (1935)

Réalisateur:  William A. Wellman

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close