Cette fois, ça explose…

Voilà, les cinémas en France sont ouverts depuis quelques semaines, les cinémas belges ravivent la flamme ce mercredi… et au Luxembourg, où nous sommes privilégiés depuis la mi-janvier, c’est – enfin – une véritable pléthore de nouveaux films qui s’offre à vous. Ceux qui, jusqu’à maintenant, s’étaient montrés réticents pour retourner dans les salles obscures, vont devoir se lever de leurs canapés, car la machine recommence à rouler à grande vitesse. Avec un Disney, CRUELLA, qui n’est pas pour les petits. Un polar noir belgo-français, SONS OF PHILADELPHIA. Un film d’épouvante, THE CONJURING (3) – THE DEVIL MADE ME DO IT. De la science-fiction avec VOYAGERS. MANDIBULES, une dinguerie made in France. Du feel-good à la française, ENVOLE-MOI. Plus deux films en avant-première, THE MISFITS et FREAKY, dont nous vous proposons les bandes-annonce. Et pour les vraiment tout petits, quelques aventures de la famille Barbapap avec LES BARBABAPA SE METTENT AU VERT. Donc là, si – avec cette offre – vous ne trouvez rien à vous mettre sous la dent, faudra commencer à collectionner des timbres !

Jean-Pierre THILGES

Screenshot 2021-06-07 at 08.54.25
Le GRAUMAN’S CHINESE THEATRE à Los Angeles

Disney-Cruella-Poster

CRUELLA (**)  ****

Comédie sarcastique; Réalisateur: Craig Gillespie; avec Emma Stone, Emma Thompson, Joel Fry, Paul Walter Hauser, Emily Beecham; Mark Strong; Scénaristes: Dan Fox, Tony McNamara, très librement basé sur le roman “The 101 Dalmatians” de Dodie Smith; Directeur/Photo: Noicolas Karakatsanis; Musique: Nicholas Britell; USA 2021, 134 minutes.

4e97d1a1-3a6a-41bd-999d-6986e9d7a900-Cruella1

Depuis l’enfance, Estella possède une intelligence vive et une confiance inébranlable. Toutefois, son naturel caustique, téméraire et désobéissant lui attire souvent des ennuis et l’isole de ses pairs. À la suite du décès tragique de sa mère, elle grandit à la dure dans les rues de Londres. Elle y apprend à faire les poches des passants et à organiser des arnaques avec ses compagnons de fortune. Mais plus que tout, elle désire devenir designer de mode. Lorsque son talent est remarqué par la Baronne, dirigeante d’une maison de couture réputée, Estella reçoit une occasion inespérée de réaliser son rêve. Elle est loin de se douter que les secrets de la chef d’entreprise intransigeante changeront sa vie à tout jamais.

  • À ma très grande surprise, je n’ai pas aimé CRUELLA, alors que tout ce que j’avais pu lire ou entendre sur le film m’avait interpellé avant la vision. Peut-être que j’étais dans un mauvais jour, il se peut que je n’étais pas du tout réceptif ce jour-là à la surenchère visuelle que Cruella me lançait à la figure, peut-être que le surjeu outrancier de Emma Stone et Emma Thompson (deux actrices que j’adore par ailleurs) m’énervait, peut-être aussi que tout cela (malgré le label Disney) me rappelait trop le dernier et fabuleux JOKER, peut-être parce que j’aime trop le dessin animé THE 101 DALMATIANS, honnêtement je n’ai pas compris d’où venait mon rejet. Toujours est-il que j’ai eu du mal à digérer les 134 minutes que dure le film qui, soit dit entre nous, ne s’adresse pas vraiement à un public très jeune, compte tenu de son agressivité visuelle, sonore et dramatique. Mais voilà, j’ai décidé de donner une deuxième chance au film, que Kinepolis nous présentera en vision de presse cette semaine. Pour l’instant, je lui donne 2 étoiles, la mort dans l’âme. Retenez votre souffle, it’s gonna be a bumpy ride! (jpt)  VOIR LE MEA CULPA CI-DESSOUS ! 
  • Décidément, quand j’ai visionné CRUELLA chez moi, j’avais dû avaler quelque chose de travers, car je n’arrivais pas “à rentrer dans le film”, comme on dit. D’où la notule très peu encourageante et les deux étoiles ci-dessus. Ce matin, j’ai revu le film sur TRÈS GRAND ECRAN lors d’une vision de presse…et…je me suis amusé comme un fou – tout ce que je reprochais au film s’est transformé miraculeusement en émerveillement, face à une comédie féroce, diabolique et diantrement féministe, où Emma Stone et Emma Thompson sont toujours aussi hystériques, mais dans le bon sens du terme. Cela ne m’est pas souvent arrivé au cours des 50 dernières années, mais je révise mon jugement, tout en m’excusant auprès de CRUELLA pour ma mauvaise humeur et mon  manque de discernement. CRUELLA, tu les as, tes quatre étoiles, et tu les as amplement mérités. Et merci à Disney d’avoir ôsé financer un film qui a une sacrée paire de couilles ! **** (jpt)   

16224055235831

  • What’s black and white and red all over? A Dalmatian thief with a diaper rash. Or a scarlet-frocked Disney de Villainess making her debut in the London tabloids. Starring Oscar winner Emma Stone as the monochrome-coiffed fashionista with a soft spot for puppy fur, “Cruella” takes its cues from the “Wicked” playbook — or more recently, Warner Bros.’ “Joker” — to deliver a dark yet sympathetic portrait of a cult-favourite character whom audiences only thought they knew. That character, of course, is “101 Dalmatians” dognapper Cruella de Vil (previously embodied by Glenn Close for one of the studio’s first live-action adaptations), who turns out to be more fierce than cruel in a franchise offering with an identify of its own. What “Cruella” is not — to the immense relief of many, I’m sure — is another “Maleficent.” (Although who could top the casting of Angelina Jolie as Sleeping Beauty’s misunderstood nemesis?) Whereas that live-action Disney spinoff was an obnoxious eyesore that risked tarnishing the appeal of the original, director Craig Gillespie’s “Cruella” proves ingeniously creative in its reimagining of the underlying IP. (Peter Debruge/Variety) 

cru-24747_r2_79c1746d.jpg

1684195

SONS OF PHILADELPHIA

Thriller noir; Réalisateur, Scénariste: Jérémie Guez; avec Matthias Schoenaerts, Joel Kinnaman, Paul Schneider; Directeur/Photo: Menno Mans; Musique: Séverin Bavriau; Belgqiue/France/Pays Bas 2021, 90 minutes.

34a91f5b3d3fb12972d33d5cd2806970

Philadelphie. Il y a trente ans, la famille de Michael a recueilli Peter à la mort de son père, dans des circonstances opaques. Aujourd’hui, Peter et Michael sont deux petits malfrats aux tempéraments opposés. L’un est aussi violent et exubérant que l’autre est taciturne. Quand Michael est designé comme « gênant » par la mafia italienne », le passé trouble de la famille ressurgit…

Sons_of_Philadelphia

  • Un film noir resserré, efficace, violent, illuminé par d’excellents comédiens et porté par une réalisation solide. (Les Fiches du Cinéma) Matthias Schoenaerts  séduit à nouveau par son mélange de puissance et de douceur, le revenant Ryan Philippe émeut en père dévasté par le chagrin, et Joel Kinnaman glace le sang à chacune de ses apparitions. (Télérama) Filmé dans une quasi­pénombre et des paysages d’hiver, Sons of Philadelphia surprend par son authenticité. (Le Monde) Beau et fort, Sons of Philadelphia est plus qu’un polar sombre sur les rivalités entre mafias irlandaises et italiennes. C’est une formidable démonstration de la difficulté à se défaire de ses déterminismes culturels et affectifs. (aVoir-aLire.com) 

thriller-60b08f141419c

MV5BYzQxMjVkZjEtMDQxYy00MGIwLWE1NjYtYzZkZmU1NTFlZGFlXkEyXkFqcGdeQXVyNjY1MTg4Mzc@._V1_

THE CONJURING – THE DEVIL MADE ME DO IT

Conjuring 3 – sous l’emprise du Diable; Film d’épouvante; Réalisateur: Michael Chaves; avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Ruairi O’Connor; Scénaristes: David Leslie Johnson-McGoldrick; Directeur/Photo: Michael Burgess; Musique: Joseph Bishera; USA 2021, 112 minutes.

the-conjuring-3-devil-made-me-do-it-vera-farmiga-lorraine-warren-1619098189

Une affaire terrifiante de meurtre et de présence maléfique mystérieuse a même ébranlé les enquêteurs paranormaux Ed et Lorraine Warren, pourtant très aguerris. Dans cette affaire issue de leurs dossiers secrets – l’une des plus spectaculaires – , Ed et Lorrain commencent par se battre pour protéger l’âme d’un petit garçon, puis basculent dans un monde radicalement inconnu. Ce sera la première fois dans l’histoire des États-Unis qu’un homme soupçonné de meurtre plaide la possession démoniaque comme ligne de défense…

the-conjuring-3-interview

  • Years ago, I learned that certain people will grow mortally offended if you call a character in a movie a zombie who is not, in fact (according to the supreme checklist of zombie traits), a zombie. It makes you wonder if there are other supernatural micromanagers out there who keep tabs on whether a given character is or is not a ghost, a demon, a devil, or an evil clown. These legendary figments of fear do have definitions, of course. Yet they can mash together in your head — at least, if you see enough horror films, since the movies themselves tend to blur them. That creepy face that appeared in the bathroom mirror, accompanied by a gong! on the soundtrack: ghost or demon? Decades of shlock psychedelic mainstream horror have eroded these distinctions, though in “The Conjuring: The Devil Made Me Do It,” the definitions do seem to matter, at least to Ed and Lorraine Warren (Patrick Wilson and Vera Farmiga), the Ward and June Cleaver of the dark side. (Owen Gleiberman/Variety) 

Voyagers-547072881-large

VOYAGERS

Science-fiction; Réalisateur, scénariste: Neil Burger; avec Tye Sheridan, Lily-Rose Depp, Fionn Whitehead, Colin Farrell; Directeur/Photo: Enrique Chediak; Musique: Trevor Gureckis; USA 2021, 108 minutes.

yDD2NP84FhISjyDMDC4vUtCQSkA-1280x720

Un groupe de jeunes gens, aussi brillants que disciplinés, embarque à bord d’un vaisseau dans le cadre d’une expédition pour coloniser une planète lointaine, afin de sauver la race humaine. Mais la découverte de détails perturbants à propos de la mission va remettre en question leur formation et les pousser à questionner leurs instincts les plus primitifs. La vie à bord vire alors au chaos, et ils sont tour à tour rongés par la peur, la luxure, et une soif insatiable de pouvoir…

gg

  • Every era gets the youth sci-fi action movie it deserves. Twenty-five years ago, Paul Verhoeven made “Starship Troopers” (1997), and whatever you thought of that self-consciously over-the-top high-cheese parable of pinup actors battling giant bugs, there’s no denying it packed a wallop that was very late ’90s — a revel in teen-idol decadence fused with rollicking tech-boom excess. Neil Burger, the writer-director of “Voyagers,” is no Paul Verhoeven, but he’s a skilled commercial filmmaker (he made the entertaining sleight-of-hand mystery “The Illusionist,” the snazzy Bradley Cooper-on-smart-drugs thriller “Limitless,” and the first “Divergent” film, which I thought was superior to any of the “Hunger Games” movies). In “Voyagers,” he places a bunch of pretty young actors aboard a spaceship, where they go on a mission to save the human race by journeying to a distant planet. (Earth, as a result of overbaked climate issues, is heading toward oblivion.) A couple of the crew members discover that the blue liquid they all have to drink each day contains a drug that keeps them docile by reigning in their animal drives: toward sex, violence, or disobeying orders. So they decide to stop taking it. (Owen Gleiberman/Variety) 

Felicity-jones-in-the-midnight-sky

MANDIBULES-AFFICHE.jpg

MANDIBULES

Comédie détraquée; Réalisateur, scénariste: Quentin Dupieux; avec Grégoire Ludig, David Marsais, Adèle Exarchopoulos, India Hair; Directeur/Photo: Quentin Dupieux; France 2021, 77 minutes; Sélection officielle LuxFilmFest 2021. 

0a90d26_472175166-03-mandibules-04-mouche-piscine-memento-films-distribution

Jean-Gab et Manu, deux amis simples d’esprit, trouvent une mouche géante coincée dans le coffre d’une voiture et se mettent en tête de la dresser pour gagner de l’argent avec….

573826-mandibules-de-quentin-dupieux-avec-le-palmashow-le-teaser

  • Le retour en force du cinéaste dans une comédie prophétique qui nous apprend à nous méfier des normes. (Libération) Nous voici à la fois blasés et saisis, revenus de tout et submergés. Suspendus dans le vide entre premier et second degrés, on peut saisir les branches que nous tendent ces récentes comédies. (Cahiers du Cinéma) une sorte de road-movie fantastico-délirant dont les péripéties semblent presque s’improviser au fur et à mesure. (L’Ecran fantastique) Le cinéaste propose un grand moment d’idiotie heureuse avec son film, porté par deux poétiques loqueteux utilisant un insecte géant pour convoyer des stupéfiants. (Le Monde) J’ai passé soixante-dix-sept minutes devant ce film. J’en ai consacré trois à écrire cette notule. La lire vous a pris vingt secondes. Et pourtant, normalement, personne n’a de temps à perdre. (Positif) 

Mandibules_FP1

Quentin Dupieux: “Mandibules”  est avant tout une comédie sincère sur l’amitié, au premier degré et au présent, mais c’est aussi, grâce à la présence d’une mouche géante au cœur du récit, un film sensa- tionnel, croisement improbable entre le fantastique de E.T. l’extra-terrestre et la crétinerie de Dumb and Dumber. C’est presque une très mauvaise accroche marketing mais je dois l’écrire : Mandibules est mon premier film sans décès à l’écran. Et si l’on voulait absolument théoriser, mais nous ne le voulons pas, on pourrait dire que cette grosse mouche, certainement née sur le tas de cadavres de tous mes films précédents, est le seul élément du film habité par le morbide qui vient peut-être de quitter définitivement mon cinéma. (Extrait du dossier de presse)

 

Envole_moi

ENVOLE-MOI

Comédie dramatique; Réalisateur: Christophe Barratier; avec Victor Belmondo, Gérard Lanvin, Yoann Eloundou Noah, Ornella Fleury; Scénaristes: Mattheiu Delaporte, Alexandre de la Patellière, Anthony Marciano, Christophe Barratier; Directeur/Photo: Jérôme Alméras; Musique: Philippe Rombi; France 2021, 91 minutes.

media

Thomas passe ses nuits en boites et ses journées au lit, jusqu’au jour où son père, le docteur Reinhard, lassé de ses frasques, décide de lui couper les vivres et lui impose de s’occuper d’un de ses jeunes patients. Marcus a douze ans et vit seul avec sa maman. Il souffre depuis sa naissance d’une maladie grave qui rythme ses journées, entre le centre d’accueil médicalisé où il est scolarisé et des séjours répétés à l’hôpital. Cette rencontre va bouleverser le quotidien de l’un et de l’autre, et tout simplement changer leur vie….

envole-moi

  • Si cette comédie feel good, un peu trop candide, ne décolle jamais vraiment, le duo formé par Victor Belmondo et le jeune Yoann Eloundou apporte une bonne dose de fraîcheur et d’énergie. (Télé 7 Jours) Zéro surprise dans cette comédie feel-good et bons sentiments, qui louche sur le modèle et le succès d’Intouchables. Mais le duo d’acteurs fonctionne bien et réserve quelques jolis moments de complicité et d’émotion. (Le Journal du Dimanche) 

Screenshot 2021-06-07 at 09.13.50.png

ENVOLE-MOI est adapté d’une histoire vraie. Qu’est-ce qui vous a touché dans les destins de Marcus et Thomas ?

Christophe Barratier: Sans doute est-ce la rencontre inattendue de ces deux personnages auxquels il manque des armes pour faire face à la vie. Le handicap de Marcus l’empêche de mener une vie normale, alors que Victor, parfaitement valide mais incapable de trouver sa place dans la vie, fuit volontairement la réalité. La naïveté et la candeur me touchent beaucoup, peut-être parce que je m’y retrouve. C’est sans doute un défaut pour un producteur, plutôt une vertu pour un metteur en scène. En tous cas, un trait de caractère récurrent aux personnages de mes films. Ce n’est sans doute pas par hasard que Dimitri ait pensé à moi pour réaliser ce projet. (Extrait du dossier de presse)

 

Barbapapa_FP1

LES BARBAPA SE METTENT AU VERT

La famille Barbapapa arrive dans votre cinéma. Partez découvrir la nature avec la famille Barbapapa et accompagnez-les dans leurs aventures : apprendre à moins de gaspiller de l’eau, protéger des oiseaux malades, comment vivre dans la nature, découvrir la création de la terre ou encore sauver l’arbre de naissance de Barbapapa et Barbamama. « Les Barbapapa se mettent au vert », une sélection d’aventures à revivre pour la 1ère fois au cinéma. (53 minutes)

the-misfits-poster

En avant-première

THE MISFITS

1e95fd39aa0dfbdbcfffb816027ca20d

En avant-première

FREAKY

LE MUR DES ETOILES au 7.6.2021

Screenshot 2021-06-07 at 08.23.50.png

Le MUR DES ETOILES et THE HATARI PAPERS sont publiés par

LOGO_JPT_eng_bleu.jpg

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close