Pas que de la saucisse…

 

maxresdefault.jpg

Admettez donc que nous vous avons manqué, lundi dernier à 10 heures du matin, à l’heure normale de parution de vos HATARI PAPERS chéris. Mais même nous avons parfois besoin de quelques jours de congé qui, cette fois, nous ont amenés à Vienne, la ville du “Trosième Homme”. Par la même occasion, en arrivant avec retard, nous avons offert la chance unique aux journaux luxembourgeois de vous infomer avant nous de tout ce qui se trame de bien et de moins bien dans les salles obscures luxembourgeois. J’espère qu’ils vous ont recommandé les bons films. Voici donc ce qui vous attend dans le noir. Jean-Pierre THILGES 

Supernova-Colin-Firth-Stanley-Tucci-Movie-Poster

SUPERNOVA ***

Drame romantique; Réalisateur, scénariste: Harry Mcqueen; avec Colin Firth, Stanley Tucci, Pippa Haywood, Sarah Woodward; Directeur/Photo: Dick Pope; Musique: Keaton Henson; GB 2020, 93 minutes.

Sam et Tusker s’aiment depuis 20 ans. À bord de leur vieux camping-car, ils rendent visite à leurs amis et famille et retournent sur les lieux de leur jeunesse. Depuis que Tusker est atteint d’une grave maladie, tous leurs projets ont été suspendus. Le temps est compté et être ensemble est désormais la chose la plus précieuse. Cependant, ce dernier voyage va mettre leur amour à rude épreuve…

supernova-main

  • Deux acteurs formidables, l’un anglais, l’autre américain, s’affrontent dans un road-movie attachant, drôle et émouvant, le genre de film adulte qui – hélas – ne semble plus guère avoir de chance de se retrouver sur un grand écran, par les temps qui courent. Alors profitez-en, le cinéma, le vrai, celui écrit, réalisé et interprété par de véritables êtres humains pourrait être une espèce en voie de disparition. Trois étoiles. (jpt) 
  • 260923251
  • Colin Firth and Stanley Tucci dazzle as a couple facing their fears. The veteran pair are on magnificent form in a drama about love and mortality that is all the more powerful for its restraint. Lovely, heartfelt performances from Stanley Tucci and Colin Firth carry this intimate movie from actor-turned-film-maker Harry Macqueen, whose 2014 debut, “Hinterland”, was also a two-hander about love. (The Guardian) 

3255.jpg

3991427

REMINISCENCE

Drame romantique, science-fiction; Réalisatrice, scénariste: Lisa Joy; avec Hugh Jackman, Rebecca Ferguson, Thandie Newton; Directeur/Photo: Paul Cameron; Musique: Ramin Djawadi; USA 2021, 116 minutes.

reminiscene-FILM-panel

Nick Bannister, un détective privé de l’esprit, navigue dans les eaux troubles et séduisantes du passé en aidant ses clients à retrouver des souvenirs effacés. Vivant aux abords de la côte submergée de Miami, il voit sa vie basculer le jour, où Mae devient sa cliente. Ce qui avait débuté comme une enquête de routine vire rapidement à l’obsession périlleuse. En cherchant à résoudre la disparition de Mae, il met en lumière un complot violent et doit, en bout de ligne, répondre à une question vitale : jusqu’où iriez-vous pour ne pas perdre ceux que vous aimez ? (Résumé: cinoche.com)

reminiscence-blogroll-1622680080178

Le film sortant au Luxembourg au même moment qu’aux Etats-Unis, aucune critique n’est actuellement disponible….

MV5BMmZjNzcyNmMtODcxZC00OWEzLThmYjAtNTEwMTc1Y2ZkNDQ5XkEyXkFqcGdeQXVyNjAwMjI5MDk@._V1_SY1000_CR0017151000_AL_-1280x720

unnamed

THE ICE ROAD

Aventure, action; Réalisateur, scénariste: Jonathan Hensleigh; avec Liam Neeson, Laurence Fishburne, Holt McCallany; Directeur/Photo: Tom Stern; Musique: Max Aruj; USA/Canada 2021, 109 minutes.

THE ICE ROAD

Une mine de diamants s’effondre dans le Grand Nord canadien et piège près de trente mineurs. Pour mener une mission de sauvetage périlleuse, Jim Goldenrod engage Mike McCann, un conducteur de camion expérimenté.  Ils vont mener un convoi qui va emprunter la « route de glace », un océan gelé et instable qui couvre les presque 500 km du lac Winnipeg.  Aux intempéries et avaries mécaniques, s’ajoute une série d’attaques mystérieuses, qui prouvent que quelqu’un n’a pas intérêt à ce que ce sauvetage ait lieu…

The-Ice-Road-Feature

  • As if the Frozen North hadn’t already given him enough grief in “The Grey” and “Cold Pursuit,” Liam Neeson is back for more chilly punishment with “The Ice Road.” Jonathan Hensleigh’s first feature as writer-director since “Kill the Irishman” a decade ago has the star as one of three drivers making a dangerous journey to deliver equipment needed to rescue trapped miners in Northern Manitoba. Just about every possible peril turns up to thwart their mission en route, making for an increasingly implausible action movie that will entertain most viewers, but also perhaps make them feel a bit played for fools. (Dennis Harvey/Variety) 

FILM-PURSUIT-REVIEW

The_Night_House-565731104-large

THE NIGHT HOUSE

Film d’épouvante; Réalisateur: David Bruckner; avec Rebecca Hall, Stacy Martin, Vondie Curtis-Hall; Scénaristes: Ben Collins, Luke Piotrowski; Directeur/Photo: Elisha Christian; Musique: Ben Lovett; GB 2020, 107 minutes.

the-night-house-horror-poster

Éplorée par le décès récent de son mari, Beth se retrouve seule dans la maison sur le bord d’un lac que celui-ci lui avait construite. Endeuillée, elle tente tant bien que mal de poursuivre sa vie, mais les cauchemars ne tardent pas à la rattraper. Une présence dans la maison, à l’apparence fantomatique, l’appelle, mais dès que la lumière du jour revient, ceci ne semble être que des songes. À l’encontre des conseils de ses amis, Beth plongera dans les souvenirs de son mari, à la recherche de réponses. Elle découvrira des secrets aussi troublants que terribles, de même qu’un mystère qu’elle voudra à tout prix résoudre… (Résumé: Cinoche.com)

the-night-house-blogroll-1629138878942

  • A knack for creepy atmospherics and individual scares goes a long way in the horror genre, and it takes “The Night House” pretty far. Though this tale of a new widow’s apparent haunting gets progressively lost in a narrative maze that’s complicated without being particularly rewarding, director David Bruckner suffuses the action with enough dread and unpleasant goosings to make this an above-average genre exercise… (Dennis Harvey/Variety) 

The-Night-House-trailer-poster

4319552.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

PLAYLIST

Comédie; Réalisatrice: Nine Antico; avec Sara Forestier, Laetitia Dosch, Inas Chanti, Pierre Lottin; Scénaristes: Nine Antico, Marc Syrigas, Céline Sciamma; Directrice/Photo: Julie Conte; France 2021, 88 minutes.

Playlist, un film de Nine Antico.

Sophie a 28 ans. Elle aimerait être dessinatrice, mais ce serait tellement plus facile si elle avait fait une école d’art. Elle aimerait aussi trouver l’amour, mais ce serait tellement plus facile s’il vous sautait aux yeux. Elle multiplie les expériences amoureuses et professionnelles. Prendre des coups, beaucoup, en donner, un peu : c’est ça, l’apprentissage. Dans sa tête tourne en boucle Daniel Johnston, qui chante que « l’amour véritable finit bien par vous tomber dessus » ; mais Sophie se demande s’il dit vrai…

5756570.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Nine Antico transpose le rythme et la tonalité de ses bandes dessinées en passant derrière la caméra pour son premier long métrage. Porté par une Sara Forestier remarquable, “Playlist” est une agréable surprise – qui peine cependant à tenir sur la longueur. (Les Fiches du Cinéma) Difficile, dès lors, de ne pas se laisser emporter par son récit débridé, tour à tour rageur et amusé (satire du petit monde de la B.D. à la clé). Raccord, et ça n’est pas la moindre de ses qualités, avec ses personnages de filles libres, qui foncent quoi qu’il en soit, avec pertes et fracas ! (Positif) Nine Antico déploie l’univers graphique de ses BD au charme rétro et décalé sur grand écran. Savoureux. (Télérama) 

5725370.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

ckIlJbv.jpg-large

MIJN VADER IS EEN SAUCISSE

Comédie familiale; Réalisatrice: Anouk Fortunier; avec Johan Heldenberg, Hilde De Baerdemaeker, Savannah Vandendriessche; Scénario: Jean-Claude Van Rijckeghem; Directeur/Photo: Melle van Essen; Musique: Harry de Wit; Belgique 2020, 80 minutes; version flamande, sous-titres français.

A l’aube de l’adolescence, Zoé observe en retrait mais avec sagacité la petite comédie du bonheur que semble jouer sa famille, chacun remplissant à merveille son rôle, connaissant le script par coeur, ne changeant jamais une ligne du scénario mettant en scène la famille parfaite. Maman, chef d’entreprise à succès, est en voyage d’affaire, papa travaille dans une grande banque et jongle avec les chiffres. Sa grande soeur alterne les répétitions de violon et les révisions pour l’école, tandis que son grand frère… Bon, son grand frère tendance survivaliste vit cloîtré dans la cave, mais passons. Alors quand son père abandonne son travail de banquier sur un coup de tête pour devenir acteur, sa mère est tout sauf contente. Zoë est la seule à croire en son père et se lance dans l’aventure avec lui. Il faut dire que la jeune fille a elle-même des comptes à régler avec sa place dans le monde. Elle va donc accompagner son père dans sa quête, trouvant enfin dans cet adulte en pleine remise en question un modèle qui ose remettre des couleurs dans sa vie en se reconnectant avec son âme d’enfant… (cineuropa.org) 

a5d6c494-d378-11eb-b27d-e86a15e38e78_web_scale_0.0950178_0.0950178__

  • Mon père est une saucisse part d’un postulat loufoque (un comptable, en plein crise de la quarantaine, décide de se tourner vers ses premières amours, le théâtre, pour finir déguisé en saucisse vegan dans une pub télé), pour proposer un conte moderne à la fois poétique et terre-à-terre sur le burn out, destiné à un public d’enfants et de jeunes adolescents que l’on prend au sérieux. C’est d’ailleurs l’une des forces d’une poignée de réalisatrices du jeune cinéma flamand, que de s’adresser à un jeune public avec sérieux et fantaisie sur des sujets âpres et terriblement contemporains (…) Le film s’impose par cette capacité à regarder son public droit dans les yeux, et grâce aux performances habitées de la très jeune Savannah Vandendriessche, (…) de l’excellent Johan Heldenbergh (…) ou encore de Hilde De Baerdemaeker, que l’on voit beaucoup à la télévision flamande. (cineuropa.org) 
  • mijnvaderiseensaucisse17.jpg

Attention_au_depart

ATTENTION AU DEPART !

Comédie; Réalisateur: Benjamin Euvrard; avec Jérôme Commandeur, André Dussollier, Jonathan Lambert; Scénaristes: Benjamin Euvrard, Charly de Witte; Benjamin Dumont, Ingrid Morley-Pegge; Directeur/Photo: Vincent Gallot; Musique: Matthieu Gonet; France 2021, 92 minutes.

attention-au-depart

C’est le jour des départs en vacances à la montagne pour Vlad et ses copains. Son père, Jérôme, et André, le grand-père de l’un d’entre eux, ont été chargés de les accompagner en train. A priori, rien de trop compliqué. Sauf qu’André et Jérôme vont assister au départ des enfants et du train… sans eux ! Commence alors pour cet étrange duo une course contre la montre pour arriver sur place avant le train… afin que personne ne se rende compte de leur monumentale bourde. Tandis que les enfants, livrés à eux-mêmes, s’en donnent à cœur joie, Jérôme et André accumulent les retards, d’improbables rencontres et multiplient les péripéties…

2340372.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Antoine, campé par Dussollier, est un grand-père fantasque qui enchaîne les catastrophes…

Depuis plusieurs années, le cinéma accorde plus d’importance aux personnages du troisième âge. Peut-être parce que, comme on dit, “old is the new punk” ? (rires) Je crois surtout que l’âge apporte une vraie liberté de penser et une parole décomplexée : Jean d’Ormesson, par exemple, osait dire bien plus de choses que des gens de 40 ans sans se soucier des réactions sur les réseaux sociaux ! Nous voulions avoir un bon grand-père mâtiné d’égocentrisme : Antoine prend la vie comme un jeu, sans malveillance. Il ment comme il respire pour pouvoir faire ce qu’il veut et ne s’embarrasse pas de l’avis des autres. Il lui est assez facile de paraître cool parce qu’il fait faire n’importe quoi à ses petits-enfants et qu’il n’est pas là pour les aider au quotidien ou dans leur scolarité. Pourtant, sa légèreté permet quelquefois à Benjamin de relativiser les événements. En fait, entre ce grand-père qui n’a jamais changé une couche de sa vie et ce père qui n’a fait quasiment que ça, il y a de nombreuses incompréhensions qui illustrent le conflit entre générations. (Extrait du dossier de presse) 

 

home-poster-a994c

Exclusivité Cinextdoor

HOME

Drama; Regie, Drehbuch: Franka Potente; mit Jake McLaughlin, Kathy Bates, Aisling Franciosi; Derek Richardson; Kamera: Frank Griebe; Musik: Hauschka; Deutschland/Frankreich/Niederlande 2020, 100 Minuten; Englisch, mit deutschen Untertiteln; FilmFest München 2021. 

Marvin Hacks war lange nicht zuhause: Für die Ermordung einer älteren Dame hat er 17 Jahre im Gefängnis verbracht. Am Tag seiner Entlassung trägt er immer noch den gleichen Adidas-Trainingsanzug und macht sich direkt auf den Weg in seine Heimat Clovis, die auch gleichzeitig Schauplatz seines Verbrechens war. Dort versucht er, wieder Fuß zu fassen, während er sich um seine todkranke Mutter kümmert. Die anderen Bewohner*innen von Clovis vergeben ihm allerdings nicht so schnell. Vor allem der Flintow-Clan, dem auch Marvins Opfer angehörte, erschwert ihm sein Ankommen und versucht, ihn schnell wieder loszuwerden. Doch da ist auch Delta, Flintow-Clan-Mitglied und Enkelin der Ermordeten: Sie findet sich zwischen den Fronten, weil sie Mitgefühl für Marvin empfindet…

 

1335029_home_3636

  • “Home” könnte ein durch und durch amerikanischer Film sein. Sogar in der großen Tradition des amerikanischen, hyperrealistischen Independent-Kinos. Diese Tradition verlangt zum Beispiel, dass drogensüchtige Figuren wirklich fast wandelnde Skelette sind, einen wohlgenährten Drogensüchtigen wird man in solchen Filmen nicht finden. Sodann muss jedes graue Haar möglichst echt sein, jedes Tattoo überzeugen, jeder Zungenschlag in den Akzenten auf einen realen Ort verweisen. Und jede Referenz an früher sollte aus einem kollektiv verifizierbaren, wirklich gelebten amerikanischen Erfahrungsschatz stammen. Das alles funktioniert auch. Fast. So gut jedenfalls, dass bekannte amerikanische Kinoveteranen (Kathy Bates) und aufstrebende Talente (Jake McLaughlin) sofort mitgemacht haben. Das Einzige, was nicht passt, ist die Identität der Filmemacherin: Franka Potente… (Tobias Kniebe/Süddeutsche Zeitung) 

Home_online_01

Akshay-Kumar-s-Bell-Bottom-movie-New-Release-Date-Poster-.jpg

Kinepolis goes Bollywood

BELL BOTTOM

Film d’action; Réalisateur: Ranjit M. Tewari; avec Akshay Kumar, Vaani Kapoor, Huma Qureshi, Lara Dutta; Scénario: Aseem Arrora, Parveez Shaikh, basé sur des faits réels; Directeuzr/Photo: Rajeev Ravi; Musique: Daniel B. George; Inde 2021, 123 minutes, langue hindi, s.t.anglais.

Bell Bottom is anIndian Hindi-language action thriller film[2] directed by Ranjit M Tewari.Bell Bottom”  is inspired from real life hijacking events in India by Khalistani separatists during the 1980s, such as the Indian Airlines Flight 423, 405 and 421 hijackings. (Wikipedia) 

LE MUR DES ETOILES 18.8.2021

Screenshot 2021-08-18 at 10.16.14

LOGO_JPT_fr_rouge.jpg

 

 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close