Le Farhadi nouveau est arrivé…

3cc316dd0afda69b59488123780471f1.jpgLa dernière semaine de l’année s’annonce plutôt grandiose – et devrait satisfaire tous les goûts cinéphiles. Avec UN HÉROS / GHAREMAN de Ashgar Farhadi, c’est carrément le Grand Prix du Festival de Cannes qui atterrit sur nos écrans. Les fans des soeurs Wachowski, dont nous ne faisons définitivement pas partie, se rueront sur THE MATRIX RESURRECTIONS, alors que – après un tour remarqué dans les salles Cinextdoor – le tonitruant RIDERS OF JUSTICE fête sa rentrée joyeuse au Ciné Utopia. Pour ceux qui recherchent des horizons différents, ni MICA (film marocain), HERE WE ARE/MY KID (film israélien), ni ANIMAL (documentaire écologique) ne passeront inaperçus. Pour le reste, une reprise du FABULEUX  DESTIN D’AMÉLIE POULAIN aux Kinepolis Kirchberg Belval (en quelques séances seulement) et  le très bollywoodien ’83  viennent compléter le tableau de chasse. Quant aux HATARI PAPERS et au MUR DES ETOILES, ils partent  en vacances jusqu’au lundi 10 janvier 2021. D’ici-là, nous vous souhaitons un Joyeux Noël et une très bonne année 2022. Et gardez la santé !

Jean-Pierre THILGES

Semaine du 22 au 28.12.2021

5115075

UN HÉROS / GHAREMAN

Drame; Réalisateur, scénariste: Ashgar Farhadi; avec Amir Jadidi, Mohsen Tanabandeh, fereshteh Sadre Orafaei; Directeur/Photo: Ali Ghazi; Iran/France 2021, 128 minutes; Grand Prix, Festival de Cannes 2021. 

001

Rahim est en prison à cause d’une dette qu’il n’a pas pu rembourser. Lors d’une permission de deux jours, il tente de convaincre son créancier de retirer sa plainte contre le versement d’une partie de la somme. Mais les choses ne se passent pas comme prévu…

e75c4a2d97c626771194def6d56682fa-Preview

Passionnant et haletant de bout en bout, “Un héros” d’Asghar Farhadi, qui retrace la trajectoire d’un homme simple pris dans un engrenage infernal, confirme le style personnel d’un des cinéastes contemporains les plus importants. (Bande à part) Avec “Un héros”, Asghar Farhadi revient dans son pays pour nous ofrir son œuvre peut-être la plus forte depuis l’immense succès international d’ “Une séparation” (2011). (Positif) Un thriller sournois, sans coups de feu ni scènes de crime. Grand prix au Festival de Cannes, « Un héros » aurait mérité l’or de palme. (Le Nouvel Observateur)  Scénario à la mécanique implacable, réalisme bluffant, personnages piégés dans un infernal entrelacs de motivations et d’intérêts contraires : pas de doute, après son escapade espagnole (Everybody Knows), le Asghar Farhadi d’”Une séparation” est de retour. (Télérama) 

FEZ59X6VQAYjD9m

THE MATRIX- RESURRECTIONS

Action fantastique; Réalisatrice: Lana Wachowski; avec Keanu Reeves, Carrie-Anne Moss, Yahya Abdul-Mateen; Scénaristes: Lana Wachowski, David Mitchell, Aleksandar Hemon; Directeurs/Photo: Daniele Massaccesi, John Toll; Musique: Johnny Klimek, Tom Tykwer; USA 2021, 148 minutes.

033

Dix-huit ans après les événements de Matrix Revolutions, Thomas A. Anderson (alias Neo) ne se souvient plus de rien et mène une vie d’apparence normale à San Francisco. Il se rend régulièrement chez un psychiatre à qui il raconte ses rêves étranges et qui lui prescrit des pilules bleues. Après la réapparition de visages familiers et en quête de réponses, Neo repart à la recherche du lapin blanc. Il rencontre un certain Morpheus, qui lui offre le choix entre rester dans la Matrice et prendre son envol… (Résumé: Wikipedia)

015

  • Pas de critiques disponibles, le film  n’étant pas encore sorti aux États-Unis…

011

013

RIDERS OF JUSTICE ***

Titre original: Retfærdighedens ryttere; Comédie noire; Réalisateur, scéanriste: Anders Thomas Jensen; avec Mads mikkelsen, Nikolaj Lie Kaas, Andrea Heick Gadeberg; Directeur/Photo: Kasper Tuxen; Musique: Jeppe Kaas; Dabemark/Suède 2020, 116 minutes; TIFF 2020, LuxFilmFest 2021. 

010

Markus, un militaire en mission, doit rentrer chez lui auprès de sa fille Mathilde suite à la mort tragique de sa femme dans un accident de train. La malchance semble être de mise – jusqu’à ce qu’Otto, un mathématicien  « geek », se présente à lui avec deux camarades excentriques, Lennart et Emmenthaler. Otto était l’un passager du train accidenté. Il est convaincu que ce n’était pas un accident. Alors que les indices s’accumulent, il devient clair pour Markus qu’il pourrait s’agir d’un assassinat soigneusement orchestré par un gang de motards. Markus veut venger sa femme, victime par hasard de ce gang, et part à la recherche des responsables…

007

  • Deliriously wry and so perfectly balanced it should become a case study in script classes, “Riders of Justice” may be the film that finally gives Anders Thomas Jensen international recognition beyond his usual spotlight as a sought-after screenwriter. Comparisons with the Coen brothers will be inevitable given oddball characters whose fixations and genuine heart contrast with moments of extreme violence, yet the roots of this black revenge comedy go back even further, bringing an asocial spin to classic screwballers where a group of quirky misfits are balanced out by a lone woman who’s the most put-together and in touch of the bunch. (Jay Weissberg/Variety) 

003

5253068

MICA ***

Drame; Réalisateur: Ismaël Ferroukhi; avec Sabrina Ouazani, Zakaria Inan, Azelarab Kaghat; Scénaristes: Ismaël Ferroukhi, Fadette Drouard; Directrice/Photo: Éva Sehet; Maroc/France 2020, 104 minutes; LuxFilmFest 2021. 

Unknown

Mica, enfant issu d’un bidonville de Meknès, est propulsé comme homme à tout faire dans un club de tennis de Casablanca fréquenté par la bourgeoisie marocaine. Prêt à tout pour changer son destin, il se fait remarquer par Sophia, une ex-championne qui le prend sous son aile…

images

  • Voilà déjà dix ans (et Les Hommes libres avec Tahar Rahim) qu’on était sans nouvelles d’Ismaël Ferroukhi. Le cinéaste signe son retour avec une histoire située dans son pays natal, le Maroc. Celle d’un gamin des bidonvilles de Casablanca dont une ex- championne de tennis découvre le talent inné à manier la petite balle jaune dans le club où il travaille comme homme à tout faire et qui va alors tout tenter pour changer son destin. Le sujet est noble, l’interprétation (Zakaria Inan pour ses débuts à l’écran et Sabrina Ouazani) impeccable. Mais le film a un peu trop tendance à enfoncer des portes ouvertes, à enfermer ses personnages dans des archétypes, tout à son obsession de faire passer un message. (Première) 

3713986

HERE WE ARE / MY KID

Drame; Réalisateur: Nir Bergman; avec Shai Avivi, Noam Imber, Smadi Wolfman; Scénariste: Dana Idisis; Directeur/Photo: Shai Goldman; Israel 2020, 94 minutes; Festival de Cannes, TIFF 2020.

2170853.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Aaron a consacré sa vie à élever son fils autiste Uri. Ensemble, ils vivent dans une routine coupée du monde réel. Mais Uri est à présent un jeune adulte, avec de nouveaux désirs et de nouveaux besoins. Alors qu’ils sont en route vers l’institut spécialisé qui doit accueillir Uri, Aaron décide de s’enfuir avec lui, convaincu que son fils n’est pas prêt pour cette séparation…

2186454.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

  • Screenwriter Dana Idisis has reportedly drawn on personal experience and previously explored the theme in a series called On the Spectrum for Israeli TV, which Here We Are’s director Nir Bergman worked on as well. (Bergman was also one of the key contributors to BeTipul, the Israeli-made original of In Treatment.) That first-hand experience of living with someone on the spectrum is palpable not just in the depiction of Uri himself – superbly performed by Imber – but in the way the rest of the world itself reacts to autistic people: from the well-meaning acquaintances who assume he must be able to do Rain Man-style maths tricks, to the disgusted expressions from bystanders who look on disapprovingly when Uri has a meltdown on the street, wailing and flailing in despair. The last half hour, so finely underplayed, is quietly devastating. (Leslie Felperin/The Guardian)

2959355

ANIMAL

Film  écologique: Réalisateur: Cyril Dion; scénaristes: Cyril Dion, Walter Bouvais; Directeur/Photo: Alexandre Leglise;  France 2021, 105 minutes; Festival de Cannes 2021. 

maxresdefault

Bella et Vipulan ont 16 ans, une génération persuadée que leur avenir est menacé. Changement climatique, 6ème extinction de masse des espèces… d’ici 50 ans leur monde pourrait devenir inhabitable. Ils ont beau alerter mais rien ne change vraiment. Alors ils décident de remonter à la source du problème : notre relation au monde vivant. Sous l’impulsion de la primatologue Jane Goodall, tout au long d’un extraordinaire voyage, ils vont comprendre que nous sommes profondément liés à toutes les autres espèces. Et qu’en les sauvant, nous nous sauverons aussi. L’être humain a cru qu’il pouvait se séparer de la nature, mais il est la nature. Il est, lui aussi, un Animal…

animal-de-cyril-dion-photo-c-capa-studio-bright-bright-bright-ugc-images-orange-studio-france-2-cinema_2021

  • Il est impossible de prendre la mesure de la souffrance des animaux sans en souffrir, parce que leur vie est un enfer, que cet enfer est l’œuvre de l’espèce humaine et qu’il montre tout le mal dont nous sommes capables. C’est pourquoi la cause animale devient, pour les personnes qui ouvrent les yeux sur cette violence, la cause principale de leur existence. Elle les voue, quelles que soient leurs répugnances ou leurs craintes premières, à l’engagement et à une forme d’action politique. La cause animale est une cause difficile : il n’y a pas de dimanche ni pour les animaux qui sont maltraités ni pour celles et ceux qui ont mal pour eux. Cependant c’est une cause généreuse, portée par l’espoir de promouvoir un monde meilleur, moins violent et plus juste. La connaissance des liens existant entre la violence envers les animaux et celle qui s’exerce à l’encontre des êtres humains, entre l’exploitation sans limites des autres vivants et l’exploitation de l’être humain par l’être humain et des nations par d’autres nations donne une force supplémentaire à cet engagement en l’inscrivant dans l’Histoire.

Corinne Pelluchon, “Manifeste Animaliste”

 

8ocsj1ggblocg9kxirqhhb81kos-984

Quelques séances seulement…

LE FABULEUX DESTIN D’AMÉLIE POULAIN ****

ranveer-singh-2

Kinepolis goes Bollywood

’83

On June 25, 1983, the Lord’s Cricket Ground witnessed 14 men beat the twice over World Champions West Indies, putting India back onto the cricket world stage.

LE MUR DES ÉTOILES

Screenshot 2021-12-20 at 08.39.16.png

LOGO_JPT_eng_vert.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close