Soyez désobéissants…

Du beau pain (surtout féminin) sur la planche avec quelques films qui sortent magnifiquement du lot: Le sulfureux DISOBEDIENCE de Sebastián Lelio est notre chouchou de la semaine, suivi du très féminin OCEAN’S 8 qui rend hommage au “Rat Pack” de Frank Sinatra et de 3 TAGE IN QUIBERON de Emily Latef, lauréat de sept “Deutscher Filmpreis 2018” (dont celui du meilleur film) qui se souvient de Romy Schneider, l’une des plus belles et talentueuses femmes du cinéma français, allemand et autrichien. Pour le reste, une production luxembourgeoise de Pol Cruchten (JUSTICE DOT NET) qui nous a laissés sur notre faim, un film d’épouvante de derrière les fagots (TRUTH OR DARE) et du cinéma d’action bollywoodien, interminable comme il se doit (RACE 3). Les avant-premières de LOVE, SIMON et du très attendu INCREDIBLES 2 (de chez Pixar) viennent compléter le tableau. Jean-Pierre THILGES  

disobedience-posterLe film de la semaine: DISOBEDIENCE ****

Titre français: Désobéissance; Drame romantique;  Réalisateur: Sebastián Lelio; avec Rachel weisz, Rachel McAdams, Alessandro Nivola, Anton Lesser; Scénaristes: Naomi Alderman, Sebastián Lelio, d’après le roman de Rebecca Lenkiewicz; Directeur/Photo: Danny Cohen; Musique: Matthew Herbert; USA 2017, 114 minutes; Sélection officielle Toronto International Film Festival 2017.

À la suite du décès de son père, Ronit Krushka retourne chez elle, auprès de sa communauté juive-orthodoxe qu’elle avait quittée depuis plusieurs années. Revenue au bercail, elle se rend chez son bon ami Dovid Kuperman, qui est devenu l’époux de son ancienne meilleure amie, Esti. Cette dernière est contente et troublée de revoir sa grande amie. Les jours s’écoulent et la présence de Ronit dérange les membres de la communauté, puisque celle-ci n’est toujours pas mariée selon la tradition et la volonté de leur Dieu. Ce qu’ils ignorent c’est que Ronit a un terrible secret. Elle est amoureuse d’Esti. Une histoire d’amour interdite entre deux jeunes femmes prisonnières des traditions naîtra…(Résumé: cinoche.com)

  • Découvert au Festival de Toronto en septembre 2017, ce film courageux et superbement servi par Rachel Weisz et Rachel McAdams est de la même veine que LA VIE D’ADÈLE, mais nettement plus accessible pour un public qui n’aime pas les films trops longs. L’histoire d’amour sulfureuse entre deux femmes dans le milieu juif orthodoxe ne sera pas du goût de tout le monde, mais notamment (mais pas que) pour sa franchise sexuelle, cette peinture vitriolée d’une communauté renfermée et secrète est du cinéma d’une très grande qualité, à ne surtout pas rater! (jpt) 

22week-film-articlelarge

  • Four years after delving deep into the romantic troubles of a singles-bar-haunting fiftysomething in “Gloria,” and a few months after casting a sensitive eye on a young transgender waitress in the wake of tragedy in “A Fantastic Woman,” Chilean director Sebastian Lelio offers yet another striking and warmly nuanced portrait of the kinds of women whose internal lives are rarely portrayed on screen, tackling a lesbian love affair within London’s Orthodox Jewish community in “Disobedience”. Taking on his first English-language feature, he directs Rachel Weisz and Rachel McAdams in an adaptation of Naomi Alderman’s novel, which begins as a case study in religious repression and gradually evolves into something much richer. Slower and more deliberate than some of his recent work, though anchored by a remarkably honest and unrestrained sex scene, “Disobedience” may not catapult Lelio beyond the arthouse world, but it’s yet another triumph in what’s shaping up to be a major career. (Andrew Barker/Variety)                                          A048_C016_0113T4

posterOCEAN’S 8

Comédie policière; Réalisateur: Gary Ross; avec Sandra Bullock, Cate Blanchett, Anne Hathaway, Sarah Paulson, Rihanna, Helena bonham Carter, Elliott Gould, Dakota Fanning; Scénaristes: Olivia Mich, Gary Ross; Directeur/Photo: Eigil Bryld; Musique: Daniel Pemberton; USA 2018, 110 minutes

Libérée après avoir purgé une peine de cinq ans de prison pour cambriolage, Debbie Oean reprend aussitôt contact avec sa vieille complice Lou et l’invite à participer à un plan infaillible qu’elle a peaufiné durant son séjour derrière les barreaux. Le but : voler un collier de diamants de la maison Cartier d’une valeur de 150 millions de dollars pendant le gala annuel du Metropolitan Museum de New York. Pour réussir, les deux amies recrutent cinq collaboratrices, qui kleptomane, qui pirate informatique, qui orfèvre, parmi lesquelles figure Rose, une célèbre créatrice de mode minée par les difficultés financières. Celle-ci est chargée d’habiller la vedette hollywoodienne Daphne Kluger, égérie du bal, qui portera à son cou le bijou tant convoité…

  • C’est quand même dingue. En 1960, Frank Sinatra, Dean Marin, Sammy Davis Jr et Peter Lawford (tous membres du fameux “Rat Pack” hollywoodien) ont tourné un “caper” plus ou moins drôle, OCEAN’S ELEVEN,  sous la direction de Lewis Milestone. En 2001, Steven Soderbergh a signé un remake du film avec George Clooney, Brad Pitt, Matt Damon, Julia Roberts et Andy Garcia, qu’il a ensuite – compte tenu du succès – décliné en deux suites baptisés OCEAN’S TWELVE et OCEAN’S THIRTEEN. Et -ne voilà-t-il pas que – sentant la source “mâle” un tantinet tarie, Steven Soderberghm, désormais producteur, demande à Olivia Mich et Gary Ross de réinventer la franchise au féminin en réunissant une bande d’actrices plutôt connues (et plutôt belles, aussi) pour faire honneur une fois de plus à Frankie et ses rats! Allez, on plonge! (jpt) 

oceans 04919.dng

  • On the scale of Rube Goldberg ingenuity, it’s not the most dizzying or outrageous heist you’ve ever seen; it doesn’t scale the rafters of high-wire insanity the way the one in “Ocean’s Eleven” did. (Then again, what has?) But it’s clever enough to get by. It leaves you with that classic head-spinning “Ocean’s” feeling of “Yep, I bought what I just saw,” even when your head stops spinning enough to tell you that what you just saw is a pleasantly preposterous mission impossible. (…) The film’s real asterisk is its gender celebration. Sandra Bullock strides through this movie with the debauched insolence of a hungry criminal who has elevated thievery into an ideology. Her Debbie doesn’t just want to be rich; she wants to be spiritually sprung, under no one’s command. “Somewhere out there,” Debbie tells her team, “there’s an 8-year-old girl dreaming of becoming a criminal. You’re doing this for her.” “Ocean’s 8” is a casually winning heist movie, no more and no less, but like countless films devoted to the exploits of cool male criminals, it lingers most — and not just for 8-year-olds — as a proudly scurrilous gallery of role models. (Owen Gleiberman/Variety)

oceans-8-sandra-bullock-first-look

20080573 TAGE IN QUIBERON

Drama; Regie, Drehbuch: Emily Atlef; mit Marie Bäumer, Birgit Minichmayr, Robert Gwisdek, Charly Hübner, Denis Lavant, Vicky Krieps; Kamera: Thomas Kiennast; Musik: Christoph M.Kaiser; Deutschland/Österreich/Frankreich 2017, 115 Minuten; Offizielle Auswahl Berlinale 2018; Deutscher Filmpreis 2018: Bester Spielfilm Gold;  Beste Regie; Beste Schauspielerin (Marie Bäumer); Beste weibliche Nebenrolle (Birgit Minichmayr); Beste männliche Nebenrolle (Robert Gwisdek); Beste Kamera; Beste Musik.

 01_DF_2018_Logo_gold_rgb 

Robert Lebecks Bilder von Romy Schneider gingen um die Welt. Sie fangen das widersprüchliche Wesen der Schauspielerin ein, ihre Ausgelassenheit, ihre Melancholie, ihren Schmerz. Lebeck machte auch die Fotos für das legendäre Interview, das Romy Schneider 1981 in Quiberon dem “Stern”-Reporter Michael Jürgs trotz schlechter Erfahrungen mit der deutschen Presse gab. In den bretonischen Kurort hatte sie sich zur Erholung zurückgezogen. Ihre langjährige Freundin Hilde leistete ihr Gesellschaft. Das Interview und die Schwarz-Weiß-Fotos sind die Grundlage für einen Spielfilm, der die besondere Atmosphäre jener Tage einfängt, in denen sich Romy Schneider bis zur Schmerzgrenze öffnet. Je mehr die Schauspielerin von sich zeigt, der Mensch hinter dem Star zum Vorschein kommt, desto mehr Bewegung kommt in das Quartett. Hilde möchte die Freundin vor sich selbst schützen, die mit entwaffnender Ehrlichkeit den zynischen Reporter aus der Reserve lockt. Lebeck entdeckt bei seinen Sessions die vielen Gesichter der Romy Schneider noch einmal neu. Es entsteht das vielschichtige Porträt einer mitreißenden Schauspielerin und Frau, die schonungslos alles gibt und sich dennoch nur selten gesehen und wahrgenommen fühlt…

poster
Marie Bäumer
romy-schneider
Romy Schneider
  • Emily Atefs „3 Tage in Quiberon“ zeigt die Höllenqualen der Romy Schneider bei einem ihrer letzten Interviews. Es ist ein Lehrstück über Ruhm und Selbst-zerstörung – und ein Triumph für Marie Bäumer. (…)  Bäumer ist mit ihren 48 Jahren älter, als es Romy Schneider in jenem April 1981 an der bretonischen Küste war, gleichwohl wirkt Bäumer viel frischer und jünger. Auch versucht Marie Bäumer erst gar nicht, das leichte, charmante Österreichisch zu adaptieren. Marie Bäumer ist nicht Romy Schneider, so banal die Erkenntnis, und sie ist es doch, so überwältigend das Gefühl, das sich einstellt. Da ist es wieder, dieses Gesicht, einem Mythos gleich. Ein Gesicht, in dem sich einst alles spiegelte: das Abgründige, das Erotische, die Verzweiflung, die Liebe, der Hass und der frühe Tod 1982, den Romy Schneider schon ebenso früh in sich zu tragen schien. Wie auch die unfassbare Trauer einer Mutter, noch lange bevor ihr Sohn David auf schmiedeeiserne Spieße in den Tod stürzte. (Philipp Haibach/Die Zeit) 

1305497

JDN_poster_A1_print-222JUSTICE_DOT_NET **

Thriller environnemental; Réalisateur: Pol Cruchten; avec Martin McCann, Désirée Nosbusch, Pascale Bussières, Astrid Rood, Philippe Duclos, Yves Jacques, Mai Duong Kieu; Scénariste: Thom Richardson; Directeur/Photo: Jerzy Palacz; Musique: Gast Waltzing; Luxembourg/Canada/Irlande 2018, 86 minutes.
Jake De Long est l’un des meilleurs programmeurs informatiques au monde. Se cachant dans un entrepôt abandonné au Luxembourg, il travaille sur un site secret qui sera bientôt lancé. Il est averti que la police a découvert où il se trouve et est sur le point de prendre d’assaut. Il parvient à s’échapper et à rentrer au Canada, où sa collègue Valérie l’attend pour poursuivre la mission de sa vie: l’enlèvement de quatre personnalités très influentes. Un magnat du pétrole, un homme d’affaires renommé, un ministre de l’environnement et une étrangère très secrète. L’objectif est de leur faire admettre leurs péchés environnementaux, tout en étant diffusé en direct sur un site important créé par Jake et appelé: JUSTICE DOT NET…
  • 6kxdprFXV-tUDaddnWcCLJlc1_Tph7W-gDQRxN_MB_ELes bonnes intentions ne font pas nécessairement les bons films. L’idée de base de séquestrer quelques grands patrons pour leur foutre les jetons et leur faire prendre conscience de ce que leurs actions infligent à notre bonne vieille Terre, n’est pas mauvaise, encore faudrait-il que le film ne se perde pas dans les dialogues parfois ridicules et les numéros d’acteurs (et les accents) qui partent dans tous les sens. Je dois avouer que je ne me suis pas ennuyé pendant la projection, mais à part la québécoise Pascale Bussières, qui reste convaincante de bout en bout, tout cela part un peu en ratatouille, ce qui est bien dommage. La société Nestlé (qui n’est pas nommée dans le film) ne devrait pas trop se faire de soucis! Pol Cruchten a fait un film de commande passable, mais nous sommes loin de ses magnifiques documentaires! Deux étoiles! (jpt) g_20_3wjGtt4LbQ

justice-dot-net_film_lightbox_gallery

truth-or-dare-2018TRUTH OR DARE

Titre français: Action ou vérité; Film d’épouvante; Réalisateur: Jeff Wadlow; avec Lucy Hale, Tyler Posey, Violett Beane, Hayden Szeto; Scénaristes: Michael Reisz, Jillian Jacobs, Jeff Wadlow, Chris Roach; Directeur/Photo: Jacques Jouffret; Musique: Matthew Margeson;  USA 2018, 100 minutes.

Olivia se rend à Mexico avec ses amis pour célébrer la relâche scolaire. Ils y rencontrent Carter, un jeune homme qui les conduit dans un séminaire abandonné et les invite à jouer à « Vérité ou Conséquence ». De retour chez elle, après le séjour, Olivia réalise que la partie n’est toujours pas terminée. Les adolescents sont contraints d’y participer tout à tour par une force maléfique, et ont à choisir entre révéler des secrets douloureux ou poser des gestes dangereux. Ils devront comprendre les règles du jeu afin d’éviter d’en subir les répercussions mortelles…

  • À force de rabâcher toujours et encore toujours les mêmes vieilles rengaines, le cinéma de genre (fantastique) américain est devenu – depuis beaucoup trop longtemps- une sorte de chat qui se mord la queue et tourne en rond comme un chat qui se mord la queue.  Pour chaque GET OUT ou A QUIET PLACE, deux films réussis qui font vraiment peur, on nous assène des dizaines de navets comme celui-ci dont la seule vraie  frayeur est celle de nous faire perdre notre temps. (jpt)The-cast-of-Truth-or-Dare
  • Le film met en scène une entité surnaturelle qui oblige des individus sans défense à commettre des actes violents et à prendre des risques pouvant les mener à leur propre perte. Il comporte des passages où des personnages possédés sont poussés au suicide ou au meurtre. Le climat de tension s’accroît au fil du récit alors que les victimes se multiplient, d’une façon typique aux conventions du genre horrifique. (Régie du Cinéma Québec) Screen-Shot-2018-01-03-at-10.22.24-AM
  • Given all the nutty concepts filmmakers have hatched in order to pass evil curses from one unfortunate character to another — really, if I watch that video tape I’ll die?! — it’s kind of a marvel we haven’t yet seen big-screen Millennials play the game inspiring Jeff Wadlow’s Truth or Dare: a childish diversion that only gets dangerous if participants are drunk or mean enough to raise the stakes, or if an ancient demon is the one calling the shots. Send six college kids to Mexico for spring break, and you’re pretty likely to meet at least two of those criteria. Sadly, the demon in question is not of the fiendishly inventive variety, and this pretty stale thriller will need to rely on the TV fame of top-billed Lucy Hale (Pretty Little Liars) and Tyler Posey (Teen Wolf, which older readers may need to be convinced is actually a thing) to pull people into theaters. Let’s hope it’s only fans of those two actors who take the bait here, as opposed to moviegoers who see the poster’s tagline — “The producer of Happy Death Day and Get Out invites you to play” — and expect something even vaguely as daring as Jordan Peele’s breakthrough. Opening titles make a point of calling this Blumhouse’s Truth or Dare, and press notes praise “a company known for its innovation and risk taking.” But this is hardly the place to try to nail that branding down, and a better (if still misleading) pitch would have been, “We sold you those Insidious and Purge movies — help us make this a franchise, too!” (John Defore/Hollywood Reporter)

race3-10Belval goes Bollywood: RACE 3

Action,thriller; Réalisateur: Remo D’Souza; avec Anil Kappor, Salman Khan, Jacqueline Fernandez, Bobby Deol, Daisy Shah: Scénariste: Shiraz Ahmed; Directeur/Photo: Ayananka Bose; Musique: Salim Sulaimin; Inde 2018, 155 minutes; Langue: Hindi

Les membres de la famille Shamsher sont tous impliqués dans des activités illégales. Papa Shamsher réunit toute la famille pour organiser le casse du siècle. Mais que peut-il bien arriver quand on braque en famille ?

Pas d’autres informations disponibles.

664917-race-3-family-poster

Love-Simon-new-film-posterEn avant-première: LOVE, SIMONhL9Uz2vq93vi20oxZEBBaSs4w8UFamily at the Movies: Pixar’s INCREDIBLES 2

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this:
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close